En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Texte à méditer :   La terre n'aime pas le sang ni les ordures   Agrippa d'Aubigné
Texte à méditer :   Voyez-vous, dans la vie il n'y a pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions les suivent.     Antoine de Saint-Exupèry
Texte à méditer :   Il y a plus de plaisir à poursuivre la vérité qu'à la connaître.    Antoine de Saint-Exupèry
Texte à méditer :   Résistez, résistez, résistez : résister s'écrit au présent.   Lucie Aubrac
Texte à méditer :   Il y a toujours de l'espoir, surtout contre un adversaire qui croit que l'arrogance suffit à gagner les guerres   Roger Mc-Bride Allen (Stars Wars n° 21)
Texte à méditer :   L'Ecologie ce n'est pas une punition, c'est une opportunité, une solution à la crise.   Nathalie Kosciusko-Morizet (Ripostes, 1/06/2008)
Texte à méditer :   Détrôner un tyran est le début d'un processus long et difficile   Princesse Leia (StarWars)
Texte à méditer :   C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l'écoute pas.   Victor Hugo
Texte à méditer :   L'Ecologie : la science de l'impossible faite par des incompétents (une boutade) !   Anonyme
Texte à méditer :   Il y une écologie des discours, une écologie de l'affichage et il y a une écologie du courage   Yannick Jadot (député européen)
Texte à méditer :   Nous n'héritons pas de la Terre de nos ancêtres mais nous l'empruntons à nos enfants   Antoine de Saint-Exupéry
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succés.   Baden-Powell
Texte à méditer :   La répétiton d'actes illégitimes ne saurait créer un usage légitime. Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes.   Reine de Hollande
Texte à méditer :   Ils ne savaient pas que c'est impossible, alors ils l'ont fait.   Mark Twain
 
 

Accès à ce site et navigation

Consultez la "FAQ". Ce site est aussi accessible sur votre Smartphone (iPhone ou autres appareils). Cliquez sur le menu horizontal ci-dessous pour le guide du site. Pour le moment, l'accès au Forum est libre, lisez la Charte du Forum : le modérateur veille à éliminer les incivilités. Le respect de tous est indispensable, la défense de notre environnement est une chose trop sérieuse pour admettre des fantaisies.

 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Blog
 

Derniers billets

Rubriques

Calendrier du blog

10-2019 Novembre 2019
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Blog

Tous les billets
Nouveau  maera_vignette.jpgLa soirée des dupes  -  par RGimilio

Le Conseil de Métropole tenu le 18 novembre 2019 a été filmé et diffusé sur le site internet de la Métropole. Nous vous donnons le lien vers l'intégralité des débats. Cliquez ce lien.

L'affaire qui nous intéresse, le projet Maera, est enterré par de vagues balbutiemments d'un néophyte de l'écologie, nouveau venu, qui évoque vaguement l'urgence climatique et la réutilisation de l'eau pour « laver les trottoirs ». Et hop, à la poubelle !

On remarquera dans le film la carafe d'eau en verre (plus de bouteilles plastiques d'eau minérale !) on est écolos, que diable !

Une belle soirée de dupes !

Publié le 20/11/2019 ! 09:05  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Nous venons d'apprendre avec stupeur que le pseudo-projet de modernisation de la station d'épuration des eaux usées de Montpellier-Méditerrannée-Métropole (véritable projet d'extension déguisé) avait reçu un avis favorable des Commissaires-Enquêteurs, en clôture de l'enquête d'utilité publique. Nous avions rencontré pourtant ces trois commissaires qui nous avaient écoutés pendant près d'une heure et avions laissé une trace écrite de nos arguments. Nous avons dénoncé un projet d'extension déguisé en projet de modernisation, critiqué le rejet en mer au large de Palavas, rejet qui pollue la Méditerrannée car les effluents sont chargés bactériologiquement, proposé des solutions alternatives basées sur l'écologie et le bon sens citoyen.

Rien n'y a fait ! Nous avons été écoutés mais pas entendus. Depuis plus de 15 ans que nous participons à des enquêtes d'utilité publiques (EUP) nous commençons à être résignés à voir nos arguments balayés vers la poubelle, à voir bafouée la démocratie participative et la démocratie de proximité par les élus des différentes collectivités territoriales, à quelques exceptions près (Le Thôt et la décharge de Fabrègues).

Madame Corinne LEPAGE, ancienne Ministre de l'Environnent nous disait, lors d'une rencontre à Montpellier, que tout le mal venait de ce que les Commissaires enquêteurs étaient rémunérés par l'entité demandeuse de l'enquête et que des commissaires qui ne rendaient pas l'avis attendu n'avaient aucune chance d'être reconduits lors d'une prochaine enquête. Doit-on s'étonner qu'ils rendent des avis ne tenant aucun compte de celui des citoyens ?

Consultez les centaines de pages d'argument destinés à vanter les mérites d'un projet anti-écologique. Cliquez sur ce lien.

Consultez les contributions de l'ODAM versées sur le registre d'enquête :

  • contribution du 2 septembre 2019 au registre dématérialisé (cliquez ce lien)
  • complément du 3 septembre 2019 remis au Président de la CEUP à Lattes, en mains propres (cliquez ce lien)

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM
Docteur en sciences biologiques mention écologie
Chevalier du mérite agricole
Conseiller du CIDES34

Publié le 18/11/2019 ! 19:44  - 1 commentaire - 1 commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Monsieur Jacky CHANTON
10, rue des Vignes

34 970 LATTES

CONTRIBUTION A L’ENQUETE PUBLIQUE DE l’ACTUALISATION, EXTENSION ET MODERNISATION DE LA STATION D’EPURATION MAERA

Lattes, le 3 Septembre 2019

 A l’attention de Monsieur le Président de la Commission d’enquête

 Monsieur le Président,

 Comme ce n’est pas habituel, et dans le cadre de la démocratie participative citoyenne, je remercie les membres de la commission d’enquête publique et en particulier son Président pour avoir organisé la réunion d’information relative à la réactualisation, extension et modernisation de la station d’épuration MAERA le 10 Juillet 2019 sur la Commune de Lattes. Elle avait pour but de présenter les aménagements de ce projet et ainsi permettre un débat « Questions / réponses » entre les services « eau et assainissement » de la Métropole et les citoyens.

 Je regrette cependant que les dates de cette enquête publique , pour un sujet aussi important, soit organisée durant la période des vacances. Toutefois je se suis gré de ce report de date au 4 Septembre 2019, même si nos associations n’auront pas pu ce concerter durant cette période.

 Les objectifs de Montpellier Métropole :

  •  Limiter au maximum l’impact de Maera, en temps de pluie, sur la qualité des eaux du Lez. 
  • Améliorer la cadre de vie des riverains.  
  • Tendre vers zéro nuisance 
  • Contribuer à limiter l’empreinte sur l’environnement 
  • Faire de Maera une station à énergie positive 
  • Développer toute forme de valorisation (réutilisation partielle des eaux usées traitées) 
  • Montpellier Méditerranée Métropole s’est fixée, dans le cadre du présent projet, l’objectif d’améliorer les performances de traitement de la station.

La station Maera collecte les eaux usées de 19 communes :

14 communes de Montpellier Méditerranée Métropole

3 communes de Pays de l’Or Agglomération (Carnon, Palavas, Saint-Aunès)

2 communes de la Communauté de Communes du grand Pic Saint-Loup (Assas, Teyran)

La station de traitement des eaux usées existante possède une capacité nominale de 470 000 EH pour un volume journalier admissible de 130 000 m3/j.

 Quel est le constat sur le choix de l’émissaire en mer et du projet de Montpellier Méditerranée Métropole pour la réactualisation, extension et modernisation de la station d’épuration de la Céreirède ?

  •          Un choix onéreux et contestable du rejet des eaux traitées à partir d’un émissaire en mer

(2005) :

Onéreux : 65 Millions d’euros pour le seul émissaire en mer.

Coût global : Le premier chiffrage avec le rejet en mer était un peu élevé, selon l’agence de l’eau, soit un montant prévu de 112,8 Millions d’euros ? En réalité la note finale sera de 150 Millions d’euros, ce qui en fait la station la plus chère de France et certainement d’Europe pour sa capacité épuratoire en équivalents habitants.

Contestable : Cette station pollue en permanence la mer et le Lez après de forts orages jusqu’à ce jour et par voies de conséquences des effets négatifs sur la qualité des eaux des étangs et du littoral. 

Voilà la présentation des performances annoncées de MAERA par Montpellier Agglomération :

Montpellier : Dans l’exercice de ses compétences assainissement, la Communauté d’Agglomération de veut assurer le plus haut niveau de collecte et de traitement des eaux usées et de rejet des eaux épurées afin de protéger notre environnement naturel. 

La station pourra, alors, traiter 130 000 m3 par jour (soit les effluents d'une ville de 470 000 habitants) contre 80 000 m3 aujourd'hui et offrira de nombreux avantages.

Parmi les avantages qu’offre la nouvelle station MAERA depuis le 1er trimestre 2006, on peut citer :

  •   l’assurance du meilleur taux d’épuration possible à ce jour,

  •   la garantie de la qualité des eaux de baignade du littoral maritime,

  •           la réhabilitation du Lez et des étangs,
  •           la sauvegarde du milieu marin et des métiers de la pêche,
  •           le traitement des eaux de pluie,
  •           la suppression sonore et olfactive de proximité,
  •           une parfaite insertion du site dans l’environnement,
  •           la mise en œuvre d’un système de contrôle et de surveillance permanente des Installations …

 

  • Une gestion technique discutable puisqu’elle n’a jamais répondu aux objectifs qui ont été

annoncés par l’Agglomération depuis sa rénovation, extension, modernisation de 2005 :

Quel est le bilan de la station « MAERA » neuf mois après son inauguration ?

Les membres du comité de suivi de cette station nous informent que les performances de dépollution à 95% annoncé par Véolia et l’Agglomération de Montpellier ne sont pas respectées… 

La capacité épuratoire de la station parait nettement sous-évaluée par rapport aux annonces des performances par l’Agglomération de Montpellier.

Elle est censée traiter un volume journalier admissible moyen de 130 000 m3/j, donc, 47 450 000 m3/an. 

  •          Bassin d’orage avec une capacité déjà insuffisante dès 2008 :

Avec le bassin d'orage, la grande partie des eaux pluviales, hors intempéries importantes, se trouvent captées dans l'ouvrage enterré à une profondeur de 8 mètres ; elles sont ensuite dirigées pour leur assainissement jusqu'à la station d'épuration de la Communauté d'agglomération de Montpellier, MAERA.

Lors des orages exceptionnels au-delà du bassin d'orage, un chenal aval a été construit afin que les pluies dépassant la capacité du bassin aillent se déverser dans le Lez.

Intégré dans un vaste schéma d'amélioration de l'assainissement des eaux usées de la ville et des communes de l'agglomération, le bassin d'orage des Aiguerelles concilie deux objectifs : maîtriser les eaux du Lez et les risques d'inondations et préserver la qualité de l'eau. D'une envergure de 100 x 40 mètres, l'ouvrage béton est actuellement en période de mise en service. Fin 2008, sa surface sera aménagée pour devenir la partie arborée du site. 

  •          La qualité de conception de MAERA, selon le Journal HARMONIE d’Avril 2008 :

« Cette triple certification, obtenue pour la première fois au monde, récompense la qualité de la conception, de la réalisation et de l’exploitation de cette installation dans le respect de l’environnement » selon Monsieur Georges Frêche, président de Montpellier Agglomération.

« Nous visons l’excellence à Maera ». Un équipement en faveur du développement durable…Une station pour le futur… - La solution technique la plus performante… Selon Monsieur Antoine Frérot, Directeur général de Veolia Eau alors qu’en 2004 il vantait les mérites du recyclage et réutilisation des eaux des stations d’épuration.

Nous avons vécu une « intox médiatique » en dehors d’une véritable transparence des informations. 

  •          Quelles sont mes interrogations après ces autosatisfactions ?

Pourquoi n’avoir pas choisi le référentiel Européen EMAS ?

L'appellation EMAS est commune aux pays et aux entreprises, est le nom du référentiel « européen de management environnemental et d'audit system », qui offre la possibilité aux entreprises de prouver leur engagement dans le domaine de l'environnement. Proche de la norme ISO 14001, la valeur ajoutée d'EMAS réside dans la portée de la communication environnementale, régulièrement actualisée et validée par un expert indépendant.

« En Allemagne, en Autriche et dans les pays scandinaves, les entreprises ont compris que communiquer sur leurs performances environnementales était un enjeu stratégique, beaucoup plus qu'en France. Pourtant ce type d'exigences devrait devenir incontournable. 

DES PROJETS ONEREUX

La rénovation de station d’épuration de la Céreirède, elle sera appelée « MAERA »

Le cout excessif de la station d’épuration « MAERA » avec quelques comparaisons (même période) : 

  •                      La station du Nouveau Monde de Caen Mondeville, pour une Agglomération de 330 000 EquivalentsHabitants, cout : environ 65 Millions d’euros. Mise en service en 2003, ce montant englobe l’aménagement paysager des jardins filtrants.  
  •                      La station d’épuration de San Rocco (Italie), cout : 87 Millions d’euros pour 1,2 Millions Equivalents- Habitants (EH), elle recycle ses eaux et permet l’arrosage de 22 000 hectares (an 2004). 
  •                      La Station d’épuration MAERA, cout : 150 Millions d’euros afin de traiter les eaux pour 470 000 Equivalents-Habitants, pas de retour sur investissements des eaux, elle pollue en permanence la Mer, dégage des odeurs pestilentielles et pollue le Lez après de fortes pluies. La présence importante d’hydrogène sulfuré (H2S) dans le réseau, dégage des odeurs pestilentielles sur le territoire de Lattes centre avec des dangers possibles pour la santé. 

Pourtant lors de l’enquête publique, j’avais souhaité le recyclage des eaux sur le site du Thôt puis la réutilisation des eaux (relance officielle de cette demande en 2010), ce qui aurait permis un gain d’environ 60 Millions d’euros, gagné par la suppression de l’émissaire avec la possibilité d’un retour sur investissements de plusieurs Millions d’euros/an, la création d’emplois tout en évitant des pollutions en mer. Aucun retour de l’Agglomération de Montpellier ?

Aujourd’hui la volonté de Montpellier Métropole est l’extension de cette station : coût, 120 Millions d’euros à charge des ménages qui habitent la Métropole plus les villes hors Métropole qui sont connectées à MAERA. 

Cette nouvelle extension est pourtant contraire aux objectifs fixés par l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse qui préconise le recyclage et la réutilisation des eaux. Ils ont été annoncés par Monsieur Laurent ROY, Directeur général de l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse lors de la journée technique du 11 Mai 2016 organisée par l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse à l’Hôtel de Ville Montpellier dont le thème était : « UNE 2e VIE pour les eaux usées, C’est possible ». Puis le Colloque à Lyon du 17 octobre 2016, dont le thème était : « La station d’épuration du futur, maillon de l’économie circulaire ». (J’étais présent à ces deux journées). 

L'objectif principal de la réutilisation des eaux usées est non seulement de fournir des quantités supplémentaires d'eau de bonne qualité en accélérant le cycle d'épuration naturelle de l'eau, mais également d'assurer l'équilibre de ce cycle et la protection du milieu environnant. Par définition, cette réutilisation est une action volontaire et planifiée qui vise la production des quantités complémentaires en eau pour différents usages afin de combler des déficits hydriques. La France est le mauvais élève de l’Europe et même l’un des derniers de la classe en matière de recyclage des eaux des stations d’épuration surtout par rapport à l’Espagne ou l’Italie …  

Réponses succinctes aux objectifs du Projet de Montpellier Méditerranée Métropole :

Le projet qui est présenté consiste prioritairement à une actualisation / réactualisation de la station d’épuration de MAERA avec prise en compte d’une extension (passage d’une capacité de 470 000 EH à 660 000 EH) et enfin d’une modernisation.  

Afin de limiter au minimum l’impact de Maera, en temps de pluie, sur la qualité des eaux du Lez et améliorer le cadre de vie des riverains, c’est d’abord ne pas effectuer l’extension de Maera. C’est d’améliorer sa capacité en entrée de station et de traitement. C’est de continuer à améliorer ou supprimer le réseau unitaire du pluvial et le remplacer par un réseau séparatif (pluvial, eaux usées). C’est de doubler, si nécessaire, la capacité des bassins d’orage de façon à permettre l’acceptabilité de prise en compte des ruissellements après des pluies intensives.

S’il est incontestable que la qualité de l’eau du Lez a presque retrouvé sa vie (en dehors des by-pass dans le Lez par temps de pluies), il n’en demeure pas moins que les habitants de la Lattes « la Céreirède » conservent un espace environnemental que personne ne souhaiterait avoir à côté de chez eux (esthétique, bruits, odeurs…). Le rejet en mer présente cependant un « avantage certain » pour éviter les pollutions du Lez puisque les pollutions vont en mer et par ailleurs, en cas de dysfonctionnements de MAERA les problèmes ne se voient pas ou pas ou pas assez tôt. 

Tendre vers zéro nuisance, c’est un souhait Métropolitain, souvent exploité en communication (le dernier date de la dernière extension / modernisation de cette station et appelée MAERA) mais qui n’a jamais été mis en application sur le terrain et la mission parait impossible avec le projet présenté. 

Faire de Maera une station à énergie positive, oui, dans la mesure ou l’on respecte le principe de précaution, dans le cas de l’incinération des boues. Afin d’éviter les nuisances sur la santé des riverains, Il est donc impératif de transférer les boues de la station par une canalisation vers un site sans habitations sur un rayon de 500 m à 1 km, ce qui laisserait la possibilité de traiter les boues de toutes les stations de la Métropole (A Marseille : le traitement des boues se trouve à 6 km de la station d’épuration). 

Développer toute forme de valorisation (réutilisation des eaux usées traitées) : Oui, je l’avais d’ailleurs proposé en 2004. Il était possible d’éviter de dépenser 60 Millions sur les 65 Millions d’euros (coût de l’émissaire), à partir d’un recyclage des eaux en sortie de Maera afin de les recycler et les réutilisées pour l’étiage du Lez, les besoins propres à la station, les besoins de la Communes de Lattes (pour alimenter les roubines nécessaires au dessalement des terres… Elle permettait également un retour d’investissement appréciable.

Grâce à la réutilisation de l'eau, les eaux recyclées de Maera ne seraient plus envisagées comme un problème de mise au rebut mais elle permettrait de répondre à des besoins d’économie circulaire et une meilleure gestion de nos ressources en eaux souterraines. 

Gouverner c’est prévoir, or, en dehors d’aggraver la situation en connectant des villes de la Métropole et même des villes hors Métropole, dès alors que Montpellier Métropole avait la connaissance que cette station ne pouvait pas répondre aux besoins, pourquoi n’a-t-elle rien prévu afin de remettre à niveau cette station depuis cette prise de conscience ? 

Le comble de l’indécence, c’est que l’on veut reproduire aujourd’hui ce qui a été un échec hier à partir de la rénovation de la station d’épuration de la Céreirède de Lattes et appelée « MAERA ».

Le Président de la Métropole prévoit de nous imposer son extension avec l’objectif (déjà promis mais jamais obtenu) de « )ERO NUISANCE » en 2023 ? Le plus alarmant, c’est qu’une unité d’incinération des boues y serait associée sur ce site. 

Depuis 12 ans il était possible de corriger et améliorer les problématiques de la station d’épuration MAERA et de proposer des alternatives :

  •   Etude pour compléter l’épuration en sortie de Maera, recycler et réutiliser les eaux pour l’étiage du Lez, les besoins de la station, l’industrie, les espaces verts, la recharge de la nappe phréatique si nécessaire...
  •   Etude afin de permettre d’avoir une station d’épuration performante avec des villes de proximité au Nord de Montpellier avec le recyclage du phosphore contenu dans les eaux usées et réutilisation des eaux traitées pour l’arrosage… (économie circulaire)
  •   Etude sur le choix et le lieu pour une valorisation optimale des boues des stations de Montpellier Métropole. 
  • Permettre la participation des citoyens et associations aux décisions. 

Les avantages du recyclage et réutilisation des eaux de Maera 

Si le réchauffement climatique se confirme, les besoins d’irrigation agricole seront plus importants. Il sera donc nécessaire d’investir pour de nouvelles ressources en eau.

Dans le cadre du développement durable, le bilan environnemental et économique pourrait être le suivant : 

Bilan environnemental :

    •           Ne plus polluer la Méditerranée et lever l’hypothèque des ressources balnéaires et touristiques.
    •           Permettre une réserve en eau pour l’étiage du Lez, les besoins de la station, l’industrie, les espaces verts, la nappe phréatique si nécessaire, l’agriculture…
    •           La préservation de nos eaux souterraines
    •           Répondre aux critères de l’économie circulaire et du développement durable.

Bilan financier prévisionnel :

    •           Valoriser l’eau qui est actuellement rejetée en mer en pure perte à la place de polluer dangereusement le milieu marin. 
    •           Permettre un retour sur investissements de plusieurs Millions d’euros/an. Le seul coût de l’étiage du Lez s’élève en 2017 à 2 185 878,39 euros, c’est l’eau du bas-Rhône qui l’alimente actuellement par BRL. 

Cette argumentation est confortée par un rapport de l’Agence Européenne pour l’Environnement (AEE) qui a publié en mars 2009 : «Ressources en eau de l’Europe – Faire face à la pénurie d’eau et à la sécheresse ». Pour lutter contre la raréfaction de l’eau, elle insiste sur la nécessaire diminution de la demande et l’augmentation de l’efficacité de l’utilisation qui en est faite. 

La période actuelle est propice à la réflexion d'un système plus moral et plus axé sur la durabilité. 

Si Montpellier Méditerranée Métropole maintenait le projet de sa politique d’extension de la station d’épuration malgré tous les risques qui sont connus ou prévus et/ou annoncés à ce jour, il s’agirait, une fois encore, d’un manque d’appréciation et de vision des besoins. Cette extension serait contraire au bon sens, à la mauvaise utilisation de l’argent public et ne répondrait pas aux critères de développement durable ni à l’intérêt général. 

Tous les indicateurs pour une extension de cette station d’épuration sur ce site sont au rouge et Montpellier Méditerranée Métropole souhaite malgré tout, nous imposer son extension.

Ma contribution à cette enquête publique consistera donc, à expliquer et documenter les raisons pour lesquelles ce projet d’extension n’est pas réalisable sur le site de la Céreirède. 

Ma position pour répondre aux besoins :

Faut-il actualiser/réactualiser, moderniser la Station d’Epuration MAERA ? La réponse est : OUI. Faut-il créer un volume de stockage supplémentaire, une extension maximale de la capacité actuelle des bassins d’orage ? La réponse est : OUI.

Faut-il améliorer et/ou supprimer le réseau UNITAIRE et les remplacer par des réseaux SEPARATIFS, réduire les pollutions en amont et permettre une meilleure prise en compte de l’acceptabilité des eaux à traiter par MAERA ? La réponse est : OUI.

Faut-il procéder à l’extension de la capacité de la station de 470 000 EH à 660 000 EH (+40%) ? La réponse est : NON.

La proposition de Montpellier Métropole n’est pas acceptable car elle ne répond à aucun besoin pour le sud de Montpellier et pénalise les besoins à venir des villes du nord de la Métropole (les besoins en eau recyclées).

Elle ne supprime pas les dysfonctionnements mais les réduits temporairement.

Elle ne supprime pas les pollutions, elle en réduit certaines provisoirement mais elle en augmente d’autres par l’aggravation des pollutions en mer.

L’éloignement et le nombre des villes connectées génèrent des dysfonctionnements techniques à la suite des problématiques d’intrusion d’eau douce et à la formation de sulfure d’hydrogène dans les réseaux, en particulier au niveau des nombreux postes de refoulement et même si des traitements existent, ils sont très onéreux. Quant à la Commune de Lattes, elle doit, une fois encore, subir toutes les contraintes des risques environnementaux avec des impacts sur notre santé.

Il est consternant de constater que cette extension sera effectuée en zone inondable non protégée et que l’intérêt principal du recyclage et réutilisation des eaux n’est pas programmé. Par ailleurs, ce projet n’est pas compatible avec la prise en compte des effets du changement climatique (répondre aux périodes de sécheresses et de pluies intensives), au développement durable, à l’intérêt général et au bon sens. 

Les pollutions permanentes par les exutoires en mer des stations d’épuration :

  •          Une pollution prouvée depuis longtemps. Elle est confirmée en Juillet 2019 par les chercheurs du programme européen Jerico-Next et coordonné par l’Ifremer. 

La Mer sous traitements médicaux forcés : https://www.socialmag.news/28/07/2019/mer-sous-medicaments/ Publié le dimanche 28 juillet 2019

Des médicaments pour l’homme qui sont rejetés dans l’environnement marin suite à leur passage dans des stations d’épuration. Quel impact sur l’environnement ? 

Pour la première fois, les chercheurs du programme européen Jerico-Next, coordonné par l’Ifremer (Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer), ont pu prouver que les déjections de l’activité humaine (médicaments, produits d’hygiène et ménagers, herbicides, etc.) sont rejetés dans l’environnement naturel par les eaux et se retrouvent dans les océans, aussi bien dans sur les zones côtières qu’au large. 

« Les polluants détectés dans l’environnement sont de plus en plus nombreux, dont les molécules pharmaceutiques, les produits d’hygiène, les plastiques et pesticides », a déclaré Cécile Miège, chimiste au centre Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture, fondé en 2012) 

  •          Une pollution qui trouve son origine dans les stations d’épuration :

Si le plus gros est filtré, les molécules chimiques médicamenteuses de nos déjections, elles, passent au travers des filtres et se déversent ainsi dans les cours d’eau, les mers et les sols : « Les stations d’épuration traient la matière organique, l’azote et le phosphore souvent, mais elles ne traitent pas la pollution chimique diffuse », poursuit Cécile Miège. 

Le plus souvent, ce sont les composants des antibiotiques et anti-inflammatoires, qui sont les médicaments les plus utilisés. Entre 70% et 80% des antibiotiques consommés par l’homme finissent dans les environnements naturels. « En 2000, les eaux usées étaient une source de pollution pour 50% des rivières du globe. En 2010, presque toutes les rivières du monde étaient touchées », explique Maryna Strokal, professeure à l’université de Wageninger, dans un article du Guardian. 

  •          Des conséquences environnementales graves :

Tout l’écosystème est mis en danger par cette pollution moléculaire … Avec le réchauffement climatique il pourrait y avoir des « conséquences biologiques sur les écosystèmes marins » selon Laurent Roy. Une transformation chimique de l’environnement qui pourrait avoir de lourdes conséquences. 

Les poissons peuvent subir des transformations hormonales car ils sont les premiers à être exposés à ces substances chimiques. Le mérou, par exemple, est censé changer de sexe en grandissant ; cette transformation naturelle de son évolution biologique pourrait ne plus se produire à cause de cette exposition aux substances chimiques médicamenteuses. Pour les poissons d’eau douce, c’est un changement inverse qui se produit, puisqu’ils risquent de changer de sexe à cause des rejets de médicaments contraceptifs, alors qu’ils ne le devraient pas. 

Les stations d'épuration : une surprenante source de pollution par les microplastiques (Août2018) : https://www.unenvironment.org/fr/news-and-stories/recit/les-stations-depuration-une- surprenante-source-de-pollution-par-les  

Les pollutions par les rejets en mer des STEP (1971): https://www.shf-lhb.org/articles/lhb/pdf/1971/08/lhb1971056.pdf  

Pays Basque 2017 : le traitement des eaux usées rejetées en mer est insuffisant.

Deux émissaires sont visés : celui de Biarritz-Milady et celui de l'Uhabia à Bidart. Voir la vidéo : https://www.youtube.com/watch?time_continue=149&v=QfNcTsRGVIo  

Effets endocriniens des contaminants en milieu marin :

Direction de l'Environnement et de l'Aménagement Littoral Département Polluants Chimiques Effets endocriniens des contaminants en milieu marin Blandine MEUS Gilles BOCQUENÉ https://archimer.ifremer.fr/doc/00076/18758/16328.pdf  

L'état actuel des connaissances dans le domaine de l'écotoxicologie a mis en évidence la présence de contaminants ayant la capacité de perturber la régulation des hormones endogènes des espèces aquatiques et ainsi de modifier et d'altérer les mécanismes endocriniens et la fonction de reproduction.  

Des interrogations sur des pollutions diffuses

Une pollution permanente en mer :

  • L’étang du Prévost a été touché par une pollution Escherichia Coli et déclassé en catégorie C pour trois ans. La station d’épuration MAERA est pointée du doigt.

On peut s’interroger : Si la station MAERA est à l’origine de cette pollution, cela signifierait la mise en cause de la fiabilité du process de cette station ou du réseau ou des deux. 

A cause d’une pollution, les compagnons de Maguelone suspendent leur activité : https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier/herault-cause-pollution-compagnons-maguelone-suspendent-leur-activite-1647218.html  

https://www.francebleu.fr/infos/agriculture-peche/les-compagnons-de-maguelone-victiment-d-une- pollution-de-l-etang-du-prevost-1553766678  

https://www.francebleu.fr/infos/agriculture-peche/les-compagnons-de-maguelone-veulent- comprendre-1559891678 

Après l’arrêt de leur activité conchylicole les Compagnons de Maguelone veulent comprendre l'origine de la pollution de l'étang du Prévost qui a été touché par une pollution Escherichia Coli et déclassé en catégorie C pour trois ans.

La rumeur publique pointe du doigt la station d’épuration MAERA. Le Sous-préfet, Philippe NUCHO reconnait l’existence « d’une ou deux fuites sur la conduite de MAERA… qui ont été corrigées » 

Connexion de villes hors Métropole :

Montpellier Métropole a fait connecter des villes « même hors Métropole » alors qu’elle avait la connaissance que la station MAERA n’était pas en capacité à répondre aux besoins dans des conditions acceptables. Pourquoi ?

En ayant travaillé toute ma carrière professionnelle dans le secteur privé, si j’avais pris de telles décisions, j’aurais été immédiatement licencié.  

Si ce projet d’extension de MAERA se réalise, la pollution dite « INVISIBLE » avec les flux quotidiens de micropolluants tels que les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les alkylphénols ainsi que certains résidus de médicament, métaux lourds ou pesticides en mer, la pollution sera au moins aussi importante et certainement supérieure à aujourd’hui.

Ces pollutions ne semblent pas gêner certains élus, or ces rejets dans les milieux aquatiques ont des conséquences sur l’environnement et la santé humaine. Ils peuvent altérer le développement et la reproduction de certaines espèces en modifiant leur équilibre hormonal avec des risques de contamination de la chaîne alimentaire. 

Le risque Inondation 

  •          Extension en zone inondable non protégée :

La Commune de Lattes centre est bâtie dans le champ d’expansion des crues du Lez et de la Lironde, elle est très urbanisée et inondable à la fois :

  •   par des débordements des cours d'eau,
  •   par la remontée de la nappe phréatique,
  •   par la remontée des étangs,
  •   par le ruissellement du pluvial

 

  •          On peut constater :
  • La diminution, voire la suppression, des zones naturelles d'expansion des crues;
  • l'élévation du niveau des terrains en bordure du Lez ;
  • l'imperméabilisation des sols par l'importance des surfaces bâties, en particulier depuis la fin des années1980;
  • les impacts des différents ouvrages (doublement autoroute A9, Ligne LGV) ;
  • la modification ou l’absence des pratiques agricoles, avec notamment des parcelles conduisant à l’imperméabilisation des sols ;
  • la conjonction d'une inondation en amont avec l'élévation du niveau marin et des étangs en aval ;
  • l’importance des surfaces bâties et l’aggravation des Inondations et de la vulnérabilité des biens et des personnes ;
  • les effets négatifs suite au dérèglement climatique qui est en cours ;
  • La culture du risque qui n'est pas toujours prise en compte.

 

  •          Les études réalisées du bassin versant du Lez :

Suite au rapport de Monsieur Philippe QUEVREMONT de Inspection Générale de l’Environnement de Juillet 2006, indique la nécessité de la réalisation de travaux de protections de la ville de Lattes par le confortement des digues du Lez à 600m3/s et la création du Chenal de la Lironde pour délester une partie des eaux jusqu’à 200m3/s dès que le Lez dépasse 450m3/s (400m3/s lors de sa réalisation). Il demande par ailleurs que ses recommandations soient validées.

L'avis de la conférence des trois points soumis par l'IGE de Septembre 2007, permet une conclusion sur l'estimation de la crue centennale en amont de Montpellier Lavalette à 700m3 et 900m3 au droit de l'A9.

Si ces données permettent de protéger et donner bonne conscience aux élus et services de l'Etat, il n'en demeure pas moins que ce rapport traduit une vision plutôt simplificatrice sur la réalité de l'hydrologie de ce bassin, lequel n’a pas permis à la conférence scientifique d’obtenir un résultat conclusif.  

Point 1 Estimation d’une crue centennale à l'amont de la zone urbaine :

Ce bassin est très complexe car les incertitudes des experts sont supérieures aux certitudes.

Une étude sur la contribution du karst indique qu’il peut constituer plus d’un tiers du volume de la

crue et multiplier les débits de pointe par un facteur deux (source : H. Jourde, 2007)

Les experts concluent qu'il est impossible de trancher précisément sur la valeur « fiabilisée » du débit centennal du Lez à Lavalette» mais l’estimation retenue sera de 700m3/s.

 

Point 2 : Les apports de la zone urbaine de Montpellier ?

Bassin intermédiaire : Aval de Lavalette = 50 km2 entre les stations de Lavalette et Garigliano Je constate que, là encore, les incertitudes des experts sont grandes puisque :

Ils s'accordent sur le peu d'informations disponibles sur le sujet ;

    •   ils sollicitent les services de l'agglomération (alors que l'Agglomération, après avoir amélioré la sécurisation du Lez par l'importance des travaux contre les inondations, aggrave maintenant les risques des crues par l'extension des surfaces bâties de Montpellier sud vers la mer);
    •   les apports hydrologiques urbains du Verdanson sont réduits à son débit minima d'embouchure alors que le rapport de 2006 évoque un cumul possible d’une valeur supérieure au double ;
    •   les apports du Verdanson sont oubliés et sauf erreur ou omission de ma part, l'apport de la Lironde de la mer (ancien Lez antique) et d’une partie du pluvial n'est pas pris en compte;
    •   le Lez se situe sur la trajectoire des mouvements violents selon MÉTÉO FRANCE. Elle indique même, qu'un épisode type septembre 2002 ou septembre 2005 sur le Gard est donc possible et probable sur l’Hérault, par simple décalage des centres d’actions des pluies ;
    •   les impacts des surélévations des terrains par la ville de Montpellier (Rimbaud, Hôtel de Région, Richter...) et les aggravations par les surfaces bâties antérieures, en cours et à venir ne sont pas toutes prises en compte. 

Point 3 : Comment peut-on estimer la concomitance d’événements pluvieux importants sur le bassin aval (zone urbaine) et des crues affectant le bassin amont ?

Une fois de plus, l'analyse des experts est assez contradictoire :

    •   Avec l'avertissement de Météo France sur l'intensité des précipitations de type aléatoire et même probable sur ce bassin ainsi que l'importance des ruissellements;
    •   De l'apport de la Lironde de la mer qui ne parait pas être comptabilisé ou peut-être sous-évalué (s’il est cumulé avec d’autres apports);
    •   Il y a conflit avec l'étude de Philippe QUEVREMONT de 2006 sur les apports de la partie aval du bassin (en fin de son rapport, en page 33 : il nous précise que «Lattes, une fois le projet de protection réalisé, ne serait protégée que jusqu'à des événements naturels d’occurrence moyenne, inférieurs à la crue centennale».
    •   Les accélérateurs de crues à partir des surélévations des terrains, des surfaces bâties et des surfaces imperméabilisées ne sont pas documentés, par exemple : l’ancien stade Richter (en contrebas de la route d’environ 1,5 mètres et qui a servi partiellement de bassin de rétention lors de la crue référence de septembre 1976) est devenu un accélérateur de crues depuis la construction de la faculté des sciences économiques au-dessus, dont le bâti dépasse la route de 80 centimètres) ...

« Les experts s'accordent à dire qu'il n'est pas possible, dans l'état actuel des connaissances du bassin à partir des études disponibles, de fournir des éléments scientifiques fiables et suffisants pour quantifier le risque de concomitance entre les deux pointes de crues (non prise en compte de la concomitance des apports du Verdanson «par seulement deux experts ?) ».  

« Dans ces conditions, la conférence scientifique des experts de 2007 n'est pas conclusive sur le débit aval du Lez à l'A9 ».  

Informations des impacts du projet A9 ASF : En cas de crue centennale du Lez et de la Lironde, les écoulements dans le secteur de la Céreirède s’écoulent dans la plaine.

La RD 986 dans le sens Lattes/Montpellier est inondable dès la crue centennale, le terre-plein central faisant obstacle dans l’autre sens. 

Les soucis et recommandations des Préfets pour la prévention des inondations : 

En Mai 2010, au Palais des Congrès du phare de la Méditerranée à Palavas-les-Flots, Monsieur le Préfet BALLAND avait promis « d’étudier parcelle par parcelle » le territoire constructible sous l’œil très inquiet de nombreux élus. Après la tempête Xynthia à La Faute-sur-Mer, les services de l’Etat du Languedoc-Roussillon ont accepté une mission impossible : prévenir le risque localement.

Face au changement climatique et aux phénomènes extrêmes, la côte héraultaise doit se préparer. Une étude aurait chiffré à 15 milliards d’euros le risque de la submersion marine à l’horizon 2100, si rien n’est fait en Languedoc-Roussillon.  

Le préfet de la région Languedoc-Roussillon, Monsieur Pierre FLORIAN DE BOUSQUET en 2013 a lancé un cri d'alerte lors de la conférence régionale de prévention des inondations. Il annoncera que seule une démarche radicale peut sauver la région d'une catastrophe. « Ça coûtera moins cher de reculer. Une crue centennale, c'est des milliards de ruines. On ne gagnera pas toujours contre la mer. Il vaut mieux quelques reculs stratégiques, aider à relocaliser les activités. Le coût, sinon, serait bien plus élevé que ces relocalisations. Même si c'est vrai qu'il faut pouvoir répondre à ceux qui nous demanderont de les aider à reconstruire. »

La réglementation va être durcie …  (! ?)

Nous sommes devant des risques de submersion dus à la montée des eaux par surélévation du niveau marin et des étangs lors de tempêtes. Sous l’effet du vent de la dépression atmosphérique ( avec un grand vent d’Est ) cumulé avec des pluies torrentielles, l’écoulement des cours d’eau qui seront ralentis et/ou bloqués pourraient provoquer des dégâts très importants.

Depuis plus d’un siècle, six grandes crues du Lez ont été recensées : en octobre 1891 et 1907, septembre 1933, décembre 1955, septembre 1963 et 1976.

Six nouvelles crues ont été enregistrées plus récemment, en décembre 2002 et 2003, en septembre 2005, les 29 et 30 septembre 2014, le 23 août 2015 et le 4 novembre 2015. 

Conclusion sur les problématiques des inondations de Lattes :

Quelle fiabilité peut-on accorder à cette dernière étude demandée par l’IGE de 2007 puisqu’elle n’est pas conclusive ? Par ailleurs, elle ne prend pas en compte l’aval du Lez jusqu’à son exutoire à Palavas-Les-Flots dont les risques sont concomitants avec l’élévation du niveau marin et des étangs avec une crue en amont.

Les effets aggravants du changement climatique ne paraissent pas être pris en compte non plus ? Conformément au rapport de l’étude de Monsieur Philippe QUEVREMONT (p. 33) et les effets anthropiques suite aux conséquences des surfaces bâties, le risque d’inondation pour Lattes Centre et du quartier de la Céreirède (emplacement de MAERA), apparait comme inondable dès que le niveau d’eau du Lez sera supérieure à une fourchette comprise entre 750 et 800 m3/s. La commune de Palavas-les-Flots subirait également de graves inondations.  

MAERA se situe sur une zone inondable : Zone rouge de précaution RPC – RPD1.

Le PPRI de Lattes du 6 Juin 2013 indique qu’il faut préserver les zones d'expansion de crue faiblement urbanisées et interdire tout projet susceptible d'aggraver le risque existant ou d'en provoquer de nouveaux.

L’implantation d’une station d’épuration ou son extension en zone inondable est interdite ou doit donc être considérée comme dérogatoire et motivée par une étude technico-économique permettant d’écarter les alternatives de construction en zone inondable.

Le maître d’ouvrage doit donc inclure dans son dossier, loi sur l’eau, un document d’analyse qui montre :

-qu’il a effectivement recherché un site alternatif hors zone inondable, (jusqu’à preuve du contraire, ce n’est pas le cas)

-qu’il a procédé à une analyse avantages/coûts comparative des sites potentiels, (ce qui me parait

non justifié et même non justifiable)

-que son projet prend en compte l’inondabilité du site choisi, à la fois quant à l’effet des inondations sur la future installation, et quant aux effets de l’installation sur les crues (jusqu’à preuve du contraire, ce n’est pas le cas).  

Qualité de l’air :

  •          Le quartier de la Céreirède, un site déjà très pollué par la proximité de deux autoroutes et la ligne LGV. Est-il admissible de vouloir additionner d’autres pollutions sur cette même zone ?  

Selon la Commission Européenne la ville de Montpellier est pointée doigt pour ses pollutions, elle fait partie des 14 grandes villes les plus polluées. https://www.liberation.fr/planete/2018/05/17/qualite-de-l-air-la-commission-europeenne-poursuit- la-france-en-justice_1650709  

Cette décision n’est pas une surprise. Le 30 janvier, Karmenu Vella, le Commissaire européen chargé de l’environnement, avait reçu Nicolas Hulot et ses homologues de huit autres pays européens lors d’un sommet ministériel sur la qualité de l’air. Il leur avait accordé un dernier délai pour présenter un plan d’action pour réduire la pollution de l’air. Le ministre de la Transition écologique avait présenté le 13 avril la «feuille de route» concernant les quatorze zones critiques : Ile-de-France, Marseille, Nice, Toulon, Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Valence, vallée de l’Arve, Strasbourg, Reims, Montpellier, Toulouse et la Martinique. https://www.lemonde.fr/pollution/article/2018/05/17/pollution-de-l-air-bruxelles-renvoie-la-france- devant-la-cour-de-justice-de-l-union-europeenne_5300331_1652666.html  

DES CHOIX CONTESTABLES SUR LES VILLES CONNECTEES  

Pourquoi avoir connecté la Ville de CASTRIES ?

Voilà les questions posés au Vice-président de Montpellier Métropole eau et assainissement, par courriel du 30 Juin 2016 (pas de réponse) et au Président de Montpellier Métropole, Monsieur Philippe SAUREL, le 6 Juillet 2017 à Lattes, le 28 Mars 2018 à l’hôtel de la Métropole, je peux même ajouter celles de la réunion présentée par la commission d’enquête publique à Lattes du 10 Juillet 2019 (elles sont toujours en attente de réponses ?).  

  •               En faisant encore grossir « Maera », n’additionne-t-on pas les problèmes de gestion et les risques techniques de cette station ? 
  •               N’anticipons nous pas l’aggravation quantitative des pollutions en mer ? 
  •               N’orientons nous pas vers des problèmes techniques en cas d’inondation puisque cette station est en zone inondable (zone rouge) et non protégée ? 
  •               N’orientons nous pas vers des formations de sulfure d’hydrogène (H2S) dans la canalisation au regard de la distance (environ 12kms) qui séparent Castries à Maera, surtout avec la faible pente lors de la traversée de Montpellier ? Qu’elle est l’évaluation de l’impact olfactif  
  •               N’orientons nous pas vers une maintenance coûteuse des infrastructures et canalisations ? 
  •               Est-ce que le principe de développement durable ou d’économie circulaire seront appliqués s’il n’y a aucun retour sur investissements alors que la réutilisation des eaux peut très facilement s’appliquer et répondre à un besoin de proximité, là où le besoin existe?  
  •               Ne serait-il pas plus judicieux d’envisager la création d’une station d’épuration performante par secteurs géographiques stratégiques (villes de proximité) et dont la capacité serait de 50 000 EH (avec une extension possible jusqu’à 100 000 EH, si nécessaire). Elles permettraient les meilleurs recyclages des eaux en fonction de l’évolution des technologies. Le traitement final en complément de chaque station serait assuré à partir d’une opération, soit industrielle ou par un procédé de Phytoremédiation et/ou de phytorestauration (traitement à partir de jardins filtrants).

L’importance sur le choix de la filière de traitement qui serait préféré en fonction des critères «rapport coût / efficacité » de chaque procédé. 

La rénovation de la station d’épuration de Castries aurait eu l’avantage majeur d’assurer une ressource complémentaire à moindre coût et une alternative pour une utilisation de proximité tout en permettant de préserver les ressources naturelles.  

Quels auraient été les avantages de cette rénovation ?  

  •               Assurer une ressource fiable de proximité, disponible et indépendante des sécheresses pour l’irrigation et des usages industriels. 
  •               Anticiper les effets du changement climatique et l’éventuel besoin de mobiliser d’autres ressources en eau. Eviter les coûts de développement, du transfert et de pompage par d’autres apports ou du transport de l’eau sur une longue distance.  
  •               Réduire ou éliminer l’utilisation des engrais chimique en irrigation. 
  •               Assurer des revenus complémentaires (retour sur les investissements et création d’emplois) grâce à la revente de l’eau recyclée et des produits dérivés (les phosphates… )  
  •               La valorisation environnementale et foncière des terrains irrigués 

Quelle est mon appréciation de ce projet : 

    • un projet d’extension qui ne permet pas de répondre à toutes les corrections des problématiques de cette station ( au mieux se sera une amélioration provisoire) ;
    • une absence d’anticipation et de prévision des besoins malgré de nombreux dysfonctionnements ;
    • un choix hasardeux et risqué de ce site pour une extension ;
    • un choix financier contestable ;
    • les odeurs (de sulfure d’hydrogène, H2S) seront toujours présentes, ne serais-ce que par la longueur et/ou de la faible pente des canalisations des eaux usées à partir des postes de refoulement dont le traitement et l’entretien du réseau demeure très coûteux.
    • le danger environnemental et de santé publique pour les riverains restera présent ;
    • l’absence d’étude pour un autre choix de projet en lieu et place de la seule extension de la station actuelle ;
    • le raccordement de plusieurs communes hors territoire Métropolitain, mais également celui de la Commune de Castries avec centralisation du traitement des effluents sur un site à risques ;
    • Moins de 400 000 équivalents habitants sont connectés à MAERA (avec cinq villes hors Métropole) pour une capacité annoncée de 470 000 EH. Pourquoi une extension ?

Sauf erreur ou omission de ma part, aujourd’hui, moins de 30 Millions de m3 d’eau sont traitées et facturées alors que la possibilité actuelle de MAERA devrait pouvoir traiter 47 Millions de m3 soit une possibilité de progression de + 35%.

    • Le PLU de la Commune de Lattes est non compatible avec l’extension proposée par rapport à la situation géographique de MAERA ( en zone inondable) et d’autre part la partie des surfaces bâties de l’extension ne respecte pas le coefficient d’emprise au sol (limite des 25%). 

CONCLUSION

Les enjeux sont mal évalués et les objectifs ne répondent pas aux vrais besoins. L’intérêt général ne me parait pas être pris en compte, le risque d’inondation est minimisé, les coûts sont très importants et les pollutions seront toujours présentes.

 

Lattes le 3 Septembre 2019
Jacky CHANTON

L'ODAM présente ses excuses concernant les sites internet cités dans ce billet dont les adresses ne sont plus valables et sont devenus inacessibles. Pourquoi ?

Publié le 23/09/2019 ! 09:23  - 1 commentaire - 1 commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Introduction

Une enquête d'utilité publique a été ouverte le 27 juin 2019 jusqu'au 20 août 2019 par arrêté préfectoral pour « un projet de modernisation de la station des eaux usées MAERA présenté par Montpellier Métropole », soit une durée de 44 jours, en plein été, en pleines vacances ! Les association vigilantes ont réussi à persuader les autorités de prolonger la dite enquête jusqu'au 4 septembre 2019, 18 h. L'ODAM a pu, à la fin août, consulter le registre dématérialisé et son dossier et rédiger une contribution dont nous donnons la teneur ci-dessous. Le Président de l'ODAM a rencontré les commissaires enquêteurs le 4 septembre de 9h15 à 10h15 pour un échange cordial et constructif. Nous espérons avoir été écoutés et entendus.

Contribution de l'ODAM

Montpellier le 2 septembre 2019

 

EUP modernisation Maera

 

Objet : « Projet de modernisation de la station de traitement des eaux usées MAERA, sur la commune de Lattes, lieu dit la Céreirède, au profit de Montpellier Méditerranée Métropole » (arrêté préfectoral n°2019-I-743 du 17 juin 2019).

 Nous sommes solidaires de tous ceux qui ont protesté sur la date de tenue de l’enquête pendant le début de l’été et des vacances, nous sommes gré de la prolongation au 4 septembre. Sans cette prolongation, l’enquête aurait pu être interprétée comme une tentative de « passage en force » dont Montpellier-Méditerranée-Métropole nous a déjà habitués dans le passé, pour d’autres aménagements aujourd’hui controversés.

 Il s’agit de donner un avis sur l’utilité publique du projet de Montpellier-Méditerranée-Métropole qui présente un « projet de modernisation de la station de traitement des eaux usées [STEU] Maera ». S’agit-il vraiment de « moderniser » cette STEU qui dessert à l’heure actuelle 14 communes de la métropole et 5 hors-métropole ?

 Préambule

 Le concept de modernisation est totalement différent de celui d’extension. Il ne s’agit pas de la même chose. « Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde. » écrivait Albert Camus (L’homme debout, Edition II).

Nous déclarons que l’eau usée, certes, est un déchet mais un déchet précieux qu’il convient de recycler, de récupérer et d’épurer correctement en vue de sa réutilisation en eau douce à toutes les fins agricoles. Les exutoires fluvial (Le Lez) ou marin (golfe du Lion-golfe d’Aigues-Mortes), tel qu’il fonctionnent depuis 1965, sont une dangereuse hérésie, un crime contre l’environnement. En 2005, se tenait une conférence publique (28/04/2005, Montpellier) dénonçant la conception de la nouvelle usine qui allait s’ériger sur le site de la Cérereide obsolète (rejetant dans le Lez depuis 1965). Cette « usine pilote », selon l’expression de son promoteur, allait remplacer la Cérereide, mais en améliorant le traitement et en déportant la pollution du Lez dans le golfe d’Aigues-Mortes, à 11 km au large de Palavas, par un émissaire de 20 km dont 11 en mer. Le débit du rejet prévu est de 130.000 m3/jour (soit environ 1,5 m3/s). Ce contre quoi ont protesté à l’époque les associations de défense de l’environnement, notamment celles de la baie d’Aigues-Mortes ou des communes riveraines du Golfe. Une protestation contre la composition des effluents prétendument traités à 95% :

 

  • des MEST[1] (matières en suspension : 3,5 t/jour de MEST),
  • des DBO[2] et des DCO[3] (ces deux derniers appauvrissent le milieu en oxygène),
  • plus des ions de composés d’azote, phosphore,
  • des médicaments humains rejetés avec les selles, certains radioactifs,
  • des PCB, etc.
  • sans compter une impressionnante quantité de germes coliformes !

 Le taux d’épuration justifiait, selon Montpellier-Agglomération et un avis de 1996 d’un « comité national d’hygiène » approuvant un rejet en mer, au large, avec comme excuse supplémentaires qu’un courant dit « Ligure » allait balayer ces substances et les diluer dans la grande masse de l’eau de la Méditerranée, affirmation justifiant ce que nous qualifions comme « atteinte grave contre l’environnement », dans la mer la plus polluée du monde, souffrant de la pollution de toutes les grandes métropoles françaises riveraines comme de celles étrangères (celles du sud-est en particulier). L’influence de ce courant Ligure n’aurait jamais été scientifiquement démontrée comme du reste, l’effet de dilution de la pollution rejetée.

 Nous sommes solidaires des communes situées à l’est de Palavas, qui n’ont pas été associées comme partie prenante dans l’élaboration de l’enquête, au prétexte qu’elles appartiennent à un département voisin. Un écosystème peut recouvrir plusieurs divisions administratives, l’écosystème du golfe du Lion et de la baie d’Aigues-Mortes ne peut être réduit à sa partie faisant face à l’Hérault, ce qui n’est pas naturel. Les limites administratives ne constituent en aucune façon une barrière anti-pollution : la pollution est trans-frontières, encore plus s’agissant de la mer ! La compétence se devait d’être étendue à tout l’écosystème, au moins à l’est de la Grande-Motte et à l’ouest de Palavas.

  1.         L’émissaire en mer (coût = 65 Millions d’€uros)

 Le 16 novembre 2018, s’est produit un incident survenu sur l’émissaire, exutoire en mer de Maera : une rupture de la canalisation au lieu dit « les 4 canaux » à Palavas dont aucun média n’a rendu compte mais qui a fait l’objet d’un constat d’huissier de justice. Les effluents seront pompés de la fouille de dégagement et sont déversés dans l’étang du Prévost, tout le temps que dureront les travaux de réparation de la fuite. Cette réparation s’est faite par un « sanglage » (provisoire ?). Cet incident à lui seul montre la dangerosité du dispositif de rejet en mer chaudement recommandé en ... en 1996 ! Depuis, la science a fait des progrès notamment sur le devenir des polluants en mer et sur l’état de la mer méditerranée, mer fermée, eutrophisée et très polluée ! Les nouvelles règles européennes sont là, il faut en tenir compte (Fondation Ellen Mac Arthur).

 Les traités scientifiques nous disent que l’hydrogène sulfuré qui est contenu dans les tuyaux d’égoûts des réseaux d’assainissement corrodent le béton, l’acier, la fonte. La question se pose sur l’efficacité des dispositifs de désulfuration à la sortie de Maera ? Or, les riverains savent combien ce composé est présent dans les eaux qui empruntent l’émissaire (odeurs méphitiques constatées là où sont placés des évents de cette canalisation. Il y a eu une première manifestation le 16 novembre 2018, combien de microfuites le long des 20 km de cette canalisation ? Les microfuites évoluent et un jour, comme ce 16 novembre 2018, ça casse !

 L’émissaire en mer a coûté cher, mais il faudra dans un premier temps stopper progressivement son utilisation (il semble corrodé et le public ignore à quel point). Il faut envisager une vraie modernisation de la STEP Maera pour en faire une vraie station de traitement rejetant, quelles que soient les circonstances météorologiques, de l’eau de qualité baignade dans le milieu naturel. Où devra se faire le rejet ? Dans le Lez pour permettre l’étiage de ce fleuve. Ou en réutilisant une partie du conduit pour amener les eaux vers des jardins filtrants proches du trajet, là où il y a du foncier disponible. Il faut également mettre en place un système d’eau d’irrigation agricole (le Gard est actuellement, au 26 août 2019, en période de sécheresse, de stress hydrique, pénurie d’eau d’irrigation). L’Hérault ne saurait tarder, la pluie n’est pas au programme avant dux semaines. L’étiage du Lez est maintenu par un apport d’eau du Rhône amené par le Canal « Philippe Lamour » (BRL) qui traverse le Gard assoiffé et une partie de l’Hérault. Cet étiage est nécessaire pour compenser le prélèvement d’eau potable dans la nappe souterraine de la source du Lez. On oblige bien des agriculteurs à cesser leurs prélèvements, pourquoi pas cesser la compensation de l’étiage du Lez avec l’eau du Rhône ?

 Par ailleurs, nous n’avons cessé de dénoncer l’insouciance des autorités locales (assemblée délibérante des communes et agglo-métropole confondues) qui ont accepté que l’eau sortant de Maera ne soit pas débarrassée de sa charge bactériennne-virale et soit insuffisamment traitée (il manque des rampes de lampes à rayons ultra-violets, une chloration appropriée, etc. : une dépense mineure ?) : la seule protection réside actuellement sur l’interdiction de toute pêche et de toute plongée autour de la sortie de l’émissaire et récemment la suspension administrative d’une conchyliculture impactée. L’eau salée n’est nullement un désinfectant pour les bactéries (coliformes, entérocoques, etc.). Ces bacilles sont censés vivre en mer plus que les 3 jours qu’on leur prête et peuvent revenir vers la côte en cas de vents marins. Les conchyliculteurs apprécieront (dont nous apprenons le préjudice qu’ils ont subi !). Ces bacilles en contact avec les résidus d’antibiotiques des effluents peuvent voir leur dangerosité accrue (piste à suivre). Car, là est le problème de mélange des eaux de l’émissaire peu salées et à faible densité avec l’eau de mer salée et à plus forte densité. L’agitation créée par les « becs de canard » du tronçon terminal en mer tente ce mélange mais l’eau douce remonte en surface et peut suivre les vents soufflant vers la terre, ramenant à la côte des bacilles peu moribonds.

 Au modèle Maera, notre association n’a cessé d’opposer le modèle de STEU utilisée par l’agglomération de Caen-la-Mer qui rejette depuis plus de 15 ans, dans l’estuaire de l’Orne, des eaux de qualité baignade correctement traitées, filtrées en finale par des jardins végétaux filtrants de plantes à rhizomes capables de ce travail d’épuration. Montpellier-Méditerranée-Métropole n’a jamais voulu entendre raison sur cette solution. Et, cerise sur le gâteau, on nous propose l’augmentation de la capacité de traitement avec, à terme, une augmentation des déversements en mer via un émissaire dont nous doutons de l’étanchéité.

 

Conclusion partielle : la modernisation envisagée de Maera semble ignorer les exigences de protection du milieu marin méditerranéen contre toute pollution. Elle est hors de propos avec l’exigence de récupération et réutilisation de l’eau : 130.000 m3/jour en pure perte déversés en mer alors que cette eau pourrait renforcer l’étiage du Lez et servir à l’agriculture. Ceci n’est pas pris en compte dans les documents de l’enquête. Montpellier-Méditerranée-Métropole rejette cette éventualité dans le document « Projet de ... : Bilan de la concertation préalable (sd [2018]).

 

  1.          Extension ou modernisation

 

Nous affirmons, à la lecture des dossiers, que le véritable objet de Montpellier-Méditerranée-Métropole n’est pas une modernisation mais une actualisation, réactualisation et extension ave une augmentation de la capacité de traitement de 40% de la capacité actuelle en vue de satisfaire une augmentation de population permanente hypothétique et provoquée sciemment. Depuis ses débuts (Cérereide en 1965), le promoteur (Montpellier ... district, agglo, métropole) a visé, au prix de travaux pharaoniques, année après année, à fermer des stations communales (au lieu de les moderniser localement) et à proposer voire imposer  des raccordements à Maera en s’attribuant « la compétence assainissement », même à des communes d’autres agglomérations (cinq communes sont hors-métropole : Palavas, p.e.). Cette politique de grands travaux inutiles s’oppose au principe de subsidiarité des traitements de déchets, traitement au plus près du lieu de production. Il existe au nord de Montpellier une station communale exemplaire (Vailhauqués), conçue sur des bases écologiques, utilisant des vers de terre comme agents actifs et déversant ses effluents bien épurés dans la Mosson (le maire de Vailhauqués est un scientifique soucieux du milieu naturel, pas un juriste spécialiste des conflits à venir).

 L’extension envisagée (40%) émerge, quand on lit les informations enfouies dans un dossier technique d’un volume monstrueux et quand on détient, depuis 1965, l’historique de Maera-Cérereide : au lieu d’une modernisation, on nous cache essentiellement une réactualisation et une extension. Alors que dans la situation actuelle c’est moins de 400.000 équivalents-habitants (EH) qui y sont connectés, la lecture des dossiers fait état « d’une capacité de 470.000 EH qui serait portée à 660.000 EH », ce qui prouve qu’il s’agit bien d’une extension (augmentation de la capacité de traitement d’un tiers, c’est à dire plus 190.000 EH (+40%). Pourquoi une telle augmentation ?) à laquelle il faut ajouter, à la marge, rénovation et modernisation. Maera fait suite a un échec écologique, environnemental, financier et de conception de sa précédente rénovation, laquelle ne remonte pas à plus de 12 ans. On joue sur les mots, on commet un grossier abus de langage, dans un dossier de plusieurs centaines de pages, une inflation technologique qui a pour but de noyer le citoyen sous un fatras technique, en l’abusant sur le travail de modernisation que nous n’avons cessé de préconiser depuis 12 ans au fil de nos observations lors des visites que nous avons pu faire ou sur notre site Internet (https://www.odam.fr). Ces observations ont été relayées au fil des réunions d’une Commission de suivi de site à laquelle les autorités nous ont, avec constance, refusé toute participation, nos observations ayant déplu à la communauté territoriale concernée malgré leur pertinence. Nous défendons l’intérêt général, nous ne réglons pas des comptes, même si cela déplait aux dépensocrates.

 De surcroît, l’extension prévue se fait dans une zone dont le caractère inondable ou non-inondable fait l’objet de controverses.

 

Augmenter la capacité de traitement de 470.000 EH à 660.000 n’en fera pas pour autant une meilleure station, elle pourrait même être pire dans son impact sur le milieu naturel. Les effluents transitant par un émissaire, dont l’étanchéité est douteuse, vont augmenter. C’est loin d’être un exemple de vertu écologique avec toutes les problématiques centrées sur une même station plus importante en cas de dysfonctionnement.

 

  1.         L’État sanitaire du milieu naturel à l’aval de Maéra

 

Le document de réponse aux remarques de l’autorité environnementale (AE) met l’accent sur l’amélioration de l’état sanitaire environnemental du milieu naturel notamment des espaces lagunaires situés de part et d’autre du Lez et Palavas. Lors de la mise en service de la nouvelle Cérereide ou Maera (la rolls-royce des STEP ou « une station pilote » disait-on à l’Agglo), il est clair que le fait de ne plus rejeter d’effluents dans le Lez d’où ils gagnaient les étangs, a assaini considérablement le fleuve après une situation catastrophique. Pour les étangs saturés d’apports polluants, l’évolution a été plus lente à venir. Mais l’alibi du rejet en mer à 12 km par l’émissaire a permis l’envoi d’une partie de la pollution (5%) dans une mer qui n’en a pas besoin avec des désordres et des dysfonctionnements non immédiatement visibles rapidement et qui constituent autant de causes cachées de problèmes environnementaux graves à venir.

 D’autre part, on a l’impression, à la lecture des documents de l’enquête que l’amélioration de l’environnement de la zone lagunaire est un objectif encore à atteindre ! Pourquoi cet état de fait dont l’incident-accident du 16 septembre 2018 aux 4 Chemins, soigneusement dissimulé, ne serait que la partie visible d’un iceberg fait d’une cascade de micro-fuites invisibles provoquée par une corrosion invisible ?

 

La traversée d’un des étangs dans une zone vaseuse instable et à caractère oxydant n’est pas faite pour mettre le tube à l’abri de la corrosion extérieure, ce qui est loin de nous rassurer sur l’intégrité générale du conduit.

 

  1.         Le problème des crues et des épisodes cévenols

 

Un des problèmes que Montpellier-Méditerranée-Métropole propose de régler est celui des forts épisodes pluviométriques (épisodes cévenols ou méditerranéens) qui surviennent en automne-hiver-printemps. Les pluies orographiques se propagent rapidement vers la plaine créant des inondations (on connaît historiquement les crues du Verdanson, affluent du Lez). A la forte quantité d’eau qui tombe s’ajoute un fort ruissellement qui est aggravé par l’imperméabilisation des sols. Les immeubles et leurs parkings font dévaler, depuis les hauteurs de Montpellier et des Cévennes-Causses, des quantités d’eau qui convergent vers Lattes (Negue-Cats, Lez, Mosson, Verdanson, etc.). La partie de l’eau qui s’engouffre dans le vieux réseau unitaire d’égouts arrive en trombe sur Maera malgré le bassin régulateur (insuffisant ) de crues des Aiguerelles. Maera ouvre les « by-pass » et les eaux grises-noires passent dans le Lez proche avec leur charge brute de polluants. Ce phénomène a été longtemps caché au public alors que nous l’avons toujours révélé à la suite d’une visite de la STEP.

On nous affirme que les aménagement prévus vont diminuer les rejets par by-pass, on ne nous affirme aucunement qu’ils seront nuls. Les risques ne tiennent pas compte du changement climatique et de la montée des eaux des océans, montée à laquelle la Méditerranée n’est pas à l’abri.

 

Un second phénomène se produit lors des épisodes cévenols : les fortes marées qui bloquent l’évacuation des eaux by-passées dans le Lez. Les vents marins soufflant vers la terre ramènent la pollution vers les étangs. Que va faire la Métropole ? La pollution par les coliformes et entérocoques (et les virus ?) rejetés en mer remonte dans des bulles d’eau « douce » et revient vers la terre, vers le lido de Palavas et des communes voisines en moins de 3 heures. Ce ne sont pas 12 km parcourus depuis la sortie de l’émissaire en mer, parcourus en moins de 3 heures, qui suffiront à tuer les germes, n’en déplaise à la Commission nationale d’hygiène de 1996 et à Montpellier-Méditerranée-Métropole.

 

Nous finirons en rappelant l’existence de la « Directive Cadre Stratégie pour le Milieu marin » (2008/56/CE, DCSMM), directive qui préconise « une mer saine, propre et productive, un bon fonctionnement des écosystèmes marins et un usage durable des biens et services associés. ». Tout le contraire de l’innocuité prétendue des rejets en mer d’eaux chargées de bacilles et de virus.

 

Notre avis final est contre, résolument défavorable à l’extension telle qu’elle nous est proposée (qui laisse de toutes façons Maera avec ses défauts) et ne permet pas de supprimer la totalité des dysfonctionnements et des pollutions, à la fois en mer et dans le Lez : une réalisation industrielle incomplète, ignorant tout de l’écologie, dans une région où la préservation du milieu naturel et de la Méditerranée est une richesse touristique importante qu’il convient de préserver.

 

Aucune alternative à cet unique projet d’extension n’a été portée à la connaissance du public (et à la nôtre) alors que nous estimons que la meilleure réponse serait la création d’une à deux STEU, l’une au nord-est, l’autre au nord-ouest d’une capacité de 50.000 EH chacune, extensibles à 100.000 (regroupement de villes à proximité) avec récupération des phosphates, le recyclage et la réutilisation des eaux, là où le besoin existe à proximité.

 La mer Méditerranée n’a pas besoin d’un apport d’eau dite « douce » polluée, contaminée, alors que l’arrière pays aura de plus en plus besoin d’eau recyclée convenablement et ce, afin d’épargner des ressources en eau souterraines de qualité dont certaines ont été compromises par des décharges d’ordures ménagères prétendument non-dangereuses (ISDND Castries, entre autres, résultat de la politique des déchets de cette même Montpellier-Méditerranée-Métropole).

 Le défi du changement climatique et des stress hydriques qui en sont la conséquence ne sont pas des phénomènes situés dans des pays lointains et exotiques. La montée des eaux dans la plaine littorale au sud de Montpellier progresse insidieusement. Ces phénomènes sont là, à notre porte, chez nous, « aquí », sur la côte languedocienne. Il convient de faire le pas et d’arrêter le désastre qui s’annonce.

 Sur la forme du dossier, nous faisons remarquer que Montpellier-Méditerranée-Métropole se prévaut de nombreuses dérogations à des dispositions destinées, pour certaines, à protéger l’environnement. Nous soulignons qu’alors cela voudra dire qu’on aura violé toutes les réglementations au profit de dérogations. Les responsabilités des décideurs seront engagées devant les générations actuelles et futures.

 

Le projet de modernisation de Maéra doit être rejeté et/ou ré-écrit avec un changement complet de paradigme tenant compte de l’évolution des connaissances scientifiques sur le milieu marin, lagunaire et fluvial. La présence de zones naturelles reconnues (ZNIEFF, RAMSAR, etc.) n’est pas à fouler au pied ! Des activités économiques de pêche et de conchyliculture sont impactées, toutes proches comme celles éloignées.

Il se trouve que l’Université de Montpellier enseigne l’écologie tant marine que terrestre depuis plus d’un demi-siècle, adossée à de grands organismes de recherche tant nationaux qu’internationaux (CNRS, IFREMER, INRA, CIRAD, INSERM, etc) : cette excellence vient d’être reconnue en 2019 par une première place au classement dit « de Shangaï ».

 

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM
Certifié és Chimie
Docteur en sciences biologique mention écologie
Ancien chargé d’études de haut-niveau au ministère de l’environnement (1980-1996)
Ingénieur de recherches (ER) du CNRS
Chevalier du mérite agricole (2015)

 

[1] Matières en suspension transportées : MEST

[2] matières caractèrisées par leur demande biologique en oxygène : DBO

[3] idem demande chimique en oxygène : DCO

Complément et erratum

Montpellier le 3 septembre 2019

EUP modernisation Maera

complément

 Objet : « Projet de modernisation de la station de traitement des eaux usées MAERA, sur la commune de Lattes, lieu dit la Céreirède, au profit de Montpellier Méditerranée Métropole » (arrêté préfectoral n°2019-I-743 du 17 juin 2019).

 

  1.         Erratum

 Le présent document apporte quelques corrections au précédent document versé le 2 septembre. La « commission d’hygiène et de sécurité etc. » dont il est question page 5 doit être remplacée par « Conseil supérieur d’hygiène publique de France qui a émis une prescription en 1994 ».

 

  1.         Complément d’avis sur le dossier

 Nous attirons l’attention des Commissaires Enquêteurs sur l’avis formulé par l’Autorité Environnementale, formation d’autorité du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable, nous citons :

 « Cet avis porte sur la qualité de l’étude d’impact présentée par le maître d’ouvrage et sur la prise en compte de l’environnement par le projet. Il vise à permettre d’améliorer sa conception, ainsi que l’information du public et sa participation à l’élaboration des décisions qui s’y rapportent. L’avis ne lui est ni favorable, ni défavorable et ne porte pas sur son opportunité. La décision de l'autorité compétente qui autorise le pétitionnaire ou le maître d'ouvrage à réaliser le projet prend en considération cet avis. Une synthèse des consultations opérées est rendue publique avec la décision d’octroi ou de refus d’autorisation du projet (article L. 122­1­1 du code de l'environnement). En cas d’octroi, l’autorité décisionnaire communique à l’autorité environnementale le ou les bilans des suivis, lui permettant de vérifier le degré d’efficacité et la pérennité des prescriptions, mesures et caractéristiques (article R. 122­13 du code de l’environnement). »

 C’est un avis mitigé, en tête d’un document de 30 pages daté du 23 janvier 2019. L’autorité s’est déplacée à Montpellier et à Lattes dans la plus grande discrétion médiatique. Le document est clair, facile à lire. Il comporte une synthèse qui recommande des études complémentaires sur :

 

  • Les scénarios de non-débordement,
  • L’absence de surverse pour les pluies mensuelles, y compris en saison touristique (apport de population),
  • La réalisation d’une première analyse de risques des raccordements de nouvelles installations, etc.

 

L’avis détaillé met en exergue la surcharge hydraulique de la STEU Maera actuelle, les prévisions d’augmentation de la population, etc.

 Nous avons relevé (page 6) les quantités de polluants reçus, il conviendrait d’appliquer un coefficient de 5% pour calculer ce qui est rejeté après abattement, en mer, via l’émissaire. Par exemple pour 32 t/j de MES, ce seraient 1,60 t/jour qui emprunteraient l’émissaire, 28 t/j de DBO5 ce seraient 1,40 t/jour qui seraient rejeté au large, etc. Ces chiffres sont loin d’être anodins et justifieraient une obligation absolue de rejet d’eaux claires, sans MES, DCO, DBO5, etc., une eau récupérable et recyclables qui se perd actuellement en mer via un émissaire qui a coûté le bagatelle de 65 M€. Nous mettons toujours en parallèle la STEU de Caen-la-Mer (capacité comparable) qui rejette à travers des jardins filtrants, ces jardins qui semblent mal connus et mal appréciés par 3M (Montpellier-Méditerranée-Métropole). Ce sont des tonnes par jour qu’on enverrait au large se diluer dans la mer ?

 Nous avons apprécié la réponse de 3M : un pavé d’environ 258 pages supplémentaires et nécessaires, qui auraient dû éclairer le public dès le début des premières concertations en 2018.

 Le résumé non-technique aurait dû venir en tête des documents du projet. Comment ne pas s’étonner que, devant les pavés indigestes et incompréhensibles pour le commun des mortels, le grand public des citoyens, dans une ville qui affichait son désir de démocratie participative ou de démocratie de proximité, les premières enquêtes et les réunions de concertation aient attiré si peu de participants et aient si peu motivé les médias ? A l’exception de riverains lésés ou d’associations motivées ? Car il faut avoir du temps disponible et des connaissances techniques solides pour digèrer le pavé des documents soumis à l’enquête.

 Le citoyen de base est-il conscient, devant son évier ou sa cuvette des WC, que commence le rivage de la mer Méditerranée, chez lui ? « Ici commence le rivage ». Les tuyaux qui partent de son logement aboutissent dans le golfe d’Aigues-Mortes, au large de Palavas, à 30 m de profondeur, via la STEU.

  

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM
Docteur en sciences biologique mention écologie
Ancien chargé d’études de haut-niveau au ministère de l’environnement (1980-1996)
Ingénieur de recherches (ER) du CNRS
Chevalier du mérite agricole (2015)

Publié le 20/09/2019 ! 19:31  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Contribution n° 36 Jacky Chanton - Particulier

LES USINES DE TRI MECANO BIOLOGIQUE « TMB ›› UN ECHEC TECHNIQUE, FINANCIER, INDUSTRIEL et ENVIRONNEMENTAL

Lors du conseil municipal à Lattes du 27 Novembre je suis intervenu sur des points importants, à la fois pour notre commune, Montpellier Métropole et le sud de Montpellier.

Contrairement aux dires du Maire, l’efficacité de la gestion des déchets de Montpellier Métropole est loin de répondre aux besoins et pas davantage l’extension du Centre DEMETER et par voie de conséquence l’usine de Tri Mécanique AMETYST.

La gestion de nos déchets

Pourquoi j’estime que l’extension prévue du Centre de Tri DEMETER ne répond pas aux besoins à moyen terme ?

Gouverner, c'est prévoir, or le développement Métropolitain ne répond pas toujours aux besoins malgré les recommandations citoyennes et/ou associatives, lesquelles ne sont jamais prises en compte jusqu'à ce jour.

Les questions que l'on peut se poser c'est :

Pourquoi l'Agglomération de Montpellier a fait le mauvais choix de construire une usine de Tri Mécano-Biologique, la plus importante de France, en ville et dont la totalité de sa capacité ne sera jamais exploitée avec 2 digesteurs jamais utilisés. Elle est onéreuse pour les contribuables de par sa construction et ses problématiques au niveau de l’exploitation et de sa gestion, par ailleurs, elle n'a jamais répondu aux besoins ni aux objectifs fixés initialement. Elle a été contestée par les citoyens et les associations environnementales indépendantes dans une totale indifférence.

DEMETER : Pourquoi une extension aussi modeste ? Une fois de plus, Montpellier Métropole, fait preuve, à mon avis, d’un manque de vision regrettable car l’extension de DEMETER prévue aujourd'hui est nettement insuffisante afin de répondre aux besoins croissants pour les cinq ans à venir en terme de tri/recyclage.

Moralité: On constate que Montpellier Agglomération/Métropole n'hésite pas à investir pour un équipement onéreux qui ne répond pas aux besoins et  lorsqu'il  s'agit d’une nécessité  on répond  dans l’urgence et au compte goutte pour un besoin immédiat, alors que l'on sait qu'il va augmenter dans une grande proportion à court terme.

Quelle est la projection des besoins à venir ?

Une politique européenne volontariste :

Mise en sommeil en 2014, la politique européenne de recyclage des déchets montre à nouveau de l’ambition, en fixant un objectif de 70 % de déchets recyclés en 2030, avec un objectif intermédiaire de 50 % pour l'année 2020.

La situation au niveau français :

La France fait partie de la moyenne haute des producteurs de déchets européens, avec 511 kg par habitant pour l’année 2014. Au niveau du recyclage, avec 35 % de ses déchets recyclés, elle est en dessous des 44% de moyenne au niveau européen. Ceci place le pays au niveau de ses homologues espagnols ou italiens. Une performance globalement médiocre, qui pose la question de l'adoption d'une politique plus volontariste en la matière.

AMETYST, un procédé non vertueux et une vision abrégée des étapes du traitement mécano- biologique :

Le traitement mécanique (dilacération, criblage, séparation magnétique, tri densimétrique) qui permet d'extraire divers matériaux recyclables.

Le traitement biologique de la fraction fermentescible par compostage (dégradation aérobie) ou par

méthanisation (dégradation anaérobie).

A partir de la méthanisation de la matière organique on obtient un biogaz transformable en électricité avec une fraction stabilisée et de compost pouvant être stocké en ISDND ou envoyée en incinération. « Pour AMETYST, une partie du compost est normé suite aux ajouts de bio- déchets et produits verts, donc théoriquement réutilisable, mais de mauvaise qualité pour l’agriculture »

A partir de la fraction à haut pouvoir calorifique (PCI), il y a fabrication de CSR, il est composé essentiellement de matières plastiques, éventuellement de papiers, bois...).

« Depuis le 1er janvier 2012, les personnes qui produisent ou détiennent des quantités importantes de déchets composés majoritairement de biodéchets sont tenues de mettre en place un tri à la source et une valorisation biologique ou, lorsqu'elle n'est pas effectuée par un tiers, une collecte sélective de ces déchets pour en permettre la valorisation de la matière de manière à limiter les émissions de gaz à effet de serre et à favoriser le retour au sol ».

Ce n’est pas le cas pour Montpellier Métropole.

Pourquoi ne nous dit-on pas qu' AMETYST est un gouffre financier payé par le contribuable ?

Le procédé d'AMETYST fonctionne à partir de rajout de fermentescibles et/ou de produits verts, ce qui n’est pas conforme avec le code de l’environnement (l’article d.543-225-1). C’est

un procédé industriel qui ne respecte pas la norme environnementale qui interdit, depuis le 1erjuillet 2015, de mélanger des bio-déchets triés par leur producteur ou détenteur avec d'autres déchets n'ayant pas fait l'objet d'un même tri.

En effet, AMETYST fonctionne à partir d'un Tri Mécanique Méthanisation des déchets ménagers nécessitant obligatoirement l’ajout de produits verts (bio-déchets, végétaux) pour servir de structurant à la maturation des digestats afin que cette usine puisse marcher.

Si demain nous trions tous nos déchets à la source (ce qui serait nécessaire et plus vertueux), en séparant nos déchets des biodéchets et végétaux, l’usine devrait s'arrêter pour toute la partie dite « Tri Méca no-biologique » soit environ 80% de l’activité d'AMETYST), seul le digesteur de bio-déchets et végétaux pourrait fonctionner avec la production d'un compost conforme pour une utilisation en agriculture.

D'où l’importance du tri à la source de nos déchets et du recyclage pour :

  • recycler et valoriser les déchets (secs) par ri DEMETER ›› ;
  • valoriser exclusivement ies bio-déchets et végétaux par AMETYST ;
  • produire du biogaz et un compost utilisable pour l’agriculture;
  • réduire le stockage des déchets ultimes ; `
  • répondre à l’économie circulaire ; -
  • minimiser les coûts de traitement avec la mise en place d'une gestion « ZERO GASPILLAGE et TENDRE VERS ZERO DECHET » en englobant la contribution de la redevance incitative avec la suppression de la TEOM.

Valorisation du compost produit :

Le compost produit par le procédé de Tri Mécanique Méthanisation génère un compost de qualité qui ne permet pas un retour au milieu naturel sans dangers même si celui-ci est normé NFU 44-051, pourquoi ?

La norme NF U 44-051 : Ce compost est loin de protéger les sols et la santé. Les "grands" pays qui produisent les deux-tiers du compost européen exigent une bien meilleure qualité de compost pour leur agriculture : Autriche, Belgique, Allemagne, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Suède et Royaume-Uni.

Cette norme est en voie d'être complètement dépassée. La directive-cadre sur les déchets pousse au tri sélectif des bio-déchets et stipule l’obligation de protéger l'environnement en faisant du tri à la source.

« La norme du compost français est à la traîne » (si l’information du Maire de Lattes s’avérait exacte (compost utilisé dans l’agriculture/viticulture), voilà pourquoi, le/les agriculteurs/viticulteurs qui utiliseraient du compost en provenance d'AMETYST ne souhaitent pas être connus).

Le compost français n’offre pas de garanties d’innocuité et protège mal les sois et l’environnement. En cause : une norme de compost bien trop laxiste, ainsi qu'une absence de tri des bio-déchets à la source. Cette réglementation pourrait évoluer grâce à l'Union européenne, d'ailleurs dès 2025, les déchets organiques devront être gérés séparément.

En Allemagne, la production de compost est exclusivement réservée aux installations de traitement de bio-déchets et de déchets verts collectés sélectivement.

«Article 22 de la directive (UE) du parlement Européen et du conseil du 30 Moi 2018 concernant les bio-déchets :

Les États membres veillent à ce qu'au plus tard le 31 décembre 2023 les bio-déchets soient soit triés et recyclés à la source, soit collectés séparément et non mélangés avec d’autres types de déchets.

Il demande :

  1. d’encourager le recyclage, y compris le compostage et la digestion, des bio-déchets de manière a satisfaire a un niveau élevé de protection de l’environnement et à aboutir à des résultats répondant à des normes de qualité élevées;
  2. d’encourager le compostage domestique; et
  3. promouvoir l’utilisation de matières produites à partir de bio-déchets.

Au plus tard le 31 décembre 2018, la Commission demande aux organismes européens de normalisation d'élaborer des normes européennes pour les bio-déchets entrant dans le processus de recyclage organique, pour le compost et pour le digestat, sur la base des bonnes pratiques disponibles ».

Valorisation énergétique d’Amétyst :

Valorisation électrique à partir des moteurs de cogénération à partir de biogaz.

Valorisation de la chaleur produite à partir d'un réseau d'eau de refroidissement qui permet de récupérer la chaleur induite par les moteurs de cogénération de la production électrique.

L’électricité produite est injectée dans  le réseau ENEDIS Ce que l'on ne vous dit pas :

C'est qu'une grande partie de cette valorisation est diminuée par sa propre consommation électrique affectée au fonctionne ment d'AMETYSTY.

Ce sont les ajouts de bio-déchets ou produits verts qui sont comptabilisés dans le tonnage des entrants qui permettent également de fausser cette valorisation puisqu’ils auraient pu être valorisés indépendamment à partir d'un compostage et produire un compost de bonne qualité contrairement à celui qui sort d'AMETYST.

Environnement :

Outre les nuisances subies par les riverains (odeurs et présence de mouches...), qui peuvent conduire à s'interroger sur le lieu d‘implantation de l'usine dans un environnement aussi urbanisé (les premières habitations étant situées entre 70 et 150 mètres) et l’incapacité de l'unité à atteindre à ce jour les performances initialement affichées.

Sur le plan fiscal pour les foyers Métropolitain :

Le taux de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM, fiscalement très injuste ) est à11,25% et demeure pour l’ensemble du territoire de la nouvelle Métropole de Montpellier, l'un des plus élevé de France pour un service aux habitants qui s'est dégradé.

Dans tous les cas, le citoyen vertueux a beau essayer de réduire sa production de déchets, son comportement n'aura pas d'impact sur sa facture, puisque la TEOM reste basée sur la taxe foncière au lieu de prendre en compte le montant du service (nombre de ramassages, qualité du/des produits et de la quantité/volume de chaque foyer).

Selon l'ADEME, ce seraientt 17 milliards d'euros de dépenses de gestion en 2014. Cependant le coût du service de collecte et traitement des ordures ménagères peut être très différent, d'une agglomération a une autre. Les écarts constatés peuvent permettre de mesurer l’efficacité de la gestion d'une municipalité ou d`une intercommunalité.

Pour comparaison : La (TEOM) Taxe d'enlèvement des ordures ménagères s'élevait en 2009 pour Montpellier Agglomération à 141 euros par habitant, contre 59 euros en moyenne en France (Source : Cour Régionale des Comptes).

La loi de transition énergétique pour la croissance verte définit les objectifs suivants : réduire de 10 % les déchets ménagers (2020) ;

réduire de 50 % les déchets admis en installations de stockage (2025) ;

porter à 65 % les tonnages orientés vers le recyclage ou la valorisation organique (2025) ; recycler 70 % des déchets du BTP (2020).

La réalisation de ces objectifs suppose de profondes évolutions quant aux flux mobilisés et l’organisation de leur traitement.

Quelle est ma conclusion ? : (elle est personnelle et qui n'engage que moi)

La moins mauvaise solution serait la fermeture totale de cette usine. Elle serait programmée sur 5 ans à partir d'une renégociation de la DSP (Délégation de Service Public).

Explications :

C’est un échec technique, financier, industriel et environnemental que j’ai dénoncé à l'Agglomération dès l’enquête publique et au conseil municipal de Lattes le 16 Mars 2006 « information écrite que j'ai laissé, ce jour au Maire de Lattes où je précisais qu’afin d'éviter toute polémique sur un sujet aussi important, ne serait-il pas urgent que l'Agglo permette de réunir démocratiquement les associations et personnes intéressées afin de répondre techniquement à leurs soucis et écouter leurs propositions ? Nous éviterions peut-être une solution hasardeuse, prise dans l’urgence et qui ne convient à personne. »

Sa réalisation est une succession d'erreurs inadmissibles par les décideurs de Montpellier Agglomération. Elle a été construite malgré un avis très largement défavorable des citoyens et associations environnementales indépendantes.

C’est une usine surdimensionnée par rapport aux vrais besoins et n'a jamais répondu aux objectifs qui étaient fixés parle cahier des charges.

C’est une usine qui nous a couté excessivement cher pour sa construction et sa maintenance avec dix années  de  nuisances  environnementales  e t d'impacts  sur la santé  des  riverains.

C’est une usine qui bénéficie d'une DSP très avantageuse pour le délégataire et signée en 2014 pour une durée de 10 ans pour un montant de 150 Millions d'euros, soit 10 Millions par an... et quel que soit le résultat traité par AMETYS alors que le tonnage annuel (TMB} devrait baisser considérablement ? Un coût très élevé pour les contribuables.

C'est une usine qui ne permet pas de fonctionner sans avoir en complément, une décharge et/ou un incinérateur, car elle est obligée d'orienter ses déchets sortants. C’est-à-dire que sur 100 tonnes de déchets entrants, il en ressort environ 85 tonnes qui sont orientés vers le centre de stockage de Castries (avec des déchets trop souvent non stabilisés et qui puent) ou l’incinérateur de Lunel-Viel, (ou exportés ?].

C’est une usine qui valorise l’électricité ou la chaleur produite à partir d’un procédé qui permet de détourner la norme environnementale puisqu’elle utilise et mélange des bio-déchets et des produits verts (végétaux). Elle profite de l’effet d’aubaine pour en bénéficier sur ses entrées et revendre son électricité à ENEDIS au prix fort à partir de produits verts qui auraient pu être compostés et recyclés indépendamment afin de produire du bon compost. Par ailleurs cette usine utilise plus de 50% de son électricité produite pour sa propre consommation.

Que faire du site de cette usine ?

Suite à son arrêt total, j’émets l’hypothèse de transformer ce site en un grand centre de tri recyclage qui réponde aux critères d'une économie circulaire.

De transférer les Méthaniseurs sur un autre site, éloigné d'habitations pour une exploitation exclusive de fermentescibles, bio-déchets et produits verts.

Ou

Hypothèse 2 : L’arrêt définitif du procédé « TMB : (Tri Mécano-Biologique) dans les trois ans à venir et conserver les méthaniseurs exclusivement pour les fermentescibles, bio-déchets et végétaux avec un apport de ces produits dans un rayon de 20 km maximum. Une partie du site pourrait servir au tri DEMETER.

Lattes le 30 Novembre 2018

Jacky Chanton

 

Réponse du Maître d’Ouvrage (La Région)

 

La présente contribution concerne l’efficacité des usines de tri-mécano-biologique et plus particulièrement celle d’Ametyst à Montpellier et les choix de la collectivité Montpellier Métropole en matière de tri-recyclage et traitement des déchets et de tarification. Elle ne concerne aucunement le sujet du plan régional de Prévention.

Sur le TMB : le projet de plan régional n’a aucunement retenu le tri-mécano-biologique comme solution de pré-traitement. Il fixe des objectifs quantitatifs à atteindre. Les moyens mis en place par les acteurs doivent tenir compte de ces objectifs. Le plan recommande pour les installations de pré-traitement existantes une amélioration de la performance de ces installations, de manière à augmenter leur niveau de valorisation et à réduire le plus possible la quantité de déchets ultimes partant en stockage. Le plan ne se positionne donc en faveur d’aucune technologie mais au niveau de la fixation d’objectifs pour le traitement.

La Région prend note de ces observations relatives à cette installation. Cette installation est autorisée par arrêté préfectoral. La réglementation ne confère pas au Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets

 

Avis de la Commission d’EUP

 

Le PRPGD n’a pas vocation à fermer les installations autorisées par Arrêté préfectoral.

Cependant la commission prend acte que la Région relayera, auprès des services de l’État et de l’exploitant du site, les préoccupations des citoyens supportant les nuisances engendrées par l’exploitation du site Amétyst à Montpellier.

La commission d’enquête note également que le PRPGD ne favorise aucun mode de traitement et qu’il est écrit en page 240 du plan :

« L’article L.541-1 du code de l’environnement indique que « la généralisation du tri à la source des biodéchets, en orientant ces déchets vers des filières de valorisation matière de qualité, rend non pertinente la création de nouvelles installations de tri mécano- biologique d’ordures ménagères résiduelles n’ayant pas fait l’objet d’un tri à la source des biodéchets, qui doit donc être évitée et ne fait, en conséquence, plus l’objet d’aides des pouvoirs publics ».

 La position de la Région, à travers son projet de PRPGD, est suffisamment claire sur les installations de tri mécano- biologique.

 

Publié le 19/09/2019 ! 19:54  - 1 commentaire - 1 commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Contribution n° 13 Raymond GIMILIO (ODAM)

 Messieurs les Commissaires enquêteurs,

C’est une question grave que vous avez à trancher. Vous avez à choisir entre la position des associations citoyennes qui se battent depuis plusieurs dizaines d’années pour une gestion vertueuse des déchets et les industriels qui présentent des solutions mirobolantes autant qu’industrielles. Ces solutions ont fait la preuve de leur inanité et ont combattu les programmes des ministères chargés de l’écologie et de l’environnement (du cadre de vie ?). Le dernier programme en date « Zéro déchets, zéro gaspillage » rejoint les solutions que nos associations défendent depuis plus de 30 ans. Permettez-nous de rappeler l’existence du Collectif Inter associatif de l’Hérault (CID34) devenu Collectif Inter-associatif et Citoyen des Déchets de l’Hérault (CIDES34 : W34-3 020 648, JO du 7 janvier 2017 N° SIREN 832 210 546, SIRET 832 210 546 0012, site https://www.cides34.fr n° Enreg. CNIL. : 2 106 305). L’Observatoire des Déchets de Montpellier-Métropole (ODAM) en est membre fondateur. Je préside l’ODAM depuis sa fondation en octobre 2004.

 Notre position et celle des associations du CIDES34 ainsi que d’autres où nous sommes engagés (réseau DESIR de France-Nature-Environnement-Languedoc-Roussillon : comme Conseiller-Administrateur) est exposée dans le dossier n° 1 :

  • « Les déchets pour tous : document de référence ».

Nous sommes en 2019, soit 11 ans après l’ouverture de ce prétendu joyau de la technologie de la méthanisation qui a été par deux fois qualifié par la Cour des comptes de fiasco financier et technique et que nous qualifions dans le dossier n° 2 :

  • « Éco-Blanchiment ou « Green-washing » : la langue de bois ».

Notre position a été exprimée en 2006 lors de l’enquête d’utilité publique de l’unité de méthanisation (nommée Amétyst en 2008) est exprimée dans le dossier n° 3

  • « Réfutation du rapport des commissaires enquêteurs. Enquête d’utilité publique : unité de méthanisation Garosud Montpellier avril 2018 : conséquences ». Nous avons été raillés et tournés en dérision.

Aujourd’hui, soit 11 ans après l’ouverture de ce prétendu joyau de la technologie de la méthanisation, les résultats sont là. M. François VASQUEZ, porte-parole de l’Association des riverains de Garosud et porte-parole du CIDES34, membre de la Commission de Suivi de Site (CSS). Il a contredit, arguments à l’appui, l’opinion de Montpellier-Méditerranée-Métropole « Ametyst répond aux besoins de l’une des 10 plus grandes Métropoles de France et peut servir de référence à toute une filière». Il a affirmé devant la CSS que « Ametyst n’est donc pas une référence pour une filière mais la dernière représentante de cet échec industriel. Poursuivre son exploitation est funeste et coupable. ». Il a invoqué « Le syndrome du Titanic annoncé par nos associations il y plus de 10 ans prend tout son sens. » précisant que « L’iceberg est proche, nous y allons à pleine vapeur, pour ne pas dire à plein gaz, dans sa direction. »

Convient il de rappeler que le seul traitement vertueux est la méthanisation de bio-déchets triés à la source et les 3 « R » : recyclage, récupération, réutilisation du reste, condamnant sans appel l’enfouissement des déchets ou leur incinération. La date butoir pour la mise en œuvre du tri à la source est proche : 2025. Nous sommes très loin à Montpellier d’atteindre un jour les objectifs imposés par la loi. Votre devoir, Messieurs, est de valider ce que la loi et le bon sens nous impose.

Nous posons ici la question « Qui assumera la responsabilité du naufrage ».

Ancien chargé d’études de Haut-niveau à la Mission des Etudes et de la Recherche du MECV en 1980, à temps partiel, puis en 1981 à temps  plein, j’ai reçu la responsabilité en 1983 de la Mission des Systèmes d’information et bâti une base de données sur les institutions et les programmes de recherche en environnement. J’ai été contraint de regagner le CNRS, mon corps d’origine en octobre 1986. Je n’ai conservé de cette banque de données disparue (3.000 références) qu’un listing de 91 fiches miraculeusement retrouvé au fond d’une cantine. Depuis 1971, des chercheurs, des scientifiques ont effectué des recherches financées par l’État sur fonds publics (entre autres chap. 57-57, art. 44 et autres).)

Mes collègues et moi donnons, une nouvelle fois notre avis. Il ne pourra plus être dit que la participation démocratique n’aura servi à rien. Notre avis est là, nous avons confiance en votre sagesse et votre écoute.

Je  vous prie  de  bien  vouloir  croire, Monsieur, à  l’expression de nos salutations distinguées.

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM

 Réponse du Maître d’Ouvrage (La Région)

 Comme vous le mentionnez, l’objectif de détournement [collecte séparative et traitement adéquat ?] des biodéchets des Déchets Ménagers et Assimilés est une obligation prévue à horizon 2025 par la loi et reprise dans le plan avec des objectifs de détournement très ambitieux. Pour ce faire, Il convient que les collectivités mettent en place des solutions pour le public de gestion de proximité et quand cela n’est pas possible des moyens de collecte séparative. Le traitement  nécessitera alors  la mise en oeuvre de moyens à définir qui pourront être de la méthanisation ou du compostage sur plateforme.

 Avis de la Commission d’EUP

 La commission d’enquête publique a bien pris note des réponses de la Région à Monsieur Raymond Gimilio.

En 2025, Montpellier Méditerranée Métropole devra, conformément aux objectifs fixés par la loi, mettre en œuvre le tri à la source.

-o-0-O-0-o-

-o-0-o-

-0-

Publié le 19/09/2019 ! 19:49  - 1 commentaire - 1 commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Après la clôture le  4 juillet 2019 de l'enquête d'utilité publique, les commissaires enquêteurs ont rendu leur conclusions. A lire avec attention sur le site de la région https://www.laregion.fr/PRPGD

L'ODAM a fait une première lecture mais c'est VOUS, citoyens, à qui il appartient de donner votre avis, sur notre Forum ou en réaction à ce billet de blog.

Merci de vos réactions.

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM
 

Publié le 17/09/2019 ! 10:39  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Nous apprenons lors d'une réunion que la direction d'Amétyst (Usine de traitement mécanique d'ordures ménagères de Montpellier-Garosud) manquerait de bio-déchets et avait sollicité, au début de 2019, une autorisation d'importer des bio-déchets (triés à la maille 80) de l'usine de Salindres-Néoval, Gard) à titre expérimental, au mois de juin. Corrélativement, les riverains de l'usine Amétyst ont subi durant tout le mois d'août, à Montpellier, des émanations d'odeurs insupportables, lesquelles ont été ressenties jusqu'au Grisettes. Nous supposons qu'il y a une corrélation entre les deux phénomènes ? Un apport de bio-fermentescibles triés par le TMB de Salindres (à la maille 0-80 mm issus d'ordures ménagères). ? Pourquoi ?

Pourtant, il était bien convenu et écrit dans l'arrêté d'exploitation d'Amétyst que seuls les déchets provenant des communes de la Métropole de Montpellier (ex Agglomération) seraient traités, à l'exclusion de tout autre provenance. Pourquoi cette demande dérogation de l'exploitant ? Un appel au secours ? Il s'agit de deux usines exploitées par le même groupe SITA-SUEZ. Oui, mais voilà, à Salindres il n'y a pas de méthaniseurs, c'est une plateforme de compostage adossée à un Tri mécanique. Alors, à quoi rime cette demande d'expérimentation qui va faire faire du tourisme rudologique pendant 3 mois (1er mai-31 juillet 2019) à raison de 250 tonnes pas semaine (10 camions de 25 t chacun ou 6,25 camions de 40  tonnes), ce n'est pas négligeable par les temps qui courent ! Ce n'est pas non-plus écologique, chacun doit appliquer le principe de subsidiarité et traiter ses déchets au plus près de leur lieu de production. Chacun chez soi et les oies seront bien gardées. Et quel est l'avis de Monsieur le Préfet du Gard ? A-t-il été consulté; a-t-il donné son accord à ce tourisme rudologique ? Que cache cette expérimentation ? Nous aimerions que les résultats en soient connus lors d'un prochain Comité de suivi. Montpellier n'a rien à faire des déchets d'Alés alors que nous apprenons que les déchets qui allaient à Castries et OCREAL-Lunel parte à grand frais vers Marseille (France) et Espagne (Où ?) Gribouille n'est pas mort !

Nous aurions une explication qui mettrait en lumière une curieuse schizophrénie qui règne à Montpellier. Voila, les services de la Commune se sont peints en vert (green-washing).  Des écologistes fraîchement convertis (ou réveillés) ont lancé une campagne de distribution de composteurs tous azimuts pour accréditer la nouvelle posture écologique du Maire Philippe Saurel, dont on dit qu'il est candidat à sa succession. En promouvant le compostage et l'image verte du Maire, les services de la commune privent l'usine de la métropole d'un apport de bio-déchets, mettant en péril le process de cette dernière. C'est l'exploitant qui est dans la m ... ! Q'on nous comprenne bien, nous ne sommes pas contre le compostage, au contraire. Ce que nous déplorons depuis longtemps EST LE FONCTIONNEMENT ANTI-ECOLOGIQUE de l'usine Amétyst et ce qu'elle nous a coûté. Nous craignons de voir débarquer à Montpellier, au terme de 110 km de route en camion, de manière permanente, ce qui devrait être composté à Salindres. A chacun ses ordures et ses rapports de la Cour des Comptes.

Nous rapprochons celà ce la curieuse interview de notre maire, M. Philippe Saurel. Nous rappelons aussi son parcours (https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Saurel) car M. Saurel est assez oublieux qu'en 1995, il est élu conseiller municipal sur la liste conduite par Georges Frèche (le brillant promoteur de l'usine Amétyst). En 2011, il est adjoint au maire de Montpellier. Il ne peut ignorer que, de par sa position, il a largement contribué à approuver la construction de l'usine inaugurée en 2008, usine qu'il dénigre dans son interview dans le journal l'Agglorieuse N° 850 du mercredi 29 août 2019 (page 8) « On a hérité de cette usine qui ne marchait pas, on l'a réhabilité, on en a fait une usine qui marche à 80%, 90%. « ON » est un vilain monsieur, plusieurs vilains messieurs, qui se cachent et dont M. Saurel a été membre (la soupe était bonne, il ne faut pas cracher dedans) : il ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes ! Nul ne le peut, c'est la loi qui le dit ! Il a bien fait partie des assemblées délibérantes qui nous ont voté « cette usine qui ne marchait pas. ». De l'autisme ou de la schizophrénie, il n'en est pas à ça près. Nous, cela fait 15 ans que l'ODAM observe et fait ses remarques. Merci à l'Agglorieuse.

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM

Publié le 10/09/2019 ! 09:00  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Je connais la ville de Kaolack au Sénégal pour y être passé en 1977. Il s'agit de la capitale de la région du Sine-Saloum, à la pointe intérieure du fleuve éponyme. Le mensuel du Secours Catholique, branche française de Caritas International, dans son numéro 741 de septembre 2019, nous expose (pp. 6-9) un projet modeste, celui proche du peuple : « Unis pour des villes sans déchets ». Avec une approche citoyenne, en l'absence d'une politique nationale des déchets, nous citons : 

« Caritas Kaolack s'est attaquée au problème de l'insalubrité en mettant en place un système de collecte et de tri des déchets dans trois communes, avec le soutien du Secours catholique et de l'AFD [Agence Française de Développement]. Les populations participent au projet pour tendre vers des villes plus propres, plus vertes, plus dynamiques.»

Kaolack, ex-ville-dépotoir comme beaucoup de cités africaines où les déchets sont déversés dans les rues et les canaux à ciel ouvert, Kaolack a adopté l'objectif « Zéro déchet zéro gaspillage ». Le reportage de Cécile Leclerc-Laurent (ptos Elodie Perriot) est éloquent sur ce que peut faire une population volontaire, bien conseillée, avec des moyens modestes mais avec une information, une formation des habitants. Là, pas d'Ametyst, de Démeter, de bling-bling et de noms ronflants : des citoyens correctement informés et motivé, quelques charrettes à benne, de fabrication locale, tirées par deux bourricots, un dépôt de fermentescibles collectés à part destiné à être composté et un hangar abritant une plateforme de tri pour les déchets recyclables, valorisables. Trois communes de la région ont emboité le pas.

Nous citons : 

« Tout celà est nouveau, au Sénégal. L'idée est d'agir avec la population pour qu'elle prenne conscience de l'importance d'avoir un environnement propre. Nous travaillons main dans la main avec les autorités communales et les communautés. En les sensibilisant et en les rendant actrices du projet nous faisons tout pour que l'action se pérennise à terme sans notre accompagnement. »

Nous citons :

« Caritas vise une valorisation de 60% des ordures collectées. ... [selon un bénévole, Thioro] Il faut trier pour réduire la quantité d'ordures et avoir le minimum à enfouir. Le projet a apporté beaucoup d'améliorations dans la ville. » 

Quelle leçon pour nos édiles locaux qui depuis 2007 prêchent le tri des déchets et qui sont incapables de mettre en place le tri citoyen à la source et qui nous ont mis en place une usine de tri mécanique avec méthanisation, une décharge puante et polluante ! Et une alimentation d'un incinérateur !

Tout celà par manque de volonté politique et en mentant effrontément sur le manque d'éducation des habitants des grosses cités au prétexte qu'on ne peut pas les motiver et les éduquer. Ceux qui sont restés au pays, en Afrique et qui nous donnent un exemple.

A suivre ...

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM
ancien chef de projet PNUD-UNESCO au Sénégal (1970-1979)

Publié le 06/09/2019 ! 08:48  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

En novembre 2018 est survenu un incident majeur à Palavas, au lieu-dit les « 4 Chemins ». Là passe l'émissaire des eaux usées qui va de Lattes au large de Palavas.

Si on cherche sur Internet, ne dérangez pas Google, vous ne trouverez rien, nada, niemals, nothing ... La presse locale n'a rien dit, rien vu, rien entendu : un gros mensonge pas omission qui mérite de notre part un Pinocchio d'honneur !

pinocchio_se_noie_200x266.gif 
Pinocchio se noie dans la Méditerrannée

Pour savoir ce qui s'est passé ce jour là, il faut lire le dossier fourni à l'enquête d'utilité publique de la modernisation de la station d'épuration des eaux usées (STEP ou STEU) Maera pour découvrir un reportage photographique (cliquez sur ce lien : https://www.enquete-publique-maera.fr/observations). Le 16 novembre 2018, le chantier de réparation d'une importante fuite de la canalisation provoquée par une rupture. Les Compagnons de Maguelonne font établir un constat d'huissier car le chantier de réparations pompe les eaux qui s'échappent dans ... l'étang du Prévost qui leur appartient. Ainsi, les eaux réputées non polluantes de l'émissaire sont rejetées dans une propriété privée où les Compagnons disposent d'une conchyliculture laquelle est déclassée par arrêté préfectoral. ainsi que la pêche dans la lagune. La Préfecture sanctionne le pot-de-terre, le pot-de-fer de Montpellier-Métropole ne sera pas inquiété ? La Justice tranchera !  En attendant, silence, comme pour les incendies de déchets de l'été. Le pollueur doit payer, c'est la loi. Le pollueur, c'est nous, vous, contribuables de Montpellier qui avez donné le pouvoir de gouverner à des ignorants des lois de l'écologie !

Circulez, il 'y a rien à voir, pas la peine de déranger la presse et la Télé. On patasse la canalisation par un sanglage, sous couvert d'un chantier de vérification mais le mal est fait : bacilles coliformes et entérocoques n'iront pas le 16 novembre 2018 polluer joyeusement la Méditerranée à 10 km au large, destination finale de ce tuyau à m ... ! par lequel Maéra fait son caca. Un caca inoffensif ? Pas si sûr ! En sortie de la STEP Maera, il n'y a pas stérilisation des effluents car, selon un avis d'une commission d'hygiène qui remonte à 1996, on peut déverser des bacilles actifs en mer. Un scandale car il n'y a pas que Maera qui déverse dans le Golfe d'Aigues-Mortes ! Sète y apporte aussi sa contribution !

Un problème en cache un autre. Si la corrosion a agi là, provoquant de gros bouillons, qu'en est-il du reste de la canalisation ? Des micro-fuites sont elles présentes tout le long des 20 km de trajet terrestre ? Il faudrait faire un état des lieux, un ROV pourrait examiner l'intérieur.

Nous avons proposé une autre solution : un meilleur taux d'abattement des polluants pa la station Maéra. Là est la véritable modernisation rejetée par Montpellier-Métropole : rejeter des eaux de qualité baignade comme celà se fait ailleurs et, en ces temps de canicule-sécheresse-stress hydrique, réutiliser les eaux pour l'agriculture. En effet, Montpellier doit ré-alimenter le Lez pour maintenir l'étiage en pompant dans le Rhône via le canal Bas-Rhône-Languedoc. Celà n'est pas gratuit mais surtout le pompage de l'eau à usage irrigation agricole est actuellement interdit dans le Gard pour cause de sécheresse, pour l'Hérault ça va venir. 130.000 m3/jour sortent de Maera et se perdent en mer au large de Palavas avec leur charge de bacilles bien vivants (colibacilles, entérocoques, ...). Cette eau devrait pouvoir passer à travers des jardins filtrants et être utilisée pour l'étiage du Lez, réalisant une sérieuse économie. Mais, voilà, Montpellier-Métropole prétend ne pas disposer du foncier nécessaire : on manque de terrains pour les jardins filtrants ! Pauvre argument cas pour bétonner de nouveaux immeubles, on trouve ces terrains. Il suffit de chercher.

En attendant, le projet de modernisation cache une extension de la capacité avouée : passage de 440.000 équivalent-habitants à 660.000 équivalents habitants, soit un objectif d'accroissement de population de 220.000 habitants dans les années à venir ! Vous avez bien lu !

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM
Docteur en sciences biologiques mention Ecologie
Chevalier du mérite agricole
 

Publié le 31/08/2019 ! 07:32  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

L'ODAM vient de s'engager, en cette fin d'aôut, dans la lecture du volumineux dossier de l'Enquête d'Utilité Publique « Projet de modernisation de la station de traitement des eaux usées [STEU] Maera. Cette enquête a été ouverte le 8 juillet 2019 avec clôture prévue le 20 août 2019.

Bel enfumage des populations concernées, en plein été comme l'ont fait remarquer un certain nombre d'associations et de maires : en pleine saison estivale, tout pour dégouter les citoyens d'y mettre le nez et de donner leur avis. Heureusement, la loi prévoit une extension de 15 jours, l'enquête sera clôturée le 4 septembre 2019 et une permanence des Commissaires enquêteurs recevra les citoyens intéressés en mairie de Lattes.

Un registre dématérialisé est accessible par Internet à l'adresse https://www.enquete-publique-maera.fr où vous pourrez naviguer et atteindre le plus important, les avis des citoyens motivés à l'adresse https://www.enquete-publique-maera.fr/observations. Nous vous recommandons tout particulièrement les avis n°19 et 20 émanant du Docteur Bernard Azema, un médecin, Président de l'association Les Compagnons de Maguelonne et ses documents, notamment les n° 5 et n° 12.

L'ODAM déclare ici, hors de toute pression de quiconque, que le dossier du Dr. Bernard AZEMA est alarmant en matière de santé publique, qu'il est accablant pour les promoteurs du projet d'extension déguisé en projet de modernisation et pour l'émissaire en mer responsable de graves pollutions notamment bactériennes à base de bacilles coliformes. Nous n'avons rien à retrancher et beaucoup encore à ajouter.

Raymond GIMILIO
Docteur en sciences biologiques mention écologie (USTL Montpellier 1971)
Ancien chargé d'études de Haut-Niveau au Ministère de l'environnement (1980-1996)
Chevalier du mérite agricole

Publié le 29/08/2019 ! 17:57  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
La BICR du SIDEN  -  par RGimilio

J'ai encore dans les oreilles l'information arrivée un après-midi de 1981 où un illustre inconnu autant qu'anonyme avait affirmé haut et fort que la recherche en matière d'environnement n'existait pas. Qui veut tuer son chien ... Nous étions alors au SEEQV (Ministère de l'Environnement) 12 avenue du Général Leclerc à Neuilly-sur-Seine, au 4e étage, à la Mission des Etudes et de la Recherche. Je lançe alors un démenti en interrogeant les 4 ou 5 banques de données bibliographiques auxquelles nous étions abonnées et un listing de plus de 500 pages de résultats publiés, publics, part vers le Cabinet du Ministre Mme Huguette BOUCHARDEAU. 

En ce moment là, j'étais au commencement de l'informatisation en banque de données interrogeable de la première banque de données du nouveau système que j'étais chargé de mettre en place sur les recherches financées sur fonds publics : SIDEN.

En mai 2019, en déménageant mes archives, je découvre un listing de 54 fiches toutes consacrées aux déchets et publié par le Centre de Calcul du CBRS à Orsay (22 mars 1986), listing publié quelques semaines avant mon rappel au CNRS pour y être titularisé fonctionnaire du corps de la Recherche. La banque de données, ses bandes de sauvegarde on disparu, faute d'animateur. Je ne reviendrais au Ministère qu'en avril 1990, la Mission des Etudes et de la Recherche a disparu, plus de comités thématiques, plus de Mission des Systèmes d'information.

J'ai entrepris de resaisir avec un SGBD sur micro-ordinateur, Winisis, le petit frère du SGBD CDS/ISIS-mainframe qui fonctionnait au CIRCE de 1981 à 1986. Ces fiches miraculeusement sauvées prouvent qu'il y a de 1981 à 1986 des recherches (3.000 fiches saisies) financées sur fonds publics et pilotées par le Ministère.

Vous pouvez cliquer ici pour consulter les 34 fiches resaisies en mai-juin 2019 et seront bientôt interrogeables sur ce site WEB.

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM

ancien Chef de la mission des systèmes d'information
SRETIE/SEEQV

Pour ceux, mal informés ou malintentionnés qui douteraient de mes anciennes affectations, je propose de cliquer : 

Publié le 03/06/2019 ! 15:24  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Les élections européennes approchent, les programmes des listes candidates à nos suffrages arrivent dans nos résidences montpelliéraines. Pour nous qui luttons depuis plus de 14 ans pour la sauvegarde de notre environnement et un traitement vertueux des questions écologiques, c'est un réel plaisir de lire les 32 pages dont la dernière signée du Président.

Après les tergiversations d'une administration préfectorale locale, peu encline à appliquer les lois de protection de l'Environnement, l'audition du dernier discours de notre Président et la contribution écrite de ses marcheurs-candidats est un réel plaisir. Force est de constater que nous avions raison depuis 15 ans déjà. Notre seul espoir est que ces promesses (pp. 6-7) ne soient que des promesses destinées à attirer les suffrages des écologistes et ne tombent dans les oubliettes post-électorales. Pourquoi ce qui n'a pas été fait depuis 2017 se réaliserait par magie en 2019 et suivantes ? Va-t-on après les élections vers un cause-toujours ... ou va-t-on enfin rendre le tri des déchets effectif et obligatoire ? Va-t-on enfin fermer l'usine de tri mécanique et mettre enfin en marche les chaînes de méthanisation des bio-déchets triés à la source ? Va-t-on enfin fermer les décharges (ISDND de Castries, Montimas, etc.) ? Va-t-on voir enfin siéger des personnes compétentes dans les Commissions de Suivi de Site ?

La transition écologique et énergétique est en marche !

Publié le 15/05/2019 ! 19:49  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

bandeau_MTES.jpg

Madame Brune POIRSON, Secrétaire d'état à l'environnement, a reçu aujourd'hui, à se demande, les patrons des principales chaînes de restauration rapide (fast-food) pour leur rappeler leurs obligations en matière de gestion des déchets et leur fixer un calendrier d'action précis concernant  5 flux de déchets recyclables:

  • papier/carton,
  • métaux,
  • plastique,
  • verre,
  • bois.

et

  • bio-déchets (déchets alimentaires).

5_flux.jpg selon le MTES

Elle a déclaré « Il ne viendrait à l'idée d'aucune restaurant de transiger sur les règles d'hygiène. Il doit en être de même concernant le tri des déchets. Le tri est l'hygiène environnementale. En lien avec les élus locaux, nous serons intransigeants dans la mise en oeuvre des sanctions administratives et pénales prévues par la loi en cas de manquements. »

Brune Poirson

Selon le schéma ci-dessus, les sanctions risquent d'être lourdes.

Ces manquements (souligne le site du Ministère) sont d'autant plus intolérables que de très nombreuses enseignes n'hésitent pas, à travers un marketing intense, à communiquer sur leurs performances écologiques supposées auprès de leurs clients.

La France s'est dotée en avril 2018 d'une grande stratégie pour l'économie circulaire, laquelle fixe comme principal objectif de s'assurer que les grandes entreprises et les administrations respectent bien le tri « 5 Flux » ainsi que le tri des déchets alimentaires lesquels, s'ils sont collectés, peuvent être recyclés en composts et / ou produire de l'énergie par méthanisation. La prochaine loi sur l'économie circulaire visera à renforcer certaines obligations de tri à la source (il serait temps à Montpellier-Métropole !) en imposant la production de certificats par ces entreprises ainsi que d'encourager la valorisation vertueuse des biodéchets (à Montpellier, on les re-mélange à des déchets appelés à tort résiduels).

Le calendrier fixé est le suivant :

  • D'ici fin mars, les entreprises (présentes ou absentes à la réunion) devront communiquer au ministère leur stratégie de mise en conformité avec la réglementation en matière de tri 5 flux et de collecte de déchets alimentaires.
  • Fin avril, après étude approfondie des différentes stratégies remises, les entreprises seront convoquées pour présenter et faire valider le contenu de leur feuille de route.
  • A la rentrée de septembre, un premier point d'étape de mise en œuvre concrète des stratégies sera réalisé.

A Montpellier-Métropole, rien n'a émergé dans les organes de communication de 3M. Pourtant, le ministre a parlé des élus locaux et de leur implication dans le processus.

Téléchargez le document sur les 5 flux de déchets et sa mise en oeuvre dans la restauration rapide.

Publié le 27/04/2019 ! 19:38  - 1 commentaire - 1 commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Parler du talon d'Achille c'est employer une métaphore pour évoquer une faiblesse fatale en dépit d'une grande force générale, pouvant mener à la perte d'un individu, d'un phénomène ou d'une réalisation. La méthanisation est le phénomène que nous visons ici. Il s'agit d'un processus naturel, au départ mais qui a été érigé en processus industriel dans les cas suivants :

  • la méthanisation en décharges (baptisées ISDND) où des casiers aménagés reçoivent des déchets non triés contenant des matières organiques fermentescibles ;
  • la méthanisation de la fraction fermentescible des déchets ménagers non-triés (FFOM), cette fraction est extraite par un tri mécanique réalisé en amont, selon divers procédés ; ce procédé est aussi appliqué aux boues des stations d'épuration (STEP) ;
  • la méthanisation de déchets triés composés de bio-déchets triès à la source et ne contenant que des substances fermentescibles.

Les deux premiers procédés ont l'inconvénient de produire le bio-gaz, mélange de méthane (CH4) et de dioxyde de carbone (CO2), mélange qui contient deux impuretés majeures : le sulfure d'hydrogène et des siloxanes (composés organiques volatils de Silice). Ces deux gazs présentent des inconvénients majeurs et doivent être épurés du bio-gaz. Des composés odorants comme les mercaptans sont sans impact sur ce qui suit.

Deux thèses ont été consacrées à Lyon au problèmes posés par les impuretés contenues dans le bio-gaz : Aurélie OHANESSIAN (INSA, 2008) et Claire CHOTTIER (INSA, 2001). Ces deux ouvrages mettent en évidence l'impact négatif des COVSi et du H2S sur le valorisation du bio-gaz et la nécessité de l'épuration avant utilisation. En particulier, le caractère combustible du bio-gaz en fait un carburant pour turbines ou moteurs à explosion. Il nous a été présenté en 2006, sous la plume de trois commissaires-enquêteurs, les mérites d'une usine de méthanisation suisse (Otelfingen, pès de Zürich) produisant du carburant pour automobiles et mettant en avant les futurs autobus montpelliérains qui rouleraient au bio-gaz (demain, on rase gratis ?). Or, les autobus de la TAM de Montpellier utilisent du gaz naturel. Pourquoi ? Quel est le hic ? 

Sulfure d'hydrogène ou H2S

Le sulfure d'hydrogène, outre son odeur désagréable d'oeuf pourri et sa toxicité, est hautement corrosif et attaque de nombreux métaux Il est épuré par désulfuration, processus qui produit du soufre.

Siloxanes ou composés organiques de Silice (COVSi)

Les COVSi sont des composés organo-siliciés fâcheux : leur combustion produit de fines particules de silice (SiO2) très abrasives qui provoquent une usure prématurée des pales des turbines ou des pistons-segments-cylindres-paliers des moteur thermiques servant à générer de l'électricité. La silice des déchets mélangés provient des déchets de toutes sorte contenant des silicones : lingettes, résidus de peintures, etc. Les silicones sont le pur produit de l'industrie chimique, ils font partie de notre quotidien et se retrouvent dans les eaux usées et les déchets ménager non-triès à la source.

Une alternative citoyenne : le tri à la source

L'usine suisse d'Otelfingen ou les autres installations actuelles du même type traitent des bio-déchets issus du tri citoyen à la source. La quantité de COVSi est relativement faible car il n'y a pas de silicones à l'état naturel dans ces bio-déchets. A Montpellier, il y avait, au départ, des méthaniseurs dédiés aux bio-déchets, triés à la source. Ces lignes ont été arrêtées ! Pourquoi ?

La réponse est dans le « tout BRS » d'Amétyst II (Amétyst.02). C'est une technique qui consiste à mélanger, à l'entrée de la chaîne de traitement, dans les bio-réacteurs-stabilisateurs (BRS) les bio-déchets triés par ailleurs avec les soi-disants déchets résiduels (déchets mélangés en vrac dans les poubelles grises) pour en augmenter la « qualité » et produire une sortie de tri mécanique améliorée. Par ailleurs, les vrais déchets résiduels qui ont été séparés à la source par les citoyens sont aussi remélangés dans les BRS. On se demande où est le gain ? Ne sommes nous pas les spectateurs d'une politique de Gribouilles ou d'un baron de Münchausen (ou baron de Crac) qui se tire sur les cheveux pour s'extraire avec un cheval des sables-mouvants où ils sont tombés !

Ceci est illégal, mélanger les déchets triés par ailleurs et anti-économique !

Il faut donc ÉPURER ! Ça coûte cher, très cher ! Et c'est le citoyen qui paie ! Alors que trier à la source est vertueux !

Publié le 09/04/2019 ! 16:33  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo97x97.jpgAmétyst  -  par RGimilio

Le 1er juillet 2008, l'usine Amétyst était inaugurée en grande pompe par M. Georges Frèche. Le 1er juillet 2018, nous allons célébrer son 10e anniversaire.

dixieeme_anniversaire_faut_fermer.jpg

Pourquoi s'obstiner à faire marcher cette usine dénoncée par l'ODAM dès l'enquête d'utilité publique en 2005 et pat la Cour Régionale des Comptes puis par la Cour Nationale des Comptes comme un fiasco économique et technique !

Prochainement, un article sera inséré sur ce site pour récapituler 10 années de combat et faire le point sur les promesses mirifiques des partisans de cette usine. Nous ferons le point des coquecigrues émises par les pinocchios et affirmées dans des écrits incontestables que nous détenons.

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM

Publié le 08/04/2019 ! 08:13  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo_citoyen200x145.jpgISDND Castries ACIDC contre  -  par RGimilio

Le 5 mai 2018, une manifestation pacifique a eu lieu à Castries, à la carrière GSM, là où les dirigeants de Montpellier-Métropole déversent des déchets dits «ultimes et non-dangereux». Une manifestation bon enfant mais où des citoyens déterminés ont fait entendre leur voix devant les médias.

«Il faut vous de dire comment» ? Nous reprenons ici le slogan de la Métropole pour interpeller les responsables du traitement des déchets pour leur dire «Vous faites une grave erreur et vous persistez». Comme dit le dicton «Errare humanum est, perserverare diabolicum». Faut-il traduire et dire que l'erreur est humaine mais y persévérer est diabolique !

A Montpellier la surdouée, on fait beaucoup d'erreurs, nous ne cessons de le dire depuis 2004 ! Mais on persévère beaucoup !

Il faut trier à la source ! Le TMB (Traitement mécanique et biologique) n'est pas la solution ! Il faut nous expliquer pourquoi la décharge de Castries (oui, l'Installation de stockage de déchets non-dangereux) ou ISDND fermente et dégage de lourdes odeurs méphitiques d'hydrogène sulfuré (H2S) ?

Hier, 5 mai 2018, de la position située en haut de la colline sans nom qui domine au nord-est la dent creuse de la carrière GSM, les manifestants ont pu nettement profiter des émanations d'hydrogène sulfuré ! C'est la preuve d'une escroquerie manifeste qui veut nous faire croire que ce sont des déchets ultimes qui sont là ! Nous disons non : ce sont des déchets insuffisamment traités, censés avoir été stabilisés dans l'usine de TMB Amétyst et qui ne devraient plus fermenter ! Comme dirait ce vieux Galilée, «et pourtant ils fermentent !». Pourqoi ?

Publié le 08/04/2019 ! 08:03  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo97x97.jpgRéponse à M. Alain Sautet  -  par RGimilio

Monsieur André SAUTET, Directeur territorial Languedoc-Roussillon chez GRDF (d'après LinkedLN)  porte des jugements de valeur sur le fonctionnement du monstre Amétyst dans le quotidien Midi-Libre du 3 avril 2018. Il commente la mission de GRDF et parle d'un gaz renouvelable ! Il souligne le rôle de ce monstre du TMB dans la production de gaz renouvelable en assimilant le biogaz au GNV (gaz naturel de véhicule ?).

A quel titre Monsieur Sautet se permet-il de venir au secours du «Monstre Amétyst» ?

Le 7 mars 2018, à la journée régionale du Plan Régional de Prévention des Déchets Non-Dangereux (PRPGND) j'avais affirmé que le rendement de la méthanisation de l'unité Amétyst était faible, comparé à ce que pourrrait être celui de la méthanisation de biodéchets. M. Barrairon de l'Association des Gardiens de la Gardiole me précise que le rendement énergétique d'Amétyst (usine conception et réalisation Vinci) «est de l'ordre de 145 kW/tonne de DMA, contre 300 à 330 kW/t pour les unités de Méthanisation Valorga, réparties en France, Allemagne et Espagne».

Je tiens à préciser que le tri des DMA est plus poussé pour les usines Valorga (plus be biodéchets triès à la source). L'ouvrage de M. Moletta (La Méthanisation.- Lavoisier, 2008) précise pages 152-153) que «Les performances des digesteurs anaérobies [méthanisueurs] dépendent des caractéristiques des effluents traités [déchets], mais aussi du type de digesteur utilisé.». Moins un déchet contient de matières étrangères (plastiques, verres, métaux et plus il contient de matière organique fermentescible, meilleure sera sa production de biogaz riche en méthane.

L'ODAM prépare une réponse. Vous lirez la suite sur ce site très prochainement.

Publié le 08/04/2019 ! 07:28  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
FNE-LR140x47.jpgFNE-LR : AG 14/04/2018  -  par RGimilio

La féderation France-Nature-Environnement Languedoc-Roussillon a tenu son assemblée générale à Montpellier, au Centre Lacordaire, ce samedi 14 avril 2018 de 9h00 à 16h00.

Plus de trente délégués étaient présents venus de l'ancienne région Languedoc-Roussillon. A midi, un repas amical réunissait une trentaine de personnes au Gazette-Café au tout de Simon Popy, le Président et son bureau renouvelé.

L'après-midi a été consacré à un atelier de réflexion sur les perspectives d'action de la FNNE fédérarion régionale LR.

Publié le 07/04/2019 ! 21:32  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Nous vous invitons à lire la correspondance qu'envoie M. Jacky CHANTON à Madame Jackie GALABRUN-BOULBES, Maire du village de Saint-DREZERY et 1ère Vice-Présidente de Montpellier-Métropole (3M). C'est clair, net et précis, sans détours, M. CHANTON clame son opposition (et la notre bien sûr) à ce projet d'extension.

Raymond Gimilio
Président de l'ODAM

Publié le 07/04/2019 ! 21:16  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

A la suite de la réunion du 6 mars à la Grance-Motte (Gard-Hérault) sur le Plan Régional de Prévention des Déchets Non-Dangereux (PRPGND), nous avons pu échanger quelques mots avec Madame Agnés Langevine (vide-Présidente en charge du dossier) avant qu'elle ne s'absente. Tout au long de la journée, nous avons pu échanger avec sa collaboratrice Mme Patricia Gueguen. J'ai reçu une invitation a rencontrer Mme Langevine le 29 mars 2018 en l'hôtel de région à Montpellier. L'invitation était limitée à quatre personnes. Ont été reçus et entendus :

  • Mme Danièle Cluzet, Présidente de l'Association des Riverains de la ZAC de Garosud, membre de la CSS d'Amétyst,
  • M. François Vasquez, porte-parole de l'Association des Riverains, membre de la CSS d'Amétyst,
  • M. Jacky Chanton, Secrétaire de l'ODAM, en charge du dossier Maéra,
  • M. Raymond Gimilio, Président de l'ODAM.

Après les présentations, un tour de table fait apparaître la gravité de la situation où depuis plus de 40 ans est menée une politique antiécologique et non-vertueuses dont les conséquences néfastes se font sentir avec acuité.

M. Vasquez expose les erreurs du TMB qui alimente une décharge (Castries) et un incinérateur (OCREAL, Lunel). M. Chanton attire l'attention sur le fonctionnement de Maéra qui méthanise des boues et exporte les digestats dans l'Aude.

Madame Langevine nous affirme que l'incinération et le TMB appartiennent au passé, tout comme la décharge de Castries qui ne verra pas l'ouverture d'un 3e casier. Le PRPGND verra la décroissance de l'activité de l'incinération et la fermeture d'incinérateurs.

Enfin,nous apprenons que Montpellier-Métropole a reçu un financement de l'ADEME pour étudier le remplacement de la TEOM par une redevance incitative.

En conclusion, Madame Langevine nous assure de sa volonté de répondre à toute question qui lui sera posée et qui sera relayée par nos soins. Nous sommes, d'ores et déjà, à disposition des citoyens de cette métropole pour servir de point focal et de relayer les réponses sur notre forum.

Merci à France-Nature-Environnement qui soutient notre combat.


fne-lr-logo120x120.png

Publié le 07/04/2019 ! 21:05  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Le Tri mécanique (il n'a rien de biologique) appartient au passé, selon la vice-Présidente de la Région Occitanie recevant une délégation de l'ODAM et des Riverains de Garosud le 29 mars 2018. Nous en prenons acte et demandons, à nouveau la fermeture de ce monstre par la mise en place généralisée du tri à la source et de la redevance incitative (au lieu de la taxe).

Publié le 07/04/2019 ! 21:02  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Selon la vice-Présidente de la Région en charge du Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets, l'incinération des déchets appartient au passé.

Nous sommes d'accord : place au tri à la source, aux procédés en R (recyclage, réutilisation, ...) et à la redevance incitative (en remplacement de la Taxe).

Publié le 07/04/2019 ! 20:59  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Monsieur Philippe Saurel, maire de Montpellier et Président de Montpellier Métropole était présent en personne à la réunion de concertation qui lui a été imposée par l'initiative citoyenne de quatre associations de défense de l'Environnement. Il était question de la modernisation de Maera, selon lui !

Le mercredi 28 à 15h entouré de tout son staff aux ordres, notre vaillant maire a affronté les fauves qui l'attendaient dans la salle Pelloutier (en face de l'Hôtel de région, 50 personnes environ). Il annonçait une 3e réunion de concertation. Jacky Chanton de Lattes lui en a envoyé un coup (de latte), lui faisant remarquer que la réunion de présentation du 6 juillet avait été présentée à tort comme une réunion de présentation. Il y était et on a pu admirer la pirouette (cacahuéte !) qui du fait de l'échange avec réponse transformait la dite réunion en réunion de présentation ! 2e pirouette (cacahuète) une réunion de concertation tenue à Palavas avec les prurd'homme des pêcheurs locaux. On n'était pas au courant. Cette réunion semble s'être mal passée au dire d'un palavasien pêcheurs.

Et la présente réunion serait la 3e !? C'est lui qui le dit ! Vive réplique de la salle. Avec un air profondément ennuyé et contrarié, M. Saurel passe la parole à ses acolytes. Ils vont expliquer doctement que l'ancienne Cérereide salopait le Lez et que Maera a rétabli un cours d'eau plus propre. Mais à quel prix ? Quand on aime, on ne compte pas ! Une STEP, une Rolls-Royce pour le prix, des performances de 4L.

Il leur faut expliquer la démarche hautement altruiste et le souci hyper développé de l'intérêt général vis à vis des pauvres communes affligées de stations d'épuration obsolètes qui ont été incluses dans le projet,, en douce, sans réveiller les populations métropolitaines. Les réponses sont apportées, vertement. Le distributeur de paroles a fort à faire, lui qui a une idée assez étable de la démocratie limitative du micro coupé ou refusé quand un citoyen a beaucoup à dire.

La 2e table ronde consacrée à la modernisation voit se déclencher un feu roulant de questions qui ennuient au plus haut point le maître de céans. A tel point que la parole est constamment refusée à M. Chanton et un participant lui offre son temps de parole.

En contraignant M. Saurel à organiser une réunion de concertation publique relevant des dispositions de la loi sur le dialogue public, la CNDP lui a asséné un sacré coup de CNDP sur la tête !

Publié le 07/04/2019 ! 20:56  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

M. Saurel et son administration jugée omnipotente ont dû s’incliner devant la loi républicaine. Mauvaise pioche pour notre despote métropolitain.

 

Trois associations, reconnues pour la défense de l’environnement et où l’ODAM est représenté par deux de ses membres, ont obtenu, à l’arraché, l’application des priorités du Ministère de la Transition Ecologique et solidaire. Ce sont France-Nature-Environnement (Simon Popy), CIDES34 (Jacky Chanton), Eau Secours34 (Thierry Uso) et Attac Montpellier (Jean-Claude Favier). L’ODAM, à travers son adhésion comme fondateur du CIDES34 est partie prenante dans cette demande faite par lettre à Monsieur le Préfet le 23 décembre 2017, mettant en cause la compétence de la commission de suivi de site « élargie » qui « nous semble ne pas répondre au besoin de consultation en amont exprimé tant par les associations locales absentes de ce comité que des riverains et habitants des communes ».

 

Monsieur le Préfet répond le 2 janvier 2018 par une décision visant l’article l121-19 3e sur le droit d’initiative exercé par le courrier du 23 décembre 2017 reçu le 27 décembre 2017. Cette décision impose à Montpellier-Métropole « une concertation préalable au titre de l’article L121-16 et R121-19 et suivants du code de l’environnement. Merci Monsieur le Préfet. Cette concertation « pour la modernisation » (et non pour l’extension) aura lieu le 29 mars 2019 à 15h en l’Hôtel de région. Pourtant, M. Saurel dans MMag n° 36 de mars 2018 p. 4 annonçait la concertation pour l’« extension de Maera ». Qui a mangé son chapeau ? Qui se voit appliquer la démocratie de proximité et participative ? Qui s’incline devant le Commissariat général au développement durable ? Qui a cédé devant le Préfet appuyé sur la loi de ratification de l’ordonnance d’août 2016 promulguée le 2 mars 2018 ? Cette loi facilité le recours au droit d’initiative citoyenne crée par l’ordonnance de 2016. La population pourra désormais demander l’organisation d’une concertation pour des projets bénéficiant d’un financement ou de subventions publiques dès que ceux-ci dépassent 6 millions d’€uros.

Oui, mais, il y a un hic ! Montpellier-Métropole a dissimulé dans son projet de modernisation une extension des branchements à cinq communes hors-métropole. On veut nous faire avaler cette couleuvre ?

 

 

Publié le 07/04/2019 ! 20:54  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
maera_vignette.jpgMaera : virage à 180°  -  par RGimilio

On change de fusil d'épaule ? On vire à 180 °.

Dans la MMag n° 36 de mars 2018, il est question de la réunion du 28 mars à 15h, la 2e réunion de concertation « pour le projet d'extension de la station d'épuration Maera qui se tiendra ... » à l'hôtel de la métropole. Le projet sera consultable du 1er au 31 mars dans 19 communes et au-delà (Assas, Teyran, Mauguio, Carnom et Palavas-les-Flots.

Dans le Midi-Libre du dimanche 25 mars 2015, changement complet. Une réunion publique (Montpellier) « Projet de modernisation de la station d'épuration Maera, mercredi 28 mars à 15h, hôtel de la métropole ... ». voyez l'image ci-après.

2018-03-25_ML_p17_Maera250x287.jpg

Le site internet de Montpellier-Métropole indique bien "modernisation" et non "extension". De même que le dossier téléchargeable ne porte AUCUNE mention des communes supplémentaires à raccorder mais détaille les travaux de modernisation ! Enfin, la sagesse aurait-elle gagné nos dépensocates ?

Publié le 07/04/2019 ! 20:51  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Un communiqué de presse de trois associations de défense de l'environnement et des consommateurs a été émis le 16 mars 2018 concernant la « Concertation publique préalable sur le projet d'extension et d'adaptation de la station d'épuration Maéra ».

Cette concertation intervient quand Montpellier-Métropole voulait faire passer une pseudo-concertation sur un projet bien ficelé et déjà prêt, présenté comme ayant fait l'objet d'une concertation !  Il y a quelques jours, il était question d'investir pour raccorder des communes extérieures à la Métropole : Teyran, Assas, .. ou au sud Mauguio, Carnon et Palavas ! (MMMag n° 36, mars 2018). Il fallait investir des centaines de milliers d'euros pour attirer des communes extérieures !

A chacun ses déchets, à traiter au plus près de leur source. Assez de méga-réalisations qui ne satisfont que les grands industriels de la branche. Des petites stations de communes voisines fonctionnent parfaitement avec des vers de terre comme agents consommateurs des DBO et des DCO ! Le rejet des eaux traitées se fait directement dans une rivière voisine ! Assez de méga-stations, faisons marcher correctement ce qui existe !

Métropole d'abord, les autres : on verra plus tard. Raccorder des communes du nord du département de l'Hérault, au nord ou au sud de Montpellier, il faut poser des tuyaux ! Ca coûte de l'argent, beaucoup d'argent. Qui nous garantit que des miettes ne tombent pas de la table du festin dans des poches mal idnetifiées ?  C'est tout vu : il faut amélierer d'abord notre station Maera : elle est là, elle existe !

Cette vielle Cereide existait, elle était là, bien avant 2004 ! Elle a été modernisée améliorée par Véolia et a cessé de rejeter ses effluents mal épurés dans le Lez. Une amélioration mais ça n'était pas suffisant.

Maéra de Véolia rejette en mer, à 13 km en mer. L'eau qui sort de Maéra et qui emprunte les 13 km de l'émissaire, se déverse au large de Palavas, dans le golfe d'Aigues-Mortes. Les eaux qui sortent de maéra sont loin d'être de qualité baignade. La zone autour de la sortie de l'émissaire est interdite d'approche. Qui peut nous affirmer que l'eau est épurée à 95% et qu'elle est bactériologiquement pure ? Qui peut nous montrer où sont les batteries de lampes ultra-violettes destinées à stériliser les eaux rejetées au large ? Qui peut affirmer que l'effet de dilution des effluents ainsi traités sont de qualité baignade ? Qui fait la sourde oreille quand Jacky Chanton, secrétaire et vice-Président de l'ODAM, actif lattois et soutenu par l'ODAM et le CIDES34, exige la mise en place de jardins filtrants de roseaux, joncs, ... pour épurer l'eau grise qui sort de Maéra ? Le gaspillage de l'eau mal épurée rejetée en mer au nom d'un principe criminel de dilution de la pollution dans l'environnement maritime est il acceptable ?

Car il y a l'invisible. Qui parle des micropolluants qui filent au large de Palavas et impactent la flore et la faune marine ? Nous n'avons rien lu à cet effet dans le dossier de concertation ! Oualou, nada, niemals, ... ! Pourtant les micropolluants existent :

  • ectasy et autres drogues,
  • résidus de médicaments rejetés dans les urines et les déjections dans les cabinets d'aisance,
  • perturbateurs endocriniens de touts poils et acabits, 
  • éléments radioactifs,
  • métaux lourds,
  • etc. la liste est longue !

Les poissons et les organismes marins qui filtrent l'eau de mer et vivent dans ces eaux concentrent dans leurs organismes ces substances. Qui s'inquiète de la diminution des populations d'anchois et de sardines au large de Carnon, Sète et Palavas et qui impacte l'activité économique des pêcheurs ? Celui qui rejettes ses « conchonstés » dans l'écosystème du voisin est coupable de la pollution qu'il met "sous le tapis" !

Alors, Monsieur le président de la métropole et maire de Montpellier, messieurs les maires des communes membres de la métropole et leurs représentants, répondez quand nous vous interrogeons ! Renseignez vous car en votant les projets démentiels d'invitation à d'autres à se raccorder avant d'avoir réglé nos problèmes, commencez par écouter la voix des citoyens !

Pour le CA de l'ODAM, le Président
Raymond GIMILIO
Certifié en chimie systématique
Diplômé d'études approfondies d'Ecologie et Docteur en science biologiques
Ingénieur de recherches (ER) du CNRS
Chevalier du mérite agricole

Publié le 07/04/2019 ! 20:49  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
maera_2017-03-100x112.jpgMaera : concertation ?  -  par RGimilio

Montpellier-Métropol'e annonce une réunion publique concernant la station d'épuration MAERA :

Mercredi 28 mars à 15 heures

Hôtel de la Métropole Salle Pelloutier 50 place Zeus 34000 MONTPELLIER.

Venez nombreux .

maera_vignette.jpg

Publié le 07/04/2019 ! 20:45  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
maera_2017-03-100x112.jpgMaera : la rolls des STEP  -  par RGimilio

Si Maera la station d'épuration fut présentée dans le passé comme la « Rolls » des stations d'épuration, nous avons toujours dit à l'ODAM que nous étions contre sa conception et son fonctionnement actuel et non contre Maera comme celà a pu être écrit par erreur. L'eau qui est rejetée en mer dans le Golfe d'Aigues-Mortes comporte de nombreux micro-polluants dangereux.

Nous attendons des preuves de l'inocüité des effluents qui voyagent dans les 13 km du tuyau qui se déverse au large de Palavas. Nous attendons aussi des preuves que les dispositifs à ultraviolets destinés à stériliser les effluents sont bien en place et que des bactéries coliformes ont bien tuées !

Il y a pire. Quand les précipitations sont violentes, Maera se décharge directement dans le Lez. On appelle celà un « by-pass ».  crycry

Publié le 07/04/2019 ! 20:42  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
2017-09-424_MNV_p6_inondation200x94.jpgMaera : mauvaise pioche !  -  par RGimilio

Maera est une station d'épuration dont nous avons affirmé qu'elle n'épurait pas les eaux usées correctement et qu'elle déversait au large de Palavas, dans le Golfe d'Aigues Mortes une eau en apparence épurée mais contenant de dangereux micropolluants dont des perturbateurs endocriniens. Le Collectif d'associations de protection de la nature et des usagers de la baie d'Aigues-Mortes (CAPNUBAM) ne cesse de dénoncer cette pollution. Nous sommes toujours pour éviter au maximum que Montpellier et sa métropole soient des entités vertueuses qui n'envoient pas la pollution à l'étage du dessous (en aval) et traitent correctement leurs eaux usées (effluents) et leurs déchets.

MMmag n° 35 proclame le contraire !

Publié le 07/04/2019 ! 20:40  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Sommes nous dans l’erreur si nous affirmons que le luxueux magazine « MMAG » édité par la métropole n’est pas un média d’information mais un outil de propagande ? Il suffit pour s’en convaincre de lire attentivement les différents numéros, chaque mois de ce papier imprimé de grand luxe (format 22,5x33, papier glacé). Si le lecteur comptait le nombre de fois où on parle du maître des lieux et du quart de page supplémentaire attribué à son groupe majoritaire « ils s’expriment », sans compter les articles signés des différents vice-Présidents et tutti-quanti, où est la démocratie participative et de proximité ? M. Max Levita a droit à 2 pages généralement plus un quart de page supplémentaire ! Ridicule !

Du temps de la défunte Association des Contribuables de l’Hérault (MartineOutais-OutaisMartine ?), nous tirions à boulets rouges sur les dépensocrates en les menaçant sur l’air de la Carmagnole-Ah ça ira, ça ira, ça ira « les dépensocrates à la lanterne » !

Publié le 07/04/2019 ! 20:37  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Dans le cadre de la préparation du Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets Non-Dangereux (PRPGND), l'ODAM, grâce à l'adhésion à titre personnel de son Président et de son Secrétaire à France-Nature-Environnement a pu être officiellement invité (merci !) et avait rejoint les autres membres du CIDES34 dont la Présidente, l'Atelier Citoyen, l'ACIDC et la Présidente des Riverains d'Amétyst. Nous étions les seules associations présentes.

Je suis intervenu à plusieurs reprises pour apporter notre point de vue associatif, à savoir :

  1. En premier, nous remercions Madame Carole Delga, ancien Ministre et Présidente de notre région Occitanie-Pyrénées-Méditerrannée de pratiques une ouverture vers la démocratie participative et d'appliquer les concepts de « Zero déchet zéro gaspillage » de la loi de transition énergétique et de croissance verte (n'en déplaise au représentant de Montpellier-Métropole).
  2. Nous avons donné notre avis au fur et à mesure des pages de la présentation (matin et AM). Nous avons tenu à souligner tout ce qui pouvait permettre de faciliter le tri à la source des déchets ménagers. Nous prenons acte des affirmations publiques du représentant de Montpellier-Métropole de pousser le redémarrage de cette technique fondamentale.
  3. Nous avons tenu à citer l'action du Syndicat du Centre Hérault (sa plateforme e compostage d'Aspiran et de la décroissance annoncée de la décharge de Soumont, intervention applaudie !).
  4. Nous avons souligné que le principe du compostage de déchets verts (ressources vertes) avait été retenu das le futur plan.
  5. Nous avons cité le rapport de l'association Metheor qui classe les installations de méthanisation notamment Amétyst en 3e/4e catégorie TMB/Méthanisation alors que les vraies usines de méthanisation de biodéchets triès à la source sont en 1ère catégorie.
  6. Nous avons eu le mot de la conclusion brève mais parlante « objectif zéro déchet zéro gaspillage ».

Nous avons établi de fructueux contacts en vue de rencontres à venir avec Mme Agnès Langevine, les déléguées de l'ORDECO et un haut responsable de la DREAL (Toulouse).

Enfin, en marge de la réunion, Monsieur le Directeur de la Prévention des Déchets de Montpellier-Métropole nous a affirmé  que je lui écrivais tous les jours. Y aurait-il un imposteur qui fait des faux avec nos logos ? Nous nous sommes vue refuser les visites des installations de Montpellier-Métropole à de nombreuses réunions et avons été éconduits de nos demandes à participer aux commissions de suivi de sites des ISDND, UIFOM, Méthanisation et STEP.

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM
Chevalier du mérite agricole, Oléiculteur

Publié le 07/04/2019 ! 20:34  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Selon la revue « Déchets Infos » n° 130, janvier 2018.

Une usine de Tri-Mécanobiologique autorisée à Echillais (Charentes-Maritimes) par décision préfectorale du 16 janvier 2018. Il y a un mais : le composte que produira cette usine sera interdit d'utilisation !

Rappelons ici que l'appellation tri mécano-biologique n'a rien de biologique mais qu'il s'agit essentiellement d'un tri mécanique. La norme dont il s'agit est la norme NFU44051 qui est considérée comme « à la traine » pour certains ou un défi pour d'autres.

Non, il n'y a pas contradiction. Nous avons lu attentivement le numéro spécial « Biodéchets / TMB » du mensuel « Déchets Infos » n° 130 de janvier 2018.  Nous sommes à la croisée des chemins. Le mélange des biodéchets dans le TMB est en question. Les dilueurs ne sont pas ceux qu'on croit. La loi « Royal » serait-elle surinterprêtée ?

Nous pensons que la solution est, reste, demeure le tri citoyen à la source !

Publié le 07/04/2019 ! 15:30  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

l'ODAM était présent à la journée d'échanges sur les déchets organisée à Béziers le 18 novembre 2017.

Un réseau Déchets va être mis en place à l'instar du réseau Eau. Pour un traitement vertueux des déchets dans toute notre région et spécialement à Montpellier-Métropole où nous sommes loin d'être vertueux.

Publié le 07/04/2019 ! 15:11  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

L'ODAM est représenté dans le réseau Eau de FNE-LR. Nous étions présents le 24 novembre 2017 à la journée de formation et d'échanges avec l'association des riverains de garosud..

La ressource eau est primordiale dans notre région qui en manque (été 2017 sec et caniculaire). D'un côté, la mer monte et va continuer à monter, de l'autre nous polluons (eaux usées, pesticides, décharges ISDND, etc.). Nous pompons dans les ressources naturelles !

Allez sur le site de FNE-LR. L'ODAM envisage d'adhérer au réseau FNE-LR. Nous avons déclaré à la réunion que l'eau usée était un déchet auquel nous nous intéressons. L'eau usée peut et DOIT être épurée correctement et recyclée : c'est un nouvel « or noir » (selon l'Atlas de l'eau (Le Monde Hors-série 2017).

Publié le 07/04/2019 ! 15:09  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Ils ont gagné ! La Cour Administrative d'Appel (CAA) de Bordeaux vient de donner raison à l'ADRISE (Pau-Tarbes et région) en annulant l'autorisation d'exploiter de l'Unité de Traitement et de Valorisation du Syndicat Mixte de Traitement des Déchets. Comme les membres de l'ADRISE, nous attendons la version définitive de l'arrêt de la CAA pour en examiner et en commenter les motivations.

Comme à Pau-Tarbes, nous sommes contre le TMB d'ordures ménagères résiduelles (non-triées) dont le mauvais exemple est AMETYST (Montpellier).

Bravo !

TMB = Tri Mécano-biologique ou Tri Mauvais et B ... que

Publié le 07/04/2019 ! 09:50  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Vous connaissez notre littoral est ses stations balnéaires avec Palavas, Carnon, La Grande-Motte, etc. Connaissez-vous les risques d'inondations de ces charmantes cités ? Il est vrai que les risques sont très faibles l'été lorsque ces stations sont au top de leur fréquentation et la pluie lointaine. Cependant, on sait depuis la publication de la carte des Plans d'exposition aux risques (prioritésdéclarées, 1984-1985) publié au Journal Officiel de la République en 1985) que le risque d'inondations existe sur notre littoral.

Depuis 1985, la liste des communes s'allonge. En 1988 (JO du 26 avril 1988), ce sont 415 communes de plus qui s'ajoutent à la liste et ça continuera jusqu'à nos jours. A côté du littoral proprement dir, des communes voisines s'ajoutent. des communes qui s'éloignent de la mer. Si vous cherchez avec Google, vous verrez apparaître Pérols. La révision du PPRI de Palavas-les-Flots a été prescrite par arrêté préfectoral du 24 décembre 2015.

L'enquête publique se tient du 23 octobre au 24 novembre 2017 inclus. Nous sommes tous concernés, allez en Mairie de Palavas vous informer. Vous pouvez aussi vous rendre électroniquement sur le site de la Préfecture, lire les documents affichés et donner votre avis ou poser des questions par courriel (courrier électronique).

Cliquez sur ce lien pour accéder au site de la DDTM.

Utilisez cette adresse électronique pour vous renseigner : ddtm-sern-prnt@herault.gouv.fr.

Bonne participation au PPRI.

Raymond Gimilio
Lanceur d'alertes

Publié le 07/04/2019 ! 08:44  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

A chaque nouvelle menace sur la France, quelle qu’elle soit, sa haute-administration a une réaction immuable, en trois temps :

  1. Quand on lance l’alerte : « Ce problème ? Pas chez nous ! Ce sont des exagérations journalistiques ! » (ou écologistes).   
     
  2. Quand un drame s’est produit : « On le savait depuis longtemps ! » (l'aveu ! ?).          
     
  3. Dernier temps : « Le problème – réel quoique mineur – est en passe d’être résolu ! » (ça ne se produira plus. 

D’après Xavier Raufer : Cyber-criminologie .- CNRS Editions, 2015 (ISBN 978-2-271-08556-6) p. 101

Raymond Gimilio
Docteur en sciences biologiques
Ecologue
Auditeur IHEDN 80e session régionale Paris 1985

Publié le 07/04/2019 ! 08:33  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo97x97.jpgCDC : Le rapport de la cour  -  par RGimilio

La Cour des Comptes a remis son rapport en février dernier. Les pages 357 à 397 ont été lues avec attention par un certain nombre de citoyens motivés. Le rapport est accablant et dénonce officiellement la gabegie des fonds publics et l'entêtement de la collectivité territoriale "Montpellier-Métropole" à dépenser encore plus d'argent public.

Nous interpellons les citoyens qui liront ce site. Et vous ?

Toujours pas de nouvelles du Préfet ? Il n'appartient qu'à lui d'écouter la voix des citoyens.

Publié le 07/04/2019 ! 07:37  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo_legifrance130x122.jpgCIDES34 : lettre au préfet  -  par RGimilio

A la suite de la publication du rapport de la Cour des Comptes concernant Amétyst, le CIDES-34 s'adresse à Monsieur le Préfet de l'Hérault pour lui demander une audience. La lettre a été envoyée le 15 février 2017 en lettre recommandée avec accusé de réception.

Le 14 février 2017, l'ODAM a adressé à Monsieur le Premier Président de la Cour des Comptes un mémoire intitulé "Sur le rapport 2017 de la Cour des Comptes concernant l'usine de traitement des déchets de Montpellier : Amétyst (TMB-méthanisation)".

Quel rapport entre ces deux correspondances ? Simplement remercier la Cour des Comptes de son excellent travail et rappeler à Monsieur le Préfet qu'il représente l'Etat et q'il doit exercer sa mission de contrôle de légalité des actes des collectivités et de sanction "à posteriori".

A ce jour, 14 mai 2017, aucune réponse du Préfet. Manifestement, le rapport de la Cour des Comptes le laisserait-il indifférent ? La gabegie des fonds publics restera-t-elle sans suite ?

Pourtant, le Préfet a le pouvoir de saisir les juridictions compétentes, notamment le Parquet près la Cour des Comptes. Le Procureur Général existe bien, le site montre le plan et commente l'agencement des locaux.

Publié le 07/04/2019 ! 07:07  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

M. Philippe Saurel et son très finaud Directeur Général des Services M. Christian Fina ont été intervieuwés par le quotidien Midi-Libre du 6 mai 2018 (page 2). Lisez la réponse de l'ODAM sur ce site.

Nous affirmons que Montpellier-Métropole a tout faux et persiste dans ses erreurs et celles de ces prédécesseurs.

Publié le 06/04/2019 ! 18:21  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
ametyst-debut_120x91_pp.jpgAmétyst : bientôt 10 ans  -  par RGimilio

Le 1er juillet 2008, l'usine Amétyst était inaugurée en grande pompe par M. Georges Frèche. Le 1er juillet 2018, nous allons célébrer son 10e anniversaire.

dixieeme_anniversaire_faut_fermer.jpg

Pourquoi s'obstiner à faire marcher cette usine dénoncée par l'ODAM dès l'enquête d'utilité publique en 2005 et pat la Cour Régionale des Comptes puis par la Cour Nationale des Comptes comme un fiasco économique et technique !

Prochainement, un article sera inséré sur ce site pour récapituler 10 années de combat et faire le point sur les promesses mirifiques des partisans de cette usine. Nous ferons le point des coquecigrues émises par les pinocchios et affirmées dans des écrits incontestables que nous détenons.

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM

Publié le 06/04/2019 ! 18:15  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
ametyst_debut.jpgAmétyst : bientôt 10 ans  -  par RGimilio

Le 1er juillet 2008, l'usine Amétyst était inaugurée en grande pompe par M. Georges Frèche. Le 1er juillet 2018, nous allons célébrer son 10e anniversaire.

dixieeme_anniversaire200x67.jpg

Pourquoi s'obstiner à faire marcher cette usine dénoncée par l'ODAM dès l'enquête d'utilité publique en 2005 et pat la Cour Régionale des Comptes puis par la Cour Nationale des Comptes comme un fiasco économique et technique !

Prochainement, un article sera inséré sur ce site pour récapituler 10 années de combat et faire le point sur les promesses mirifiques des partisans de cette usine. Nous ferons le point des coquecigrues émises par les pinocchios et affirmées dans des écrits incontestables que nous détenons.

Raymond GIMILIO

Président de l'ODAM

Publié le 06/04/2019 ! 18:11  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Le groupe du réseau DESIR de France-Nature-Environnement s'est réuni le 2 juin à Montpellier. Les informations sur les résultats des travaux seront publiés ultérieurement. Je fais partie à titre personnel de FNE-LR. C'est de cette manière que quelques uns d'entre nous ont pu participer activement à l'élaboration du Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets (PRPGD) de la Région Occitanie/Midi-Pyrénées.

« Le futur plan régional des déchets est une opportunité pour rendre plus efficaces les actions pour l’aménagement durable du territoire, en conciliant les enjeux économiques et environnementaux et en développant les emplois locaux via l’économie circulaire, souligne Agnès Langevine, vice-présidente de la Région à la transition écologique et énergétique. »

Ce que nous pouvons affirmer ici c'est que les options de ce plan condamnent d'ores et déjà la politique des déchets de Montpellier-M-Métropole.

A suivre ...

Publié le 06/04/2019 ! 16:57  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

ASSOCIATION DES RIVERAINS DE LA ZAC DE GAROSUD

Monsieur le rédacteur en chef,

 

L'heure d'un triste anniversaire approche. Ametyst s’apprête à fêter, seule dans son coin, entre élus et industriels, ses dix ans d'exploitation.

Il est évident qu'aucune association, aucun citoyen soucieux de l'écologie, de la protection de l'environnement et de l'économie des deniers publics ne se joindra aux festivités.

Elle représente l'échec total d'une filière de traitement des déchets dénoncé par deux fois par la Cour des Comptes.

Mercredi 6 juin à 14h30 se tiendra la commission de suivi de site où nos élus voudront encore nous faire croire à une réussite.

Nous tenons à affirmer que les odeurs et les mouches après dix ans, soit disant d’amélioration, incommodent toujours gravement toute la zone garosud.

 

Par ailleurs, le procédé qui re-mélange tous les déchets dans l'usine, dont ceux triés séparément comme les biodéchets, est effectif sur une année pleine depuis 2013.

Or, depuis le 10 mars 2016 une loi interdit ce genre de mélange,selon l'article 4 du décret n° 216-288 sur la gestion des déchets:

"Il est interdit de mélanger des biodéchets triés par leur producteur ou détenteur avec d'autres déchets n'ayant pas fait l'objet d'un même tri"

Cette disposition, codifiée au sein de l'article D.543-226-1 du code de l'environnement, établie que le mélange de déchets triés à la source avec un flux non trié, comme les ordures résiduelles, est en contradiction avec le message adressé aux administrés et aux professionnels sur l'utilité de leur tri avec des conséquences inévitablement néfastes sur les pratiques et le geste de tri.

 

Depuis bientôt deux ans, cette usine fonctionnerait dans l'illégalité. 

 

Nous attendons, à l'occasion de cette prochaine commission, une prise de position claire des autorités préfectorales sur cette situation inacceptable.

Nous célébrerons à notre manière dans les semaines qui viennent cet anniversaire.

 

Pour les riverains de Garosud,

Le porte parole

 

François Vasquez 

 

06 15 18 23 83

 

Publié le 06/04/2019 ! 16:31  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo_legifrance130x122.jpgLe vent judiciaire tourne  -  par RGimilio

PARIS (Reuters) - Le tribunal correctionnel de Paris a infligé à l’agglomération de Melun (Seine-et-Marne) la première condamnation en France pour mise en danger de la vie d’autrui par les rejets toxiques de dioxines d’un incinérateur d’ordures ménagères.

Dura lex, sed lex !

Publié le 06/04/2019 ! 16:19  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo_Ministere_TES120x29.jpgCSS : juin 2018, échos  -  par RGimilio

Madame Valérie BARTHAS-ORSAL, Professeur des écoles de son état, est un des vice-présidents de Montpellier-Métropole qui lui a délégué la prévention et valorisation des déchets, à la propreté de l'espace public de la Métropole.

Lors de la réunion de la CSS du 6 juin dernier, elle a eu avec sa voisine de table une discussion très animée sur une laisse de chien ! Bravo pour ces éminentes compétences, les délégués associatifs apprécieront ce brillant hors-sujet, futile s'il en est ! Pas ceux de l'Association des Riverains qui subissent les nuisances depuis 10 ans et qui voudraient bien voir fermer cette usine puante.

Publié le 06/04/2019 ! 16:15  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Une journée portes ouvertes a eu lieu le 8 juin 2018, au lieu dit « Ecopole de la Vallasse ° près de Montblance (Hérault), dans le Biterrois. C'est le groupe « DESIR » animé par France-Nature-Environnement-Languedoc-Roussillon qui a répercuté l'information. 

Le 27 janvier 2015, un journaliste de Midi-Libre qualifiait de projet d'«avenir incertain» ! Des recours lancés, au départ, par les communes voisines, Bessan, Vias, Saint-
Thibéry, Portiragnes, auxquelles s'est associée l'association Montblanc Avenir ont abouti à un passage par la Cour d'appel de Marseille. Au fur et mesure des divers recours, notamment contre la légalité du projet d'intérêt général (PIG) décidé par le préfet de l'Hérault ; les permis de construire ; la révision du PLU de Monblanc ; les arrêtés préfectoraux d'utilisation du site..., parfois examinés regroupés, les communes se sont retirées.

Un vrai serpent de mer dans cet ouest-Hérault.

A suivre ...

Publié le 06/04/2019 ! 16:11  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Les Riverains de la ZAC de Garosud en ont ras la casquette des nuisances de l'usine Amétyst (le joyau sorti de l'imagination d'un célèbre génie aujourd'hui disparu, joueur de flûtiau émérite. Ils ont publié le 6 juin 2018 un communiqué liminaire à la réunion de la Commission de Suivi de Site de la dite usine. Lisez ce communiqué ! Ils sont d'autant plus indignés que le 10e anniversaire de l'usine est proche et qu'ils ont voulu faire passer un communiqué de presse qui s'est perdu dans les sables du désert médiatique montpellièrain. Lisez ce communiqué que l'ODAM a retrouvé !

La situation est d'autant plus tragique que lors de la CSS dont nous attendons les échos de notre observateur (une taupe dans la CSS ?), les échanges ont été durs entre le porte-parole de l'Association et les défenseurs du dit joyau puant ! Le célèbre joueur de flûtiau que nous citons avait tout fait pour faire passer en 2006 son projet d'usine en dévoyant le projet des Verts de l'époque, se servant d'eux comme alibi écologique. Comme le joueur de flûte du conte de Hameln, il les a entraînés vers un précipice où il les a noyés. Heureusement, certains en réchappèrent et se repentirent. Mais le mal a été fait. Qui viendra jeter des pierres à ceux qui ont épaulé le joueur de flûte ou qui lui ont succèdé ?

Nous tenons a remercier le dessinateur KARAK pour son magnifique dessin que nous avons doté d'un cadre et pour son travail.

A bientôt le 1er juillet 2018 devant l'usine pour chanter « Triste anniversaire, nos voeux de fermeture » et vive le tri citoyen à la source. Stop à la décharge de Castries !

dixieeme_anniversaire200x67.jpg

Publié le 06/04/2019 ! 16:03  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Hier jeudi 28 juin 2018, la salle de réunion de l'Hôtel du Méjean était pleine à craquer. Un élu local, Jean-Noël Fourcade (opposition), un Président d'association « Ensemble aimons Lattes » et un repésentant de l'association « Non au béton » ont exposé aux nombreux assistants les projets pharaoniques du Président de Montpellier-Métropole dans le cadre du SCOT et du PLU. J'y étais et j'ai écouté la plainte des habitants présents contre le projet pharaonique de PLU imposé par la Métropole à une commune déjà menacée par des inondations (côté mer et côté terre).

L'ODAM, membre du CIDES34, défend aussi l'environnement de Montpellier-Métropole. On nous annonce une augmentation de population de 450.000 actuellemet à 550.000  soit 5.000 habitants/an. Il faut donc loger cette population attirée par notre soleil et promise à une pénurie d'eau potable et à un étouffement sous les déchets ménagers ! Que diable : il faut pouvoir taxer les futures réalisations et tant pis si on imperméabilise les sols et si la montée des eaux marines envahira un jour le bas des futurs immeubles : il faudrait densifier  et prévoir de la mixité sociale ! Sans concertation effective de la populations !

Un appel est lancé à chaque quartier pour qu'il s'organise en vue de se défendre !  Non au béton ! 

Le projet des Hauts-de-Lattes mobilise une forte opposition de la population. D'après le SCOT, Lattes fait partie de la zone où l'urbanisation va être sur le modèle « Densification » (Coeur de Métropole).

Nous reviendrons sur ce projet en détail. Il montre que, comme le dit la fable, la grenouille montpelliéraine veut se faire plus grosse que le boeuf. L'ancien adjoint à l'urbanisme de Madame Héléne Mandrous, M. Philippe Saurel, veut couvrir la zone sud de la métropole de béton et d'asphalte. Ne le laissons pas faire.

crycryrolleyesconfusedmadeek !

Publié le 06/04/2019 ! 15:39  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo97x97.jpgLe compostainer Schäffer existe, je l'ai vu en France  -  par RGimilio

Oui, Messieurs de la Métropole, le compostainer Schäfer existe et ça marche !  Voyez le site SCHÄFER, société française.

Où ? Dans le territoire du SMICTOM de Coulommiers, à Lescherolles, près de la Ferté-Gaucher (Seine et Marne) ! En région parisienne, où je l'ai vu et phorographié le dimanche 29 juillet 2018, dans le jeu de 3 conteneur à déchets, dans l'entrée du jardin d'amis chez lesquels j'étais en visite.

Le voici en compagnie de ses deux collègue, ci-dessous 

Lescherolles_Schefer_314x203.JPG

Et dans la rue, sur la voie publique, un produit conteneur de chez Schäfer :

Lascherolles-Schaffer_01gp.JPG

Réfléchissez, Messieurs de la Direction de la Prévention des Déchets, avant de juger ce qui ne vous plait pas. 

Quelle preuve pouvez-vous nous donner que celà ne marche pas ?

Publié le 06/04/2019 ! 14:35  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo97x97.jpgDemandez la fermeture de l'incinérateur de Lunel-Viel  -  par RGimilio

Habitants de Montpellier-Métropole et des communes du nord-est de l'Hérault, vous dont les déchets vont en totalité ou en partie alimenter l'incinérateur OCREAL de Lunel-Viel, particulièrement les habitants du territoire desservi par le Syndicat Pic-Etang, demandez la fermeture du tout-incinération et l'adoption d'une variante sans apport de déchets extérieurs.

Prenez connaissance du tract que vous pouvez télécharger ici, signez-le et déposez le dans la boîte aux lettres de votre mairie après l'avoir rempli et signé. Oui, les solutions alternatives existent, lisez attentivement ce site.

Vous pouvez nous contacter et demander à nous rencontrer en vous servant de ce site. Oui, le tout-incinération est nuisible pour l'environnement, un incinérateur est une décharge à ciel ouvert qui pollue insidieusement, silencieusement et vous empoisonne.

Raymond GIMILIO
Oléiculteur à Claret (Hérault)
Président de l'ODAM (Montpellier)
Trésorier du CIDES34 (Hérault)

Publié le 06/04/2019 ! 14:32  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Nous vous informons, faites votre opinion. Nous maintenons toujours que l'Ecologie doit être au-dessus des partis politiques. Mais ... il y a ceux qui ont le courage de s'exprimer et il convient d'écouter une partie du message de Yannick Jadot, vous pouvez à tout moment couper le son ou re-écouter.

M. Yannick JADOT, député européen, intervieuvé sur RMC le 21 août 2018 au micro de Jean-Jacques Bourdin a déclaré que « le Ministre de l'Agriculture est le lobby » installé au ministère. Face à M. Nicolas Hulot, M. Jadot accuse clairement le ministre d'avoir favorisé le lobby agro-industriel dans l'affaire du Glyphosate. Il estime le bilan de Nicolas Hulot mauvais mais il y a une excuse : Nicolas Hulot a été piègé au sein de ce gouvernement Il a servi de « vernis environnemental », ce que NOUS appelons le « green-washing ». Voyez le lien qui suit. Il a aussi déclaré qu'il y a l'écologie des discours, de l'affichage et celle du courage.

Il défend l'agriculture française, celle des petits qui respectent la nature, contre les traités qui ouvrent nos marchés à des produits qui ne respectent pas l'écologie et nous amèneraient des viandes aux hormones et aux antibiotiques alors qu'il est est interdit de les utiliser en France. 

Yannick Jadot dénonce aussi le projet Montagne d'Or qui risque d'impacter gravement la Guyanne française. C'est loin, la Guyanne ! Et pourtant ? Un écosystème va être gravement menacé ! Songez-y !  Il s'agit d'une mine industrielle ! Propriété canadienne, exploitant russe. Une mine à ciel ouvert qui va détruire une partie de zones naturelles d'intérêt écologique et faunistique (ZNIEFF). Bonjour les dégâts ! Pelle mécanique et cyanure ! Un gisement à faible teneur d'or ! 2 g/tonne de roche. L'association France-Nature-Environnement a demandé un débat public à la Commission Nationale du Débat Public. 

Raymond GIMILIO
Ecologiste indépendant

Publié le 06/04/2019 ! 14:27  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo97x97.jpgCommuniqué de presse  -  par CIDES34

Adressé aux médias de Montpellier-M-Métropole.

 

Madame, Monsieur le rédacteur en chef,

 

Le 15 septembre est la journée mondiale des déchets.

Pour les associations réunies dans le collectif CIDES34 qui suivent le traitement des déchets dans la métropole de Montpellier, c'est une journée noire.

Nous avons la métropole qui paie le plus cher pour ses déchets, pour un maximum de pollution et un minimum de valorisation.   
Il faut en chercher la raison dans le claquement de porte de Nicolas Hulot : Le poids des lobbies industriels et financiers à but lucratif.    
Il est considérable dans ce domaine, car les plus grandes multinationales en matière de traitement sont françaises.     
Les lobbies industriels et financiers assiègent le pouvoir politique au demeurant souvent complaisant.  
Il en résulte ce qui se fait de plus démonstratif dans le genre : la méga-usine Amétyst à Montpellier.
La plus grande de France, d'Europe même avec ce process industriel. Elle est chère et polluante.

  • Qui connait le fonctionnement de l'usine Ametyst ?
  • Qui sait à  Montpellier qu'elle remélange les déchets triés ?
  • Qui sait que la loi interdit ce remélange ?
  • Que fait la préfecture face à  cet état de fait ?

 

Nicolas Hulot appelle à une mobilisation citoyenne, nous sommes là !
Malheureusement, les lobbies industriels sont aussi beaucoup plus proches de nos élus, avec comme arme supplémentaire récente, la loi sur le secret des affaires voulue par le chef de l'état.

 

Cette loi est un véritable contre-feu opposé aux lanceurs d'alerte.

Alors durant cette journée, ramassons les ordures trouvées dans la nature. Mais que cela ne nous donne pas bonne conscience tant que nous n'obligerons pas nos politiques à  changer de paradigme.

 

Gardons à  l'esprit que ce sujet condense toutes les entraves aux démarches écologiques dans une société ultra libérale dominée par les lobbies industriels et financiers, à but lucratif. Et cela pour aboutir in fine à  une démission lamentable de la puissance publique.

 

Pour le CIDES34,
François VASQUEZ

 

 

Publié le 06/04/2019 ! 14:22  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
DechetsUltimes.jpeg.jpgLa décharge de Castries pue atrocement  -  par RGimilio

La décharge de Castries est un ISDND (une décharge !) qui pue atrocement. Les témoignages des riverains des villages environnants sont poignants. Ils sont indisposés par toutes ces mauvaises odeurs.. Assas, Saint-Drézéry, Teyran, … sont impactés et le font savoir ! Ceux du Vallon des Loriots expriment leur indignation et nous relayons cette information volontiers. Une vue sur Google-Earth ne laisse aucun doute sur la position relative de l’ISDND de la carrière GSM (site de l’ISDND) et le lotissement du Vallon des Loriots de Saint-Drézéry. Madame Jackie Galabrun-Boulbés est visée par l’auteur d’un courriel dont nous citons une partie :

 

« Quo usque tandem abutere, Boulbes, patientia nostra?

O tempora, o mores

Que quo usque tandem patiemini, o fortissimo viri ? »

 

Pourquoi cet ISDND (Installation de Stockage de Déchets Non-dangereux) dégage-t-il une telle puanteur ? Nos amis du CIDES34 ont publié le communiqué de l’ACIDC (23 juin 2018). Nous voulons ici dénoncer la source de ces odeurs mal odorantes.

 

1 - Situation juridique

 

Le concept d’ISDND est largement expliqué par nos amis du CIDES34. Celui de Castries est supposé conforme à la loi alors que les services de Monsieur le Préfet devraient prendre en compte les dysfonctionnements et faire respecter la réglementation. Cet ISDND est un ICPE (situé au lieu-dit l’ « Arbousier » sur la commune de Castries) autorisé-reconduit par arrêté préfectoral I 2013-2234B du 25 novembre 2013. Il désigne la « Communauté d’Agglomération de Montpellier » comme « autorisée à poursuivre l’exploitation et l’extension du stockage des déchets » … Héritière de par le principe de la continuité administrative et c’est Montpellier-Méditerranée-Métropole qui en est l’exploitant actuel. Le Centre de pré-traitement mécanique-biologique de Montpellier-Garosud (PTMB « Amétyst » utilise cette décharge-ISDND comme exutoire au titre de l’article 1.2.3 (pages 4-5 de l’arrêté) qui prévoit « les déchets résiduels non valorisables de l’usine de méthanisation de Montpellier comprenant … les stabilisats (résidus organiques issus de l’usine de méthanisation, stabilisés par maturation et non valorisables en support de culture comme compost), les refus de tri ; … ». L’arrêté précise (page 5) « L’admission de tout autre déchet ne répondant pas à ces critères et à l’origine géographique mentionnée à l’article 1.2.3.1 précédent est interdite. Notamment les déchets suivants ne sont pas admis sur le site … déchets fermentescibles non stabilisés ne répondant pas au protocole renforcé d’admission prévu au chapitre 5.3 ; … ».

 

Cet arrêté est clair, rien ne doit être admis qui soit fermentescible, conformément à la loi. La signature du Préfet doit être respectée et honorée par ceux à qui il concède son autorisation ! Il représente l’état dans le département, il y a un Préfet pour la Région Occitanie-Midi-Pyrénées au-dessus de lui.

 

2 - Les faits

 

La décharge (est-ce bien un ISDND) attenante à la carrière GSM sur la commune de Castries est donc sous la responsabilité de Montpellier-Métropole. Cette décharge est autorisée à recevoir les stabilisats de l’usine de pré-traitement mécano-biologique « Amétyst ». Ces déchets sont supposés être stabilisés. Pourtant plusieurs questions se posent :

 

Ces stabilisats sont-ils vraiment stabilisés ?

 Pourquoi continuent-ils à fermenter ?

 

La réglementation prévoit que les déchets entrants ont été traités biologiquement et de ce fait, ne devraient plus fermenter. Or, ils fermentent. « On » pourrait légitimement penser que leur traitement est incomplet, leur maturation en sortie de l’usine serait incomplète alors que nous, contribuables, payons pour un traitement conforme en sortie de l’usine « AMETYST »!

 

  • En contravention avec la réglementation, n’y aurait-il pas l’admission  à Castries des bio-déchets n’ayant fait l’objet d’aucun traitement et ne provenant pas de l’usine Amétyst ?

 

  • Le traitement de tout ou partie des ordures ménagères résiduelles (OMR) serait-il réduit au minimum et consisterait-il en une entrée-pesée dans l’usine suivie immédiatement d’une sortie-pesée de l’usine en direction de la décharge-ISDND ?

 

Nous souhaiterions connaître la vérité sur la nature exacte de ce qui est destiné à l’enfouissement et obtenir une réponse à la dernière question que nous posons : ces déchets stockés dans le centre d’enfouissement technique (CET) de Castries sont ils bien des déchets ultimes ? Sont-ils vraiment situés en bout de chaîne ? L’ISDND de Castries est-il bien un Centre de Stockage de Déchets Ultimes (CSDU) ou une décharge hors-la-loi ?

 

3 - Nos demandes

 

Nous voulons lever les doutes et mettre fin à ces lourdes suspicions. L’ODAM souhaite et réclame la vérité, il demande la transparence des procédés et souhaite la traçabilité des déchets ainsi que l’analyse de leur degré de stabilisation. Nous faisons appel à Monsieur le Préfet pour saisir officiellement les représentants du Ministère (DREAL-Occitanie-Midi-Pyrénées) afin d’obtenir un contrôle par l’Inspection Générale de l’Environnement et la Police de l’Environnement en vue de faire un audit complet de cet « ISDND. Les riverains de la décharge doivent maintenir la pression sur leurs élus locaux pour que la transparence des procédés soit effective.

 

Nous maintenons, persistons et signons avec Madame la Directrice de l’INRA (en 2009, préface de l’ouvrage de René Moletta) « la réduction de la production des déchets passe par une responsabilisation des acteurs … Alors que les quantités de déchets vers l’enfouissement ou l’incinération ultime devront être réduits de 15% d’ici 2012, il s’agit d’imaginer les itinéraires technologiques prenant en compte la « finitude » des ressources naturelles et s’appuyant sur les innovations biotechniques pour les nouvelles voies de transformation de la biomasse. »

Nous sommes en 2018, ces lignes ont été écrites et publiées en 2009. Avons-nous atteint l’objectif des 15% à Montpellier ? Au contraire, nous constatons une régression : la biomasse qui était apportée à Grammont part maintenant pour diluer le digestat avant méthanisation. À Montpellier, nous ne trions pas et le résultat du tri citoyen pratiqué dans les communes périphériques est aussi mélangé à ce digestat pour en « améliorer » le « tout BRS » de l’usine de pré-traitement mécano-biologique (PTMB) « Amétyst ». Diminuer par la généralisation du tri citoyen et la collecte séparative en compostainer devrait diminuer le volume des OMR avec pour conséquence la diminution des quantités d’un supposé stabilisat envoyé vers Castries. Les élus locaux devraient prendre la mesure du mécontentement qui monte à Montpellier-Garosud et à Castries – Teyran – Guzargues – Saint-Drézéry et environs.

 

Moralité et en conclusion

 

A quand la mise en place du « ZERO GASPILLAGE ET TENDRE VERS ZERO DECHET » par Montpellier Métropole ? Il en va de la réduction des nuisances pour Montpellier et les environs de Castries.

Publié le 06/04/2019 ! 14:16  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

« Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde » écrivait Albert Camus dans « l'Homme enchaîné ». Aborder un sujet sensible qui fait partie de la transition énergétique sans prendre la précaution de définir l'objet et employer des approximations ne contribue pas au bonheur de l'homme. C'est la précaution qu'aurait dû prendre le journaliste du quotidien gratuit « 20 Minutes » du lundi 29 janvier 2019 (page 4). Il y est question de la méthanisation qui subit un « Vent mauvais » !

A l'ODAM, nous avons la prétention de connaître à fond ce sujet, étant confrontés depuis 2004 au problème des déchets ménagers et depuis 2008 à une « unité de méthanisation » dénommée très prosaïquement « AMETYST » et qui connaît des vicissitudes diverses depuis sa contruction par VINCI-ENVIRONNEMENT.

Nous disons que la méthanisation est un processus naturel qui s'applique à des déchets organiques fermentescibles accumulés dans un milieut dépourvu d'oxygène (milieu anaérobie). Par exemple dans un marais. Ce processus industrialisé est appliqué à des matières organiques diverses :

  • fraction fermentescible des ordures ménagères (FFOM), 
  • déjections animales,
  • résidus d'équarissage et d'abattoirs,
  • invendus de magasins d'alimentation arrivant en fin de DLU,
  • etc.

La méthanisation produit du bio-gaz, un mélange de méthane (60%) et de gaz carbonique (CO2) et de divers composés organiques odorants. 

1 - Méthanisation industrielle ou TMB

Un cas particulier est celui des ordures ménagères non-triées à la source et que des industriels (VINCI, URBASER, etc.) prétendent, à l'aide d'un procédé mécanique composé de filtres, grilles, tambours rotatifs, presses, etc, séparer les composants et en extraire la FFOM pour la soumettre au processus biologique industrialisé de méthanisation. Ceci s'appelle le tri mécanobiologique ou TMB. Á Montpellier, « l'unité de méthanisation AMÉTYST » est en réalité une usine de TMB appliqué aux ordures ménagères de la poubelle grise.
Cette usine pue, elle empoisonne la vie d'un quartier de Montpellier (ZAC de Garosud) par ses odeurs difficilement contrôlées à coup de millions d'euros pour des biofiltres. Les 145.000 tonnes d'ordures annuelles traitées sont réduites à 125.000 tonnes dites « refus et stabilisats » qu'il faut incinérer. Pour que l'ensemble fonctionne, il faut ajouter aux déchets non-triès entrants des déchets verts broyés et y réincorporer la FFOM provenant des tris citoyens (poubelle orange). C'est une calamité contre laquelle nous opposons la méthanisation des déchets triés à la source (procédé encouragé par la loi LTECV) et la collecte séparée avec redevance au nombre de sorties de poubelles et au poids de celles-ci.

2 - Méthanisation à la ferme

La méthanisation à la ferme des déchets verts et des fumiers-lisiers est parfaitement vertueuse. Elle utilise un processus faisant intervenir des quantités raisonnables de matière première. En finale, le digestat retiré du méthaniseur doit être rapidement aéré et mis à composter pour revenir à la terre alimenter les sols agricoles en humus. 

Ce traitement peut se faire à la ferme ou dans des installations centralisatrices ou coopératives. Ce dernier cas peut être illustré par l'installation située à Bélaga-en-Lauragais (Cler VERTS). Ces installations sont vertueuses tant qu'elles traitent des déchets, des résidus d'activités agricoles.

3 - Le scandale des cultures dédiées

Ce n'est qu'en fin de son article que le journaliste de 20 Minutes en vient au fait : des méthaniseurs alimentés par des cultures dédiées « du maïs essentiellement » ! A lors, oui, nous voyons rouge et soufflons un vent mauvais : honte à ceux qui cultivent avec beaucoup d'eau (le maïs est irrigué !) une céréale qui peut servir en alimentation humaine ou animale ! Nous approuvons la Confédération paysanne de la Sarthe qui dénonce « un silo de maïs à ciel ouvert, équivalant à deux années de récolte de maïs sur 80 hectares, autant de maïs qui ne sera pas vendu aux éleveurs pour nourrir leurs animaux ! »

Méthaniser des déchets c'est bien, à condition que ce soit bien des déchets et en aucune façon des matières utilisables pour l'alimentation ou pour êtres recyclées. Nous demandons l'avis des ministres concernés (agriculture et environnement). Il ne faut pas laisser faire n'importe quoi au nom de la transition énergétique !

« Une insulte au mode paysan après les sécheresses de cet été ! »

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM
Chevalier de l'ordre du Mérite agricole

Publié le 06/04/2019 ! 12:35  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo97x97.jpgLes voeux du maire de Lattes  -  par RGimilio

Monsieur Meunier, le célèbre maire de Lattes, n'aime pas les Cassandres. Ce nouvel Ajax n'aime pas les lanceurs d'alertes modernes, dignes successeurs de ceux de l'antiquité. Il doit souffrir d'autisme car il n'écoute pas les citoyens sages de sa commune, ceux qui ont étudié avec beaucoup de soin et de compétence les différents rapports d'experts, des plus qualifiés au moins qualifiés, dans le seul souci de la sécurité de ses concitoyens.

Dans ses voeux, Monsieur Meunier s'en prend à ceux qui habitent sa bonne ville et qui continuent à prétendre que Lattes reste inondable. C'est le cas de notre secrétaire de l'ODAM, Jacky Chanton, qui a prouvé par « A + B » que, malgré les travaux effectués en amont de Lattes, le risque persistait. Nous lui laissons la parole avec la lettre qu'il a envoyée au Maire autiste de Lattes.

Jacky.jpg
Le citoyen Jacky Chanton de Lattes, secrétaire de l'ODAM

L'imperméabilisation des sols en amont de Lattes (Montpellier et consorts) et les risques de submersion marine du côté de l'aval ne sont pas une vue de l'esprit « d'écolos bornés ! », comme on aime à le dire en riant. Le principe de précautions seul est notre guide à l'ODAM. Nous formons un voeu, un seul, celui que les catastrophes prévues ne se retournent pas contre les rieurs, la responsabilité des rieurs pourrait être engagée. On a trop pris l'habitude, en France, de passer outre à tous les avertissements. Qui se souvient encore de la catastrophe du Grand-Bornand ? Qui se souvient de celle de La-Tranche-sur-Mer ? Qui sait qu'en cas de catastrophe, la responsabilité de ceux qui ont donné à tort des permis de construire peut être recherchée et sanctionnée.

Monsieur Jacky Chanton n'a jamais rien diffusé sur les réseaux sociaux mais sur notre site internet, notre blog et le site du Petit Journal de Lattes. Si une protection minimale a été apportée à Lattes (déversoirs et merlons le long du chenal du Lez, renforcement des digues existantes, ... ), la ville de Lattes est loin d'être à l'abri de la crue centennale.(estimée à 900 m3/s au droit du pont de l'autoroute A9. Le rapport de Monsieur Philippe Quiévremont (2006, p. 33) dit que « L'objectif à moyen terme doit être d'atteindre cette protection minimale [crues d'occurrence moyenne, inférieurs à la crue centenale] ». Or, en matière de catastrophes naturelles, il suffit d'une fois, une seule, pour que la nature submerge toutes les précautions prises (voir le livre de Monsieur Renaud Vié le Sage, ancien délégué aux risques majeurs et naturels :  « La terre en otage », 1989, Éditions du Seuil, Collection  Points, série sciences, 248 p). J'ai personnellement connu ce grand Monsieur, Docteur ès-Sciences et Professeur à Paris VII, quand j'étais chargé de mission au Ministère de l'Environnement, à Paris et ingénieur CNRS à Paris VII. Il écrivait que « la fatalité ça n'existe pas ! » et « La façon dont les Gaulois ont toujours attendu que le ciel leur tombe sur la tête, ce qui signifiait également qu'ils craignaient que la terre leur monte sous les pieds, les fleuves au-dessus des genoux et les flots marins par-dessus la ceinture, est riche en enseignements. » Est-ce là ce qu'attend Monsieur le Maire de Lattes (le Lattara des Gaulois) ? Nos voeux aux habitants de Lattes sont que cela n'arrive pas, nous ne serions pas fêchés d'avoir eu tort et ne nous ne disons pas « chiche ! ».

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM
Docteur en sciences biologiques mention Écologie

Publié le 06/04/2019 ! 12:31  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo97x97.jpgLattes est bien une commune inondable  -  par Jacky_Chanton

Monsieur Cyril Meunier affirme que la commune de Lattes dont il est maire n'est pas inondable ! Pourtant, Lattes a été reconnue en état de catastrophe naturelle (voir le site de France-Bleue). Lattes partage ce triste privilège avec Frontignan (28 février-2 mars 2018), ce sont deux arrêtés de catastrophe naturelle (paru au JO n° 21 du mercredi 30 janvier) « une bonne nouvelle pour les habitants de Lattes et Frontignan. ». Ils vont pouvoir se faire indemniser.

Nous vous donnons un lien vers notre collègue l'Observatoire permanent des Catastrophes Naturelles (CATNAT). Qui est ce fâcheux qui publie ainsi des informations contredisant notre vaillant Ajax combattant les Cassandre de sa commune ? Chre lecteur, nous vous le laissons le découvrir. Qui est tel qui croyait prendre ? Un renard qu'une poule aurait pris ! aurait dit notre bon Monsieur de La Fontaine.

Vous pouvez télécharger ici le n° 21 du 24/12/2018 (page 5) qui concerne Lattes et Frontignan.

Raymond GIMILIO
Président de l'Observatoire indépendant des déchets, de l'environnement et de la santé
ODAM

Publié le 06/04/2019 ! 12:28  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo97x97.jpgRetour sur l'ISDND de Castries  -  par RGimilio

 

L’installation de stockage de déchets non-dangereux (ISDND) fait partie du « système de traitement des déchets ménagers de Montpellier-Méditerranée-Métropole » (STDM-3M). Dans le numéro 46 de MMAG (le M de Méditerranée aurait disparu ?) pages 27 à 33, le journaliste qui prête sa plume à Mme Valérie Barthas-Orsal se livre à une opération de communication à laquelle nous commençons à être accoutumés : l’écoblanchiment (green-washing). Enfin, on nous annonce le nouveau centre de tri « Déméter » II (19,3 M€ seulement, pp. 28-29). On oublie de parler d’endroits moins reluisants comme la carrière GSM (ex Pastor) sur la commune de Castries. Un membre de l’ACIDC nous a expliqué comment l’exploitant de cet ISDND (installation de stockage de déchets non-dangereux exploitée par Montpellier-Méditerranée-Métropole) nous concocte une belle bombe à retardement. Rappelons les faits.

 

1 - La puanteur du site

 

L’exploitant de l’ISDND de Castries a fermé un premier casier de dépôt d’ordures ménagères et continue à remplir un 2e casier dont on nous annonce bientôt la fermeture. Cette ISDND ne doit recevoir que des déchets ultimes. Or, la définition du déchet ultime est à géométrie variable ! « Mal nommer les choses ajoute au malheur du monde » (Albert Camus). Ce qui sort de l’usine « AMéTYST » de Montpellier est une matière supposée être du « stabilisat » (aucune définition du terme trouvée) : c’est un concept industriel, le résultat de la méthanisation (traitement « biologique ») de digestats issus du tri mécanique dit TMB. Tri mécanique plus traitement biologique égale TMTB qui produit du stabilisat ?

 

2 - Stabilisat mal stabilisé

 

Ce stabilisat mal stabilisé, convoyé depuis Montpellier dans des camions-bennes bien bâchés emprunte le Lien (nord de Montpellier). S’il n’existe aucune réglementation sur l’appréciation de degré de stabilisation, Montpellier-Méditerranée-Métropole devait avoir une position morale lui faisant obligation de contrôler ce que fait son délégataire exploitant de l’usine « Amétyst » (SUEZ-SITA-NOVERGIE) qui laisse partir vers l’ISDND des matières qui continuent à fermenter et donc à puer ! De plus, d’un casier non-couvert (le 2e), du méthane (CH4) s’échappe dans l’atmosphère, gaz à effet de serre 4 fois plus actif dans la perturbation du climat que le gaz carbonique (CO2). Un gaz énergétique perdu pour la transition énergétique et la valorisation dito ! Or, la pluie qui tombe de temps en temps humidifie le tas d’ordures et active la fermentation et la puanteur. Ce n'est pas très écologique Montpellier-Méditerrannée-Métropole !

 

3 - Une bombe à retardement

 

L’exploitant de la décharge a trouvé la parade pour les odeurs de l’ISDND : il assèche le tas de stabilisats en drainant les lixiviats (selon un des experts de l’ODAM qui vit à Castries). L’assèchement oblige à pomper, pomper, pomper, jusqu’à ce que le tas sera recouvert d’un toit réputé imperméable, comme au Thôt ? Et quand nous aurons tourné le dos, l’eau reviendra car on n’aura pas entretenu la couverture, le tas fermentera de nouveau et risquera d’exploser ! Boum !

Pour mieux comprendre, nous avons commenté une vue tirée d'un rapport d'activité 2017 de MMM. Cette vue fait partie d'une diapositive  d'un diaporama qui sera présenté le 13 février prochain au local de « La Carmagnole » (rue Haguenot 34070 Montpellier).

vue_2e_casier_commenteee_400x345.jpg

Extrait du rapport d'activité 2017 de l'exploitant revue et corrigée par l'ODAM.

----

Raymond GIMILIO
Président

Publié le 06/04/2019 ! 11:54  - 1 commentaire - 1 commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logos/logo97x97.jpgUne erreur dans les chiffres ?  -  par RGimilio

Le numéro 46 du magazine « MMMag »  de février 2019 (pages 26-27) a soulevé des cris d'horreur quand je l'ai présenté à mes amis d'une grande fédération de défense de l'Environnement qui a une envergure régionale et nationale.

Sous le charmant sourire de Mme Valérie BARTHAS-ORSAL, vice-présidente à la prévention des déchets et à la propreté de l'espace public, adjointe au Maire de Montpellier (page 27), il est écrit « En moyenne, chaque habitant de la Métropole produit près de 600 kg de déchets par an. Que ce sont des ordures ménagères collectées au pied des habitations, des encombrants ou résidus divers directement apportés dans les points propreté, ce sont autant de produits à valoriser. ».

Horreur, m'ont dit mes collègues qui venaient des quatre coins de notre ex region LR, 600 kg, quelle horreur ! Ils ont mal lu et de retour devant mon ordi, j'ai relu et compris qu'il s'agirait bien de TOUS nos déchets ! J'ai interrogé l'ADEME et obtenue le chiffre moyen de 360 kg de déchets ménagers par habitant et par an, en France. Tout le monde connait l'expression « Montpellier la Surdouée » et le goût de nos édiles pour les chiffres ronflants ! J'en déduis que 360 ôté de 600 égale 240. Il y aurait, en plus des 360 kg réglementaires moyens, 240 kg d'encombrants ou de résidus divers ! Si je veux bien admettre que je jette 1 kg/jour de déchets ménagers, soit 365 kg/an, je ne me sois pas porter à la déchetterie 4,62 kg d'encombrants par semaine. Mes cartons et autres recyclables sont soigneusement rangés chaque semaine dans la poubelle jaune de mon immeuble, celle qui part vers Déméter. Demeurant en immeuble collectif, je ne peux composter !

C'est bien d'affirmer que le tri des déchets « ... il s'agit de l'affaire de tous. » ! Y compris en premier lieu l'affaire des élus et de Mme Barthas-Orsal. Oui, Madame : depuis plus de 14 ans, à Montpellier-la-Surdouée, nous faisons du sur-place, à l'image de ces acteurs de théatre qui chantent « marchons, marchons » et n'avancent pas ! Vous faites de la communication, pas de l'action. Montpellier-Métropole fait de l'éco-blanchiment !

Nous avons dénoncé ici, sur ce site, l'opération de mélange des bio-déchets avec les résultats du tri mécanique, pour "améliorer" le process de l'usine Amétyst, nous avons réussi à en saisir le Préfet. Cause toujours, tu m'intéresse. La loi bafouée, les recommandations de l'ADEME ? Un nouveau centre de tri  va être construit, Déméter II ? Il en faudrait un autre, au minimum ! Il faut fermer le tri mécanique (TMB) d'Amétyst et ne pas renouveler la DSP. Vous vous en moquez ! 

Il faut changer de logiciel, de paradigme, comme le dit notre ami François Vasquez . Ça déborde, il faut réduire la quantité de déchets.

Même si celà ne plait pas aux industriels et aux sous-marins qui croisent dans les parages de Montpellier-Métropole.

Avec tout le respect que nous vous devons.

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM

Publié le 06/04/2019 ! 11:22  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Montpellier : des associations demandent un référendum local sur la question du futur stade

Midi-Libre : Publié le 01/04/2019 à 16:07 / Modifié le 01/04/2019 à 16:07. Cliquez sur ce lien pour lire l'article de Midi-Libre.

 Vingt associations avaient adressé, le 27 février, un courrier "resté sans réponse" portant sur les dépenses publiques qui seront engagées pour la construction du nouveau stade à Montpellier, et pour le raccordement du tramway à la gare de Montpellier Sud de France.

Dans ce courrier, les associations demandaient à Philippe Saurel, Président de la Métropole, de soumettre par référendum local à la population de la métropole la décision de réaliser ou non ces projets, ces derniers "ne figurant pas sur son programme lors des dernières municipales".

 "Ce stade répond-il à l'intérêt général ?"

Les associations signataires invitent donc le Président de la Métropole à répondre aux questions qu'elles se posent, ce mardi 2 avril à 11 h à La Carmagnole, au 10 rue Haguenot.

  •  Quel montage financier pour la réalisation du futur stade ?
  • Ce complexe sportif avec boutiques, restaurants, hôtels, salle de spectacle et logements est-il nécessaire ?
  • La situation géographique de ce stade est-elle acceptable ?
  • Quelle superficie de terre arable va être sacrifiée ?
  • Quelle quantité de béton et de bitume devra être déversée ?
  • Ce stade répond-il à l'intérêt général ?
  • Que devient le stade de la Paillade ?
  • La construction d'un stade décidée sans consultation ni débat est-elle envisageable?
  • Le collectif se dit prêt "à préparer le référendum, notamment lors de la phase nécessaire de débat". Qui ne tente rien...

 Les associations signataires : Alternatiba Montpellier, AMIES , APPEL , Attac Montpellier, Brasserie des Idées. Cabanes du Salaison,Eau Secours 34, Figuerolles En Friche, FNAUT Montpellier, Fondation Patrick Geddes, Football du Peuple,Gardiens de la Gardiole,I-Boycott, La Carmagnole, La Cimade Maguelone Gardiole, Mediterranée durable, ODAM, Projet Citoyen 34, Riverains de Garosud , Tempo Si.

 

Publié le 04/04/2019 ! 17:43  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
logo fond bleu clair.jpgNous ne changeons pas de sigle  -  par RGimilio

Bien que le titre officiel de notre association déposé officiellement en préfecture soit maintenant "Observatoire Indépendant des Déchets et de l'Environnement de Montpellier-Métropole", notre sigle demeure "ODAM".
 

Le Président
Raymond GIMILIO


ODAM-Metro_cadre_500x117.jpg

Publié le 03/04/2019 ! 20:55  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
Halte au béton  -  par RGimilio

Un seul mot : Halte au béton !
s

Vous avez compris que nous sommes contre l'urbanisation à outrance.

Publié le 03/04/2019 ! 20:54  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
Shadok_pompe_250x178.jpgEvolution de l'ODAM  -  par RGimilio

logo_oideam_abeille_grise_100x100.jpg

L'ODAM évolue vers l'OiDEAM. Le nouveau sigle qui sera soumis à une prochaine Assemblée générale (en préparation), intègre deux concepts :

  • le i d'Indépendance, affirmant que nous ne sommes au service de personne, sauf des citoyens et de nos adhérents ;
  • le E d'Environnement, pour nous affirmer dans la globalité des problèmes qui se posent à notre territoire : l'agglomération, la communauté de communes de Montpellier dont on nous affirme qu'elle évoluer vers Montpellier-Métropole ;
  • une abeille butineuse car symbole de la nature menaçée. ;
  • un liseré vert encadrant le tout, rappelant discrètement notre engagement écologiste-apolitique.

Une croissance démographique artificiellement provoquée et entretenue entraîne une bétonnisation de tous les terrains disponibles, une bulle immobilière qui grossit, grossit ! Du béton, de l'asphalte, dans des zones basses, inondables : nous dénonçons le projet OZ ! Dangereux, inutile, occupant des zones inondables !

Nous lançons l'alerte !

Publié le 03/04/2019 ! 20:52  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
Shadok4_cadre_ba120x171.jpgDe la persévérance  -  par RGimilio

C'est dommage que ce site ait été abimé. Courage, on les aura ! Le site est en rechargement et mieux protégé.

Publié le 03/04/2019 ! 20:50  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Si Maera la station d'épuration fut présentée dans le passé comme la « Rolls » des stations d'épuration, nous avons toujours dit à l'ODAM que nous étions contre sa conception et son fonctionnement actuel et non contre Maera comme celà a pu être écrit par erreur. L'eau qui est rejetée en mer dans le Golfe d'Aigues-Mortes comporte de nombreux micro-polluants dangereux, elle est insuffisamment épurée.

Nous attendons des preuves de l'inocüité des effluents qui voyagent dans les 13 km du tuyau qui se déverse au large de Palavas. Nous attendons aussi des preuves que les dispositifs à ultraviolets destinés à stériliser les effluents sont bien en place et que des bactéries coliformes ont bien tuées !

Il y a pire. Quand les précipitations sont violentes, Maera se décharge directement dans le Lez. On appelle celà un « by-pass ».  cry

Publié le 03/04/2019 ! 20:48  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Les Kite-surfers qui, après l'épisode neigeux des 28 fevrier et 1er mars 2018 qui ont bravé les éléments, sont tombés malades.

De source bien iformèe, des analystes médicales sont en cours.crybiggrin

Publié le 03/04/2019 ! 20:42  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
Shadok_pompe_250x178.jpgLe MMMag(asine)  -  par RGimilio

Sommes nous dans l’erreur si nous affirmons que le luxueux magazine « MMAG » édité par la métropole n’est pas un média d’information mais un outil de propagande ? Il suffit pour s’en convaincre de lire attentivement les différents numéros, chaque mois de ce papier imprimé de grand luxe (format 22,5x33, papier glacé). Si le lecteur comptait le nombre de fois où on parle du maître des lieux et du quart de page supplémentaire attribué à son groupe majoritaire « ils s’expriment », sans compter les articles signés des différents vice-Présidents et tutti-quanti, où est la démocratie participative et de proximité ? M. Levita a droit à 2 pages généralement plus un quart de page supplémentaire ! Ridicule !

Du temps de la défunte Association des Contribuables de l’Hérault (MartineOutais-OutaisMartine ?), nous tirions à boulets rouges sur les dépensocrates en les menaçant sur l’air de la Carmagnole-Ah ça ira, ça ira, ça ira « les dépensocrates à la lanterne » !

Publié le 03/04/2019 ! 20:40  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
2015-109-24_p-31_vigne.jpgIrriguer la vigne ?  -  par RGimilio

A l'ODAM, nous pensons qu'irriguer la vigne donne du mauvais vin.

Publié le 03/04/2019 ! 20:39  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
2015-109-24_p-30_la_mer150x57.jpgQuand la mer monte  -  par RGimilio

C'est un des ateliers-débats des journées des 25 et 26 septembre 2015. Y avez-vous assisté ? Quels ont été vos réactions ?

A l'ODAM, nous pensons qu'il ne faut pas reculer. Ce n'est pas une raison pour construire dans les futures zones inondées (OZ, ODE, ...).

Il faut protéger les constructions existantes, c'est sûr ! A quel prix ?

Publié le 03/04/2019 ! 20:37  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  
images.jpgLe retour du site ODAM  -  par Webmestre

Bonjour à ceux qui viennent nous rendre visite. Ce lundi 1er avril 2019 (ce n'est pas une blague), le site a redémarré avec une copie neuve du CMS Guppy 5.02.08.

Un peu de patience, nous travaillons à remettre tout en place, suite à ce qui pourrait être un piratage de notre espace serveur.

Cordialement.

enconstruction039.gif

Nous sommes de retour, le rechargement du site se fait à partir des éléments les plus récents.

Publié le 01/04/2019 ! 14:13  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?  

Notre doctrine

Nous militons pour une écologie citoyenne et indépendante, sur bases scientifiques, dans votre intérêt (contre les gaspillages) et dans celui de nos-vos enfants (générations futures). Ceci dans le respect des lois en vigueur dans notre pays, pour un environnement sain et agréable, hors de tous pouvoirs religieux et/ou politiques. Ceci pour permettre aux générations futures de vivre en bonne santé sur une planète préservée des pollutions. Nous n'affirmons rien sans preuves ou références à des publications dont nous détenons les copies ou les originaux. Nous vous proposons de télécharger diverses chartes (voir section Téléchargements).
Si telles sont vos valeurs, vous devez, vous pouvez demander à nous rencontrer et/ou adhérer à notre association.
L'union faisant la force, l'ODAM est membre fondateur du CIDES34, un collectif formalisé d'associations qui luttent pour la défense de l'Environnement et de la Santé et pour un traitement vertueux des déchets.

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
4 Abonnés

Convention d'Aarhus

La Convention d'Aarhus (selon Wikipedia) est :

« Le droit à l’accès à l'information est le droit qu'a toute personne ou organisme de demander à une collectivité ou service public d’obtenir une copie de documents ou informations détenues par cette collectivité ou service public. Ce droit porte sur un document existant, en l’état où il existe, et dans le format où il existe dans le service. Cela se traduit souvent par la délivrance de photocopies de tout ou partie de document, par de la consultation sur place, ou, si l’information est disponible sous format numérique, par une copie de fichier (aux formats disponibles couramment dans l’administration) sur support physique ou par envoi par message électronique. »

Accès à ce site et navigation

Consultez la "FAQ". Ce site est aussi accessible sur votre Smartphone (iPhone ou autres appareils). Cliquez sur le menu horizontal ci-dessous pour le guide du site. Pour le moment, l'accès au Forum est libre, lisez la Charte du Forum : le modérateur veille à éliminer les incivilités. Le respect de tous est indispensable, la défense de notre environnement est une chose trop sérieuse pour admettre des fantaisies.

Mentions légales

Cliquez sur ce lien pour consulter les mentions légales de ce site.

Le fait pour l'ODAM de citer un organisme et d'indiquer un lien vers son site ne signifie en aucune façon que nous approuvons sa politique et ses propositions. Nous informons le plus objectivement possible, le lecteur doit pouvoir de faire son opinion : nous faisons confiance à son libre discernement

Le Président de l'ODAM

Raymond GIMILIO