En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Texte à méditer :   La terre n'aime pas le sang ni les ordures   Agrippa d'Aubigné
Texte à méditer :   Voyez-vous, dans la vie il n'y a pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions les suivent.     Antoine de Saint-Exupèry
Texte à méditer :   Il y a plus de plaisir à poursuivre la vérité qu'à la connaître.    Antoine de Saint-Exupèry
Texte à méditer :   Résistez, résistez, résistez : résister s'écrit au présent.   Lucie Aubrac
Texte à méditer :   Il y a toujours de l'espoir, surtout contre un adversaire qui croit que l'arrogance suffit à gagner les guerres   Roger Mc-Bride Allen (Stars Wars n° 21)
Texte à méditer :   L'Ecologie ce n'est pas une punition, c'est une opportunité, une solution à la crise.   Nathalie Kosciusko-Morizet (Ripostes, 1/06/2008)
Texte à méditer :   Détrôner un tyran est le début d'un processus long et difficile   Princesse Leia (StarWars)
Texte à méditer :   C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l'écoute pas.   Victor Hugo
Texte à méditer :   L'Ecologie : la science de l'impossible faite par des incompétents (une boutade) !   Anonyme
Texte à méditer :   Il y une écologie des discours, une écologie de l'affichage et il y a une écologie du courage   Yannick Jadot (député européen)
Texte à méditer :   Nous n'héritons pas de la Terre de nos ancêtres mais nous l'empruntons à nos enfants   Antoine de Saint-Exupéry
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succés.   Baden-Powell
Texte à méditer :   La répétiton d'actes illégitimes ne saurait créer un usage légitime. Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes.   Reine de Hollande
 
 

Accès à ce site et navigation

Consultez la "FAQ". Ce site est aussi accessible sur votre Smartphone (iPhone ou autres appareils). Cliquez sur le menu horizontal ci-dessous pour le guide du site. Pour le moment, l'accès au Forum est libre, lisez la Charte du Forum : le modérateur veille à éliminer les incivilités. Le respect de tous est indispensable, la défense de notre environnement est une chose trop sérieuse pour admettre des fantaisies.

 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Traitement des déchets
 

Derniers billets

Rubriques

Calendrier du blog

07-2019 Août 2019
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Blog - Traitement des déchets


Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Traitement des déchets

Le talon d'Achille de la méthanisation  -  par RGimilio

Parler du talon d'Achille c'est employer une métaphore pour évoquer une faiblesse fatale en dépit d'une grande force générale, pouvant mener à la perte d'un individu, d'un phénomène ou d'une réalisation. La méthanisation est le phénomène que nous visons ici. Il s'agit d'un processus naturel, au départ mais qui a été érigé en processus industriel dans les cas suivants :

  • la méthanisation en décharges (baptisées ISDND) où des casiers aménagés reçoivent des déchets non triés contenant des matières organiques fermentescibles ;
  • la méthanisation de la fraction fermentescible des déchets ménagers non-triés (FFOM), cette fraction est extraite par un tri mécanique réalisé en amont, selon divers procédés ; ce procédé est aussi appliqué aux boues des stations d'épuration (STEP) ;
  • la méthanisation de déchets triés composés de bio-déchets triès à la source et ne contenant que des substances fermentescibles.

Les deux premiers procédés ont l'inconvénient de produire le bio-gaz, mélange de méthane (CH4) et de dioxyde de carbone (CO2), mélange qui contient deux impuretés majeures : le sulfure d'hydrogène et des siloxanes (composés organiques volatils de Silice). Ces deux gazs présentent des inconvénients majeurs et doivent être épurés du bio-gaz. Des composés odorants comme les mercaptans sont sans impact sur ce qui suit.

Deux thèses ont été consacrées à Lyon au problèmes posés par les impuretés contenues dans le bio-gaz : Aurélie OHANESSIAN (INSA, 2008) et Claire CHOTTIER (INSA, 2001). Ces deux ouvrages mettent en évidence l'impact négatif des COVSi et du H2S sur le valorisation du bio-gaz et la nécessité de l'épuration avant utilisation. En particulier, le caractère combustible du bio-gaz en fait un carburant pour turbines ou moteurs à explosion. Il nous a été présenté en 2006, sous la plume de trois commissaires-enquêteurs, les mérites d'une usine de méthanisation suisse (Otelfingen, pès de Zürich) produisant du carburant pour automobiles et mettant en avant les futurs autobus montpelliérains qui rouleraient au bio-gaz (demain, on rase gratis ?). Or, les autobus de la TAM de Montpellier utilisent du gaz naturel. Pourquoi ? Quel est le hic ? 

Sulfure d'hydrogène ou H2S

Le sulfure d'hydrogène, outre son odeur désagréable d'oeuf pourri et sa toxicité, est hautement corrosif et attaque de nombreux métaux Il est épuré par désulfuration, processus qui produit du soufre.

Siloxanes ou composés organiques de Silice (COVSi)

Les COVSi sont des composés organo-siliciés fâcheux : leur combustion produit de fines particules de silice (SiO2) très abrasives qui provoquent une usure prématurée des pales des turbines ou des pistons-segments-cylindres-paliers des moteur thermiques servant à générer de l'électricité. La silice des déchets mélangés provient des déchets de toutes sorte contenant des silicones : lingettes, résidus de peintures, etc. Les silicones sont le pur produit de l'industrie chimique, ils font partie de notre quotidien et se retrouvent dans les eaux usées et les déchets ménager non-triès à la source.

Une alternative citoyenne : le tri à la source

L'usine suisse d'Otelfingen ou les autres installations actuelles du même type traitent des bio-déchets issus du tri citoyen à la source. La quantité de COVSi est relativement faible car il n'y a pas de silicones à l'état naturel dans ces bio-déchets. A Montpellier, il y avait, au départ, des méthaniseurs dédiés aux bio-déchets, triés à la source. Ces lignes ont été arrêtées ! Pourquoi ?

La réponse est dans le « tout BRS » d'Amétyst II (Amétyst.02). C'est une technique qui consiste à mélanger, à l'entrée de la chaîne de traitement, dans les bio-réacteurs-stabilisateurs (BRS) les bio-déchets triés par ailleurs avec les soi-disants déchets résiduels (déchets mélangés en vrac dans les poubelles grises) pour en augmenter la « qualité » et produire une sortie de tri mécanique améliorée. Par ailleurs, les vrais déchets résiduels qui ont été séparés à la source par les citoyens sont aussi remélangés dans les BRS. On se demande où est le gain ? Ne sommes nous pas les spectateurs d'une politique de Gribouilles ou d'un baron de Münchausen (ou baron de Crac) qui se tire sur les cheveux pour s'extraire avec un cheval des sables-mouvants où ils sont tombés !

Ceci est illégal, mélanger les déchets triés par ailleurs et anti-économique !

Il faut donc ÉPURER ! Ça coûte cher, très cher ! Et c'est le citoyen qui paie ! Alors que trier à la source est vertueux !

Parler du talon d'Achille c'est employer une métaphore pour évoquer une faiblesse fatale en dépit d'une grande force générale, pouvant mener à la perte d'un individu, d'un phénomène ou d'une réalisation. La méthanisation est le phénomène que nous visons ici. Il s'agit d'un processus naturel, au départ mais qui a été érigé en processus industriel dans les cas suivants :

  • la méthanisation en décharges (baptisées ISDND) où des casiers aménagés reçoivent des déchets non triés contenant des matières organiques fermentescibles ;
  • la méthanisation de la fraction fermentescible des déchets ménagers non-triés (FFOM), cette fraction est extraite par un tri mécanique réalisé en amont, selon divers procédés ; ce procédé est aussi appliqué aux boues des stations d'épuration (STEP) ;
  • la méthanisation de déchets triés composés de bio-déchets triès à la source et ne contenant que des substances fermentescibles.

Les deux premiers procédés ont l'inconvénient de produire le bio-gaz, mélange de méthane (CH4) et de dioxyde de carbone (CO2), mélange qui contient deux impuretés majeures : le sulfure d'hydrogène et des siloxanes (composés organiques volatils de Silice). Ces deux gazs présentent des inconvénients majeurs et doivent être épurés du bio-gaz. Des composés odorants comme les mercaptans sont sans impact sur ce qui suit.

Deux thèses ont été consacrées à Lyon au problèmes posés par les impuretés contenues dans le bio-gaz : Aurélie OHANESSIAN (INSA, 2008) et Claire CHOTTIER (INSA, 2001). Ces deux ouvrages mettent en évidence l'impact négatif des COVSi et du H2S sur le valorisation du bio-gaz et la nécessité de l'épuration avant utilisation. En particulier, le caractère combustible du bio-gaz en fait un carburant pour turbines ou moteurs à explosion. Il nous a été présenté en 2006, sous la plume de trois commissaires-enquêteurs, les mérites d'une usine de méthanisation suisse (Otelfingen, pès de Zürich) produisant du carburant pour automobiles et mettant en avant les futurs autobus montpelliérains qui rouleraient au bio-gaz (demain, on rase gratis ?). Or, les autobus de la TAM de Montpellier utilisent du gaz naturel. Pourquoi ? Quel est le hic ? 

Sulfure d'hydrogène ou H2S

Le sulfure d'hydrogène, outre son odeur désagréable d'oeuf pourri et sa toxicité, est hautement corrosif et attaque de nombreux métaux Il est épuré par désulfuration, processus qui produit du soufre.

Siloxanes ou composés organiques de Silice (COVSi)

Les COVSi sont des composés organo-siliciés fâcheux : leur combustion produit de fines particules de silice (SiO2) très abrasives qui provoquent une usure prématurée des pales des turbines ou des pistons-segments-cylindres-paliers des moteur thermiques servant à générer de l'électricité. La silice des déchets mélangés provient des déchets de toutes sorte contenant des silicones : lingettes, résidus de peintures, etc. Les silicones sont le pur produit de l'industrie chimique, ils font partie de notre quotidien et se retrouvent dans les eaux usées et les déchets ménager non-triès à la source.

Une alternative citoyenne : le tri à la source

L'usine suisse d'Otelfingen ou les autres installations actuelles du même type traitent des bio-déchets issus du tri citoyen à la source. La quantité de COVSi est relativement faible car il n'y a pas de silicones à l'état naturel dans ces bio-déchets. A Montpellier, il y avait, au départ, des méthaniseurs dédiés aux bio-déchets, triés à la source. Ces lignes ont été arrêtées ! Pourquoi ?

La réponse est dans le « tout BRS » d'Amétyst II (Amétyst.02). C'est une technique qui consiste à mélanger, à l'entrée de la chaîne de traitement, dans les bio-réacteurs-stabilisateurs (BRS) les bio-déchets triés par ailleurs avec les soi-disants déchets résiduels (déchets mélangés en vrac dans les poubelles grises) pour en augmenter la « qualité » et produire une sortie de tri mécanique améliorée. Par ailleurs, les vrais déchets résiduels qui ont été séparés à la source par les citoyens sont aussi remélangés dans les BRS. On se demande où est le gain ? Ne sommes nous pas les spectateurs d'une politique de Gribouilles ou d'un baron de Münchausen (ou baron de Crac) qui se tire sur les cheveux pour s'extraire avec un cheval des sables-mouvants où ils sont tombés !

Ceci est illégal, mélanger les déchets triés par ailleurs et anti-économique !

Il faut donc ÉPURER ! Ça coûte cher, très cher ! Et c'est le citoyen qui paie ! Alors que trier à la source est vertueux !

Fermer Fermer

Publié le 09/04/2019 ! 16:33   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Notre doctrine

Nous militons pour une écologie citoyenne et indépendante, sur bases scientifiques, dans votre intérêt (contre les gaspillages) et dans celui de nos-vos enfants (générations futures). Ceci dans le respect des lois en vigueur dans notre pays, pour un environnement sain et agréable, hors de tous pouvoirs religieux et/ou politiques. Ceci pour permettre aux générations futures de vivre en bonne santé sur une planète préservée des pollutions. Nous n'affirmons rien sans preuves ou références à des publications dont nous détenons les copies ou les originaux. Nous vous proposons de télécharger diverses chartes (voir section Téléchargements).
Si telles sont vos valeurs, vous devez, vous pouvez demander à nous rencontrer et/ou adhérer à notre association.
L'union faisant la force, l'ODAM est membre fondateur du CIDES34, un collectif formalisé d'associations qui luttent pour la défense de l'Environnement et de la Santé et pour un traitement vertueux des déchets.

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
4 Abonnés

Convention d'Aarhus

La Convention d'Aarhus (selon Wikipedia) est :

« Le droit à l’accès à l'information est le droit qu'a toute personne ou organisme de demander à une collectivité ou service public d’obtenir une copie de documents ou informations détenues par cette collectivité ou service public. Ce droit porte sur un document existant, en l’état où il existe, et dans le format où il existe dans le service. Cela se traduit souvent par la délivrance de photocopies de tout ou partie de document, par de la consultation sur place, ou, si l’information est disponible sous format numérique, par une copie de fichier (aux formats disponibles couramment dans l’administration) sur support physique ou par envoi par message électronique. »

Accès à ce site et navigation

Consultez la "FAQ". Ce site est aussi accessible sur votre Smartphone (iPhone ou autres appareils). Cliquez sur le menu horizontal ci-dessous pour le guide du site. Pour le moment, l'accès au Forum est libre, lisez la Charte du Forum : le modérateur veille à éliminer les incivilités. Le respect de tous est indispensable, la défense de notre environnement est une chose trop sérieuse pour admettre des fantaisies.

Mentions légales

Cliquez sur ce lien pour consulter les mentions légales de ce site.

Le fait pour l'ODAM de citer un organisme et d'indiquer un lien vers son site ne signifie en aucune façon que nous approuvons sa politique et ses propositions. Nous informons le plus objectivement possible, le lecteur doit pouvoir de faire son opinion : nous faisons confiance à son libre discernement

Le Président de l'ODAM

Raymond GIMILIO