En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Texte à méditer :   La terre n'aime pas le sang ni les ordures   Agrippa d'Aubigné
Texte à méditer :   Voyez-vous, dans la vie il n'y a pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions les suivent.     Antoine de Saint-Exupèry
Texte à méditer :   Il y a plus de plaisir à poursuivre la vérité qu'à la connaître.    Antoine de Saint-Exupèry
Texte à méditer :   Résistez, résistez, résistez : résister s'écrit au présent.   Lucie Aubrac
Texte à méditer :   Il y a toujours de l'espoir, surtout contre un adversaire qui croit que l'arrogance suffit à gagner les guerres   Roger Mc-Bride Allen (Stars Wars n° 21)
Texte à méditer :   L'Ecologie ce n'est pas une punition, c'est une opportunité, une solution à la crise.   Nathalie Kosciusko-Morizet (Ripostes, 1/06/2008)
Texte à méditer :   Détrôner un tyran est le début d'un processus long et difficile   Princesse Leia (StarWars)
Texte à méditer :   C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l'écoute pas.   Victor Hugo
Texte à méditer :   L'Ecologie : la science de l'impossible faite par des incompétents (une boutade) !   Anonyme
Texte à méditer :   Il y une écologie des discours, une écologie de l'affichage et il y a une écologie du courage   Yannick Jadot (député européen)
Texte à méditer :   Nous n'héritons pas de la Terre de nos ancêtres mais nous l'empruntons à nos enfants   Antoine de Saint-Exupéry
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succés.   Baden-Powell
Texte à méditer :   La répétiton d'actes illégitimes ne saurait créer un usage légitime. Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes.   Reine de Hollande
Texte à méditer :   Ils ne savaient pas que c'est impossible, alors ils l'ont fait.   Mark Twain
Vous êtes ici :   Accueil » Rudologie : Un peu de pratique
 
 
 
 

Rudologie : Un peu de pratique

« Les déchets, ces voisins qu’on ne regarde pas en face ! ». Ainsi s’exprime le livre qui vient de paraître sous la plume de Christian Duquennoi (IRSTEA-CEMAGREF, Grenoble) « Les déchets : du big bang à nos jours » (Editions Quae, 2015). Nous lui empruntons une série de termes précis désignant le déchet en français et en différentes langues. La science du déchet est la rudologie. A l’ODAM, nous avons la prétention d’être des rudologues aguerris par 16 années d’expérience, faisant de la rudologie comme le Monsieur Jourdain de Molière « faisait de la prose ».

Le déchet, c’est ce qu’on jette, ce qu’on ne veut plus. Ce qu’on jette finit toujours par retomber quelque part. Déchet signifie étymologiquement ce qu’on a laissé tomber, qui a été déchu (decaído en espagnol), tombé en disgrâce. On parle aussi d’immondices (ce qui est immonde ou « non-propre ») ou de détritus (nom d’origine latine signifient « ce qui est usé ») mais aussi d’ordures. Ce dernier terme évoque ce qui « horrible » et « horripilant ».

Dans notre région, on connait les « escobilles ».

Les anglophones parlent de waste (une autre racine indo-européenne) pour les déchets, terme qui est utilisée initialement pour désigner de vastes étendues désertes et vides, sans valeur pour les humains. C’est une chose sans valeur qui retourne au néant. Il existe d’autres termes comme garbage (vieux mot français pour désigner les viscères de volaille (un immondice). Le terme refuse est à rapprocher de l’italien rifiuto (ce qu’on rejette). En espagnol, on trouve « desperdicios », ce qui est perdu (restes de repas ou résidus industriels) et en portugais « lixio » à rapprocher de lie (lie de la société a une signification péjorative !). Mais nous avons gardé pour la fin le latin « rudus » évoqué au début de cette fiche. Il désigne des débris de matériaux solides, des masses informes de minerais bruts mais prometteurs de richesse après raffinage et travail. En 1970-80, le mot rudologie viendra désigner la science des déchets. A la Mission des Etudes et de la Recherche du Ministère de l’Environnement, de 1980 à 1982, je n’en ai jamais entendu parler. Il y avait un comité « déchets ». (d'après C. Duquennoi, Editions Quae).

Controverse sur la notion d'ordures ménagères résiduelles (OMR)

foss à reception OMR-152x200.png

Une fosse à réception d'OMR

Selon l'ADEME, les Ordures Ménagères Résiduelles (OMR) désignent la partie des déchets qui restent après des collectes sélectives, aussi appelée poubelle grise. Ce qui implique pour cette collecte qu'il y ait eu un tri à la source pour séparer la fraction fermentescible et la fraction recyclable du reste, lequel reste constitue les OMR.

A Montpellier, on a les correspondances suivantes :

  • poubelle orange : fraction fermentescible des ordures ménagères (FFOM) ou bio-déchets,
  • poubelle jaune : fraction recyclable des rdures ménagères (FROM),
  • poubelle grise (foncé presque noir) : le reste.

La pratique qui consiste à appeler Ordures ménagères résiduelles des ordures brutes non-triées à la source, des ordures brutes, est une escroquerie intellectuelle que pratiquent les services de Montpellier-Métropole. Ces ordures butes proviennent de quartiers où personne ne trie parce que le tri n'a pas été expliqué suffisamment. Ainsi, par un jeu de mots, on justifie une usine de Tri mécanique/méthanisation de 203.000 tonnes/an en 2007, réduite à traiter 130.000 tonnes/an en 2020, pompeusement baptisée Amétyst !

amethystre_100x109.jpg

Raymond GIMILIO
Docteur en sciences biologiques mention écologie

Mots-clés associés

Date de création : 06/04/2019 ¤ 09:06
Dernière modification : 20/03/2020 ¤ 15:45
Catégorie : Techniques de traitement - Rudologie
Page lue 758 fois


Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !