Portail Observatoire Déchets Environnement  Santé Montpellier

Accueil  Blog  Nouvelles  Télécharger  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
Amétyst : les digesteurs Kompogas AG©-AXPO

La méthanisation des bio-déchets se fait dans des enceintes closes, sous l'action de bactéries, en l'absence d'oxygène. C'est une fermentation anaérobie. Les enceintes closes sont des méthaniseurs. On dit encore un digesteur ou un fermenteur. Il en existe de plusieurs sortes et de différentes tailles. Le brassage des déchets à l'intérieur est obligatoire et se fait selon différentes technologies. Nous examineraons ici les produits de Kompogas AG®

1 - Les digesteurs (méthaniseurs) AXPO Kompogas

Les digesteurs fabriqués par AXPO Kompogas (Suisse) sont des cylindres couchés contenant un axe muni de palettes pour brasser les déchets à faire fermenter. Ils sont alimentés à une extrémité, en mode continu, le digestat traité sortant par l'extrémité opposée du cylindre.

Selon un chiffre donné par Montpellier-Agglomération (Enquête publique DAE - Mémoire en réponse, page 38), un module digesteur a une capacité de 1.500 M3 (soit 1.500.000 litres). C'est de la technologie suisse, une horlogerie géante fiable et bien rôdée. Une mécanique robuste mais chère, très chère ! Il y en aura 8 dans notre usine Amétyst. La collectivité « Montpellier-Agglomération » veut du gros et du clinquant ! Du suisse, c'est sérieux :« Un module de base éprouvé depuis 20 ans. ». Le moteur Rolls-Royce ou le Ferrari des digesteurs !

2 - La réalité de l'usine de Montpellier

Le vocabulaire est important, la langue française permet des descriptions précises mais aussi. On nous présente une « unité de méthanisation », on nous vante les mérites d'une mécanique suisse sur le traitement mécanique des déchets en mélangeant tout pour en faire une bouillie acceptable et faire passer un monstre de 203.000 tonnes/an pour un projet rôdé et éprouvé. Le constructeur, Vinci-Environnement, a été choisi (cité p. 38 du Mémoire). Ces digesteurs sont (étaient) au nombre de huit dans la future usine.

2.1 - Les digesteurs (traitement biologique)

Nous venons d'en parler ci-dessus. Ce sont des super-machines capables de brasser n'importe quoi ! En Suisse, ils sont utilisés pour brasser et digérer des bio-déchets recueillis par tri à la source, dans de petites unités ne dépassant pas un à deux digesteurs, pas plus de 28.000 tonnes/an à 50.000 tonnes/an.

2.2 - Procédures suisses

En Suisse, on trie à la source, c'est prouvé ! Le citoyen et sa citoyenne helvétiques trient à la source. Il ne mélangent pas les bio-déchets des autres. Selon des correspondances échangées avec l'Office suisse de l'Environnement en 2005, la méthanisation des déchets en Suisse « ne traitent que des déchets verts, c.-a-. des déchets collectés séparément. ». De plus, les usines ont une taille relativement limitée, pas plus de 15.000 t/an. Les méthaniseurs sont des Kompogas dit l'Office fédéral : « La firme Kompogas est bien connue de nos services. ». Les mêmes correspondances indiquent qu'aucune ordure ménagère n'est traités dans une usine de méthanisation !

Vous avez bien lu et nous tenons les copies des mails échangés à disposition de qui les demandera ! Nous nous rapprochons du rapport du trio des commissaires enquêteurs qui veulent à tout prix justifier leur monstre de 203.000 tonnes/an en vantant la technologie suisse ! Il ne suffit pas de mettre un moteur de Ferrari ou de Rolls-Royce dans une Deux-Chevaux pour en faire une super-voiture ! Car, à Montpellier on a mis huit super-digesteurs Kompogas AG® pour nous faire croire qu'on aurait une super-unite de méthanissation d'ordures ménagères ! Mieux, le trio d'enquêteurs insiste (page 21) « En termes de retour d'expérience [de qui ?], le procédé KOMPOGAS est éprouvé depuis plus de 20 ans ainsi que l'utilisation du biogaz. » Ces messieurs se sont mal renseignés, le seul retour d'expérience du constructeur choisi (Vinci), au moment de la passation du marché, nous avons lu ceci concernant l'expérience de Vinci et de sa première usine de « La Rioja (Espagne) » : « bien qu’il y ait peu de retours d’exploitation à ce jour (usine de la Rioja en cours de démarrage) ». Ceci est un extrait d'un rapport que nous avons réalisé d'après une analyse critiques des pièces d'instruction du marché public de l'usine (en notre possession : « Rapport de la Personne Responsable du Marché à la Commission de dialogue compétitif du 06 juin 2005 : Volume II – Rapport d’examen des offres », page 52/108). Vinci n'est qu'un intégrateur de matériel, non le constructeur des digesteurs. Il a été chargé de construire une usine entière intégrant des digesteurs dans une chaîne de traitement complète.

2.3 - Vinci-Environnement : est-ce une imposture ?

Dans notre rapport au Préfet transmis par lui au Procureur de la République sur les vices congénitaux que nous citons ci-dessus, nous avions signalé que lors de l'instruction du marché, l'expérience professionnelle des candidats ne figurait pas dans la grille d'évaluation comparative et qu'aucune note ni aucune pondération ne permettait de discriminer que ce critère. Les années qui ont suivi ont montré le manque de discernement du trio des commissaires enquêteurs. Un digesteur ne fait pas une usine. Vinci s'attribue les mérites d'usine qu'il n'a pas construites.

2.4 - La partie traitement mécanique de l'usine Amétyst

Vinci, répondant à l'appel d'offres de Montpellier-Agglomération était chargé de construire une usine de traitement de déchets utilisant des digesteurs suisses. Pour alimenter ces digesteurs en matière fermentescible, à partir d'ordures ménagères (203.000 tonnes/an) dont :

Seule la deuxième ligne de traitement est "à la mode suisse". Le reste, est un tri mécanique de 170.000 tonnes n'existant pas en Suisse. La stratégie de Vinci-Environnement se plaçant derrière l'intégration de digesteurs de haute qualité pour exciper de la qualité de ses usines intégrées a été dénoncée au Procureur de la République.

L'ensemble était présenté comme devant produire :

L'ensemble des bio-réacteurs-stabilisateurs (BRS), de cribles de divers calibres, de trieurs balistiques ou electro-mécanqiues, etc. est qualifié de manière dithyrambique par le trio d'enquêteurs. Ils vont donner un avis favorable à une usine qui va être construite par un groupement d'entreprises dont le seul retour d'expérience consiste en une usine (La Rioja, Espagne) non encore terminée et non réceptionnée.

Le public a été informé ! Il le sera pendant 10 ans au cours des CLIS puis des CSS jusqu'à ce triste anniversaire du 1er juillet 2018 !  La CLIS du 6 juin 2018 va voir évoquer ces problèmes, ces mensonges pour faire passer en force une usine qui, 10 ans après, fournit un triste bilan.

Que proposons nous ?

3 - Zéro déchets, zéro gaspillage

En 2016, une conférence de Zero-waste-France se tient à Castries puis à Montpellier. Le Ministère de l'Environnement lance un appel à propositions « Zéro déchets, zéro gaspillage ». Fin 2017, le Conseil régional se voit confier la compétence pour organiser le Plan régional de prévention et d'élimination des déchets (PRPGD). Montpellier a perdu son statut de capitale régionale bien que certains services aient été maintenus à Montpellier. Le centre des décisions est maintenant à Toulouse où siège l'assemblée délibérante sous la présidence de Mme Carole Delga entourée de conseillers écologistes. Aucun des délégués ne représente le parti politique sur lequel le Président de Montpellier-Métropole s'appuie ! Fâcheuse situation.

Un collectif d'associations citoyennes, le CIDES34 s'est constitué le 7 janvier 2017, fruit du rassemblement de plusieurs associations et collectifs citoyens. Ce collectif a des membres dans les Commissions de suivi de site (CSS, successeurs des CLIS).

La politique déclarée lors d'une session régionale destinée à la préparation du PRPGD annonce clairement (Mme Agnés Langevine, vice-Présidente du Conseil régional représentant Mme Carole Delga, Présidente) l'objectif de «"Zéro déchets, zéro gaspillage"» et l'abolition des plans départementaux des déchets qui seront remplacés par le PRPGD. La fermeture du 2e four d'OCREAL est actée comme la non mise en place d'un 3e casier à Castries.

Montpellier-Métropole ne s'émeut pas ! On ira déverser ailleurs notre m... ! Nous ne saurons, à 2 ans des élections municipales laisser passer une telle irresponsabilité ! Montpellier-Métropole doit effectivement mettre en place une véritable politique de prévention des déchets (diminution en poids et en volume), le tri citoyen à la source et la mise en place d'une Redevance incitative en remplacement d'une Taxe (encouragement au laxisme).

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM
Docteur en sciencse biologiques mention écologie


Date de création : 06/04/2019 ¤ 17:12
Dernière modification : 06/04/2019 ¤ 17:12
Catégorie : Processus industriel
Page lue 409 fois
Haut
Valid HTML 5.0 GuppY site freeguppy.org © 2004-2020 En savoir plus ... GuppY site Valid CSS 3

Document généré en 0.17 seconde