Observatoire des Déchets et de l'Environnement de Montpellier

Accueil  Blog  Nouvelles  Télécharger  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
Incinération ou méthanisation ?

Un incinérateur peut recevoir des ordures en vrac, non-trièes. La combustion est meilleure si les déchets ne sont pas triés et épurés de tout ce qui peut être recyclé, réupéré et réutilisé (matière organique, plastiques, papiers-cartons, ...). Ceci ne justifie nullement les graves inconvénient de ce type de traitement que nous qualifions toujours d’abomination, d'aberration environnementale anti-écologique et anti-économique.

Un méthaniseur ne fonctionne bien que si la matière organique est épurée, au contraire, de tout ce qui est non-fermentescible. Pour le bon fonctionnement du système, meilleur est le tri avant méthanisation, meilleurs sont les composts en sortie d’usine. Méthaniser des ordures non ou mal trièes entraîne :

Le tri mécanobiologique des poubelles grises mal triées est présenté, d’abord comme une précaution, ensuite comme un plus qualitatif d’une telle usine qui permet d’extraire de la masse des déchets :

Ce tableau idyllique l’est moins quand on considère que les composants ci-dessus sont irrémédiablement souillés par un contact de plusieurs jours avec les matières organiques qui commencent à «travailler» dans les poubelles, les bennes à ordures et les halls de réception. Des déchets toxiques commes les piles peuvent être écrasés et leur contenu électrolytique s’ajoute aux jus des matières organiques en fermentation. Les plastiques, les métaux et les gravats sont souillés irrémédiablement !

Il ne faut pas imaginer qu’une telle usine, tout comme un incinérateur, dispense du tri en amont, chez le citoyen. Pourtant, les divers décideurs et homme politiques opposent des motifs «sociologiques». Ils expliquent avec beaucoup d’embarras que le tri est difficile à inculquer à des gens du Sud, par nature sales et peu disciplinés. Ce discours est inadmissible. Nos voisins du sud, en Catalogne et plus particulièrement à Barcelone, ont mené à bien la construction de 3 usines de traitement intégral d’ordures ménagères aujourd’hui opérationnelles (des «Ecoparcs)», mis en place un système original de transport d’ordures ménagères par pipelines urbains et lancé une politique municipale de contrats avec les acteurs sociaux de leurs agglomérations.

Le mouvement des « Ecologistas en accion » est très actif et très motivé en Epagne, ce qui explique bien des choses.

La mise en oeuvre de ce type de processus à Montpellier (203.000 tonnes/an dont 100.000 tonnes/an à méthaniser après TMB), implanté de surcroît dans une zone urbaine, relève d’une expérimentation industrielle menée aux frais du contribuable montpelliérain. Nous avons déjà écrit sur notre site, ce qui suit et qui n’a rien perdu de son actualité.

C’est une unité de traitement de 170.000 tonnes/an qui a été votée le 15 juin dernier en tranche ferme. Elle a été attribuée à la société Vinci-Environnement qui annonce sur son site Internet 203.000 tonnes. Nous n’avons pas trouvé de références d’usine d’une telle capacité, les plus grosses connues et opérationnelles ne dépassent pas 100.000 tonnes/an. Kompogaz n’a jamais équipé d’usines de plus de 50.000 tonnes/an. Montpellier-Garosud va servir de terrain d’expérience et de mise au point à Vinci et Kompogaz ! .

Que vont nous coûter les expérimentations en suppléments et rallonges budgétaires ?»

N.B. : le 23 septembre 2013, la gazette des communes publie une enquête sur la laborieuse mise en route de l'usine Ametyst qui nous conforte dans notre conviction : nous avons financé une usine expérimentale et nous avons payé très cher !


Date de création : 05/04/2019 ! 15:00
Dernière modification : 05/04/2019 ! 15:00
Catégorie : Processus industriel
Page lue 156 fois
Haut
Valid HTML 5.0 GuppY site freeguppy.org © 2004-2018 En savoir plus ... GuppY site Valid CSS 3

Document généré en 0.14 seconde