Observatoire des Déchets et de l'Environnement de Montpellier

Accueil  Blog  Nouvelles  Télécharger  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
Amétyst : métrologie des odeurs et conséquences

Nous citons l'étude RECORD : « Pollution olfactive, sources d'odeurs, cadre réglementaire, techniques de mesure et procédures de traitement : état de l'art . Rapport final, mars 2006, Auteurs J.R. Fanlo (LGE-Mines, Alès) et J. Carré (LACE - UCBL1» 236 p. n° 03-0808//0809/1A et sa synthèse.

Selon la synthèse (pp. 3-4) « la méthodologie d'approche d'un problème d'odeur doit envisager la mise en œuvre de méthodes d'analyse physico-chimique et sensorielle. La caractérisation analytique qualitative et quantitative d'un effluent malodorant fournit les éléments nécessaires aux choix et dimensionnements d'une installation de traitement et permet de réaliser le suivi des performances du traitement mis en œuvre. Le contrôle de la réduction de la nuisance nécessite la connaissance de l'abattement d'odeurs mesuré au moyen d'une approche sensorielle. ».

Vous avez bien compris ? 10 ans après ça pue toujours et la direction de l'usine patauge toujours, de CLIS en CSS !

Nous avons trouvé une définition intéressante sur le site du SIAAP « Une unité d’odeur par m3 d’air marque le seuil de perception olfactive exprimé par un échantillon de population ».  

Selon un spécialiste de la mesure des odeurs, l'entreprise ODOTECH « Rappelons que 1 u.o./m3 correspond à un niveau d’odeur où 50% de la population perçoit l’odeur ou seuil de perception. En général, 2 à 3 u.o./m3 correspond à un niveau d’odeur où 50% de la population reconnaît l’odeur ou seuil de reconnaissance. Dans de nombreux cas, 5 u.o./m3 correspond à un niveau d’odeur où 50% de la population discerne l’odeur ou seuil de discernement. Il s’agit du seuil à partir duquel la majorité des individus sont en mesure de différencier, discriminer, juger et apprécier une odeur. Il serait plausible que les plaintes d’odeurs surviennent habituellement lorsque ce niveau olfactif est atteint. De plus, 10 u.o./m3 correspond à une concentration-odeur qu’il faut diluer 10 fois avec de l’air inodore pour atteindre un niveau où 50% de la population perçoivent l’odeur.  ».

1 - Quelle relation avec Amétyst

1.1 - Affirmations du rapport de DUP Llamas-Breuil-Corp (3 avril 2006)

Lors de l'enquête d'utilité publique menée en 2006, nous lisons à la page 6 une référence à l'arrêté du 12/02/2003. Cet arrêté limite à 5UO/m3 le seuil de nuisance maximale communément admis plus de 44 heures dans l'année, dans un rayon de 3 km.

Les rédacteurs-enquêteurs stipendiés par le demandeur (l'Agglo) nous affirment que les prévisions d'une étude par modélisation (non référencée ?) « la valeur de 2UO/m3 est centrée sur le site et n'a aucune sur les habitations ni les entreprises de la ZAC. A fortiori, quelles que soient les prévisions météorologiques, la concentration d'odeur calculée hors du site ne dépassera pas cette valeur. ». Quelle audace ! Une parole d'évangile ! L'ordinateur (le modèle mathématique l'affirmait en 2006). Et maintenant ? Un prix Pinocchio ?

pinocchio_surpris_200x348.gif

1.2 - Etat des lieux en 2018

Plus de 10 ans après la construction de l'usine, où en est-on ?

Ce serait un euphémisme que de dire que les riverains sont satisfaits des affirmations des commissaires enquêteurs !

tout-va-bien-par-karakca50x50.png

C'est un ras le bol généralisé contre les odeurs, exprimé depuis 2008, de CLIS en CSS. Cause toujours ! 

1.3 - Que faire ?

Les représentants des associations à la CSS vont frapper un gros coup de grosse caisse à la réunion du 6 juin prochain (Paukenschlage !). Où en est-on exactement des recommandations béatement optimistes du trio enquêteur (rémunéré légalement par la collectivité demandeuse) ?

Les autorités peuvent menacer, un 3e biofiltre  a été mis en place, sans succès : ça pue toujours autant ! Les enquêteurs se sont ils trompés, ont-ils été trompés ou ont-ils été complaisants ? Dix ans après, on est en droit de se poser la question.

2 - L'étude d'impact des odeurs

Le problème des odeurs désagréables est connu depuis le 1er empire où Napoléon légifère par « décret impérial du 8 octobre 1810 relatif aux manufactures et ateliers qui répandent une odeurs insalubre ou incommode. ». Le problème ne date pas d'hier comme l'indique le décret.

2.1 - L'étude par modélisation

La modélisation fait appel à l'informatique qui fait dire à ses utilisateurs "c'est l'ordi qui l'a dit". Toute étude se doit de répondre à certains questions.

2.2 - Qui a fait l'étude et comment ?

Le trio enquêteur ne cite pas ses sources. On sait seulement qu'il s'agit d'une « modélisation ». Tout bon informaticien sait qu'on peut faire dire n'importe quoi à un modèle sauf si :

  1. Quel est le nom de l'organisme qui a fait l'étude ?
  2. Avec quel modèle et sur quel ordinateur ?
  3. Quelles sont les données qui ont servi à calibrer le modèle ? (ce dernier point est important).

Comment peut-on affirmer le chiffre de 2 UO/m3 sur le site de l'usine et affirmer que cette étude affirme qu'il n'y a « aucun effet qur les habitations ni les entreprises de la ZAC. A fortiori, quelles que soient les conditions météorologiques, la concentration d'odeur calculée hos du site ne dépassera pas cette valeur. »

Une affirmation péremptoire destinée aux autorités qui ont gobé le morceau ! Dix ans après, il n'est pas sûr que le même modèle nourri des milliers de plaintes (la vérité terrain) donne les mêmes affirmations ni qu'un autre modèle bien contrôlé par les citoyens riverains n'aille contredire le trio enquêteur.

Sauf erreur ou omission de notre part, il n'y a pas d'autre mention dans le rapport du trio enquêteur. Nous découvrons annexé à leur rapport les pages 18 à 22 du « Mémoire en réponse » rédigé par Montpellier-Agglomération qui fait état d'une étude INERIS (confiée semble-t-il au BURGEAP) mais non référencée par le trio enquêteur. Il s'agit du document «"Analyse critique du volet gestion des odeurs du DDAE de l'unité de méthanisation » (INERIS - DRC - 74163 - AIE n° 0070 -KAD / FTO) par Karine Adam, Serge Collet, Frédéric Tognet et Jérémie Domas. Est-ce là l'étude qui a appuyé les conclusions du trio ? Aucun autre lien ne l'établit.

2.3 - Etude des résultats des simulations du rapport INERIS-BURGEAP

Aux pages 20-21, nous trouvons un avis nuancé de l'INERIS.

Nous citons « Il serait bien de rappeler ici que la modélisation n'est qu'une approximation de la réalité et qu'elle est par conséquent soumise à une marge d'erreur dûe aux incertitudes du modèle et des données d'entrée. La proximité de certaines habitations au vu de ces marges d'incertitude devrait induire une note de pondération des résultats de simulation. » ! ! !  Que ces messieurs du trio enquêteur n'ont pas pondéré leur jugement et modéré leur enthousiasme qualificateur ! On ne comprend pas qu'ils aient omis cette modération de l'INERIS !

A la page 21, l'INERIS en remet une couche : « Ces écarts peuvent être importants et montrer la possibilité d'un dépassement de seuil alors que la seule étude des concentrations moyennes ne le montre pas. ». Dix ans après, les faits viennent rappeler que dans le calcul de moyennes, le même chiffre peur représenter des dispersions totalement différentes avec des écarts importants ou faibles. C'est pour celà qu'on devrait TOUJOURS donner une moyenne avec son intervalle de confiance et comparer deux moyennes avec un test de Ki2 !

La conclusion du rapport (§5.4) est plus incisive : « L'INERIS émet néanmoins une observation sur l'importance des fluctuations de concentration pour la problèmatique des odeurs, et sur leur traitement dans l'étude. Une note d'explication est rédigée en annexe. ». Cette note a-t-elle été volontairement ignorée par le trio enquêteur ?

Enfin, conclusion de la conclusion : « Enfin, il aurait été judicieux de rappeler les incertitudes dues à la modélisation notamment en raison de la relative proximité des riverains au site. ».

Une belle leçon qui, 10 ans après, face à vérité terrain, montre qu'en matière d'environnement le mensonge ne pais pas. Nous décernons le bonnet d'âne au trio des enquêteurs  autistes, menteurs par omission !

bonnet_ane.jpg

2.4 - L'application stricte de la réglementation

L'application stricte de la réglementation pourrait permettre de faire fermer par autorité administrative voire judiciaire ce monstre mal conçu dans lequel son exploitant actuel injecte des sommes conséquentes (10 M€ ?). L'amputation chirurgicale s'impose. Que faire d'autre, quelles solutions ?

3 - Zéro déchets, zéro gaspillage

En 2016, une conférence de Zero-waste-France se tient à Castries puis à Montpellier. Le Ministère de l'Environnement lance un appel à propositions « Zéro déchets, zéro gaspillage ». Fin 2017, le Conseil régional se voit confier la compétence pour organiser le Plan régional de prévention et d'élimination des déchets (PRPGD). Montpellier a perdu son statut de capitale régionale bien que certains services aient été maintenus à Montpellier. Le centre des décisions est maintenant à Toulouse où siège l'assemblée délibérante sous la présidence de Mme Carole Delga entourée de conseillers écologistes. Aucun des délégués ne représente le parti politique sur lequel le Président de Montpellier-Métropole s'appuie ! Fâcheuse situation.

Un collectif d'associations citoyennes, le CIDES34 s'est constitué le 7 janvier 2017, fruit du rassemblement de plusieurs associations et collectifs citoyens. Ce collectif a des membres dans les Commissions de suivi de site (CSS, successeurs des CLIS).

La politique déclarée lors d'une session régionale destinée à la préparation du PRPGD annonce clairement (Mme Agnés Langevine, vice-Présidente du Conseil régional représentant Mme Carole Delga, Présidente) l'objectif de «"Zéro déchets, zéro gaspillage"» et l'abolition des plans départementaux des déchets qui seront remplacés par le PRPGD. La fermeture du 2e four d'OCREAL est actée comme la non mise en place d'un 3e casier à Castries.

Montpellier-Métropole ne s'émeut pas ! On ira déverser ailleurs notre m... ! Nous ne saurons, à 2 ans des élections municipales laisser passer une telle irresponsabilité ! Montpellier-Métropole doit effectivement mettre en place une véritable politique de prévention des déchets (diminution en poids et en volume), le tri citoyen à la source et la mise en place d'une Redevance incitative en remplacement d'une Taxe (encouragement au laxisme).

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM


Date de création : 06/04/2019 ! 17:28
Dernière modification : 06/04/2019 ! 17:28
Catégorie : Nuisances olfactives
Page lue 210 fois
Haut
Valid HTML 5.0 GuppY site freeguppy.org © 2004-2018 En savoir plus ... GuppY site Valid CSS 3

Document généré en 0.09 seconde