Observatoire des Déchets et de l'Environnement de Montpellier

Accueil  Blog  Nouvelles  Télécharger  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
Les élus doivent des comptes de leur gestion

NOS ÉLUS DOIVENT ÊTRE LES COMPTABLES DE LEURS GESTIONS

Avec des moyens en communications très puissants, lesquels sont payés par les contribuables, l’Agglomération de Montpellier flatte l’orgueil de ses administrés par de grands projets coûteux, dispendieux, dont l’utilité est trop souvent contestable. Elle entretient et continue de nous entretenir dans un déni de réalité, avec des illusions.

Depuis 1967 nous constatons une gestion désastreuse de nos déchets par la ville de Montpellier, District, Agglomération et maintenant par Montpellier méditerranée Métropole avec un « laisser faire » Départemental.

HISTORIQUE :

1967 - Ouverture officielle de la Décharge du THOT : c'est l'échec d'une gestion catastrophique des déchets et d'une politique environnementale irresponsable et désastreuse, une insulte à la nature qui aura durée 43 ans. Le Thôt ne devait pas excéder 2,50 mètres de hauteur. La fermeture des dépôts est constatée le 30/06/2006, la fin d’exploitation du site intervient le 30/09/2008 (la hauteur de la décharge est alors de 32 mètres).

Depuis mars 1977 à ce jour, la Mairie de Montpellier, le District puis l’Agglomération ont eu successivement la responsabilité de la gestion de cette décharge. Ce sera la même politique, avec à sa tête, la même personne, feu Georges FRêCHE.

2006 - PROJET de DECHARGE DE FABREGUES : depuis la fermeture de la décharge du Thôt, la société SITA-SUD avait l’ambition d’aménager, de sa propre initiative, sur la commune de Fabrègues, un pôle multi-filières regroupant, une plateforme de compostage des déchets verts, un centre de tri et de stabilisation de la matière organique et une installation de stockage des déchets ultimes (CSDU). Un projet d’intérêt général est voté et entériné par le Préfet. Le 9 décembre 2010, le nouveau président de Montpellier-Agglomération, Monsieur Jean-Pierre MOURE, a décidé la « suspension du projet ».

Si l’on peut se louer du bon sens de cette décision, il faut aussi y voir la proximité du village ou l'ancien Président de l’Agglomération en était aussi le Maire et l’approche d’élections.

2008 – L’« unité » de Méthanisation "AMETYST" imposée par l'Agglomération :

Cette usine de tri-mécanobiologique (TMB) a été présentée comme la « Rolls-Royce » des usines, utilisant une technologie de méthanisation suisse. L’échec technique, financier, écologique, économique et sanitaire était prévisible et avait été dénoncé bien avant sa réalisation par diverses associations dont l’ODAM. Un bilan catastrophique jusqu'à ce jour... (selon la Cour des Comptes, en particulier).

L’Agglomération nous avait pourtant annoncé une « unité de méthanisation » avec « ZERO NUISANCES ». Elle nous promettait aussi une réduction des impacts sur l’environnement et un coût moindre (76,34 € HT/t), emprise foncière et financière réduite par rapport au compostage (82,32 € HT/t) avec valorisation de l’énergie et pour l’incinération (94,61 € HT/t ) laquelle présentait l’avantage d’un volume nécessaire de décharge trois fois plus faible ainsi qu’une emprise foncière moitié moindre » (dossier relatif à la déclaration de projet et de mise en compatibilité du PAZ – Plan d’Aménagement de Zone). Le projet a été confié pour sa réalisation, à un constructeur dont l’ODAM a démontré qu’il était plus cher et moins expérimenté que son concurrent plus aguerri.

En Réalité : La Taxe d'enlèvement des ordures ménagères s'élevait en 2009 à Montpellier à 141 uros par habitant, contre 59 uros en moyenne en France. Nous serons confrontés à un échec total et un gouffre financier.

2008 - Ouverture d'un Centre de Stockage de Déchets Ultimes (CSDU devenu ISDND) à Castries: La capacité de la décharge de Castries est estimée à 475.000 tonnes (soit 83.000 tonnes par an sur 5,5 ans). Or, un peu plus de 2 ans après sa mise en fonctionnement, 168.300 tonnes d’ordures sont déjà été enfouies. Ces surplus de déchets mettent en cause le mauvais fonctionnement de l’usine de méthanisation AMETYST. Contrairement à ce qui était attendu, le casier n° 1 fermente et pue avec des fuites de lixiviats qui s’écoulent dans le sous-sol. Les craintes de risques sanitaires et le manque de clarté sur la fermentation des lixiviats demeurent.

Comme pour la décharge du Thôt, si l’on connaît la date de début d'une décharge il est très difficile d’en connaître la date de fin d’exploitation.

2014 : Plan Départemental de Prévention et de Gestion des Déchets Non Dangereux de l’Hérault (34) porté par le Conseil Général de l’Hérault :

De nombreuses associations environnementales indépendantes réunies dans le Collectif Interassociatif des Déchets de l’Hérault (CID34) dénoncent ce plan et le jugent indigeste à interpréter et à comprendre à cause de sa complexité. Il ne répond pas à une réduction ambitieuse et réaliste de nos déchets ni pour une amélioration significative de sa gestion, il est un catalogue des désidératas des collectivités de l’Hérault, dont Montpellier-Agglomération. 

C'est une fois encore, mission impossible !

2015 – L’usine de Méthanisaton « AMETYST » a traité en 2014 130 000 tonnes de déchets.

La signature par le Président de Montpellier-Agglomération d'un contrat de Délégation de Service Public (DSP), présenté par Monsieur Cyril MEUNIER(Vice Président de Montpellier-Méditerranée-Métropole) pour 10 ans, d'un montant de 150 millions d'euros (soit 15 millions par an) est-elle justifiable?

NON, le coût de traitement est d'environ 100 euros la tonne et compte tenu d'une réduction prévisible de nos déchets, ce contrat paraît incompréhensible et non justifié. Il n’est pas intelligible car le gouvernement (Ministre de l’Environnement) entend soutenir les démarches territoriales « Zéro gaspillage, Zéro déchet ».

Pourquoi ne pas tenir compte d'une réduction importante des déchets à traiter par AMETYST ?

Pourtant  l’Etat affirme son soutien à la démarche « Zéro déchet, Zéro gaspillage » afin de mettre en œuvre une société économiquement et écologiquement viable, et socialement innovante. Alors, que fait-on sur notre territoire ? L’ODAM, au nom de la démocratie de proximité et de la démocratie participative, demande la mise en place d’un tel programme « Montpellier-Méditerranée-Métropole Territoire Zéro déchet Zéro gaspillage ».

Nous déplorons le résultat d’une démocratie participative inexistante qui ne prend pas en compte les avis des citoyens et/ou Associations. Nous ne nous voulons pas être des citoyens piégés par la mauvaise gestion de leurs élus depuis des décennies, des contribuables taillables et corvéables à merci !...

A méditer… et à suivre : suivez-nous !

L'ODAM


Date de création : 06/04/2019 ! 07:27
Dernière modification : 06/04/2019 ! 07:27
Catégorie : Prévention des déchets
Page lue 148 fois
Haut
Valid HTML 5.0 GuppY site freeguppy.org © 2004-2018 En savoir plus ... GuppY site Valid CSS 3

Document généré en 0.03 seconde