Portail Observatoire Déchets Environnement  Santé Montpellier

Accueil  Blog  Nouvelles  Télécharger  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum

Début Précédent Les voeux du maire de Lattes Suivant Fin

Rubrique : Inondations - par RGimilio

Monsieur Meunier, le célèbre maire de Lattes, n'aime pas les Cassandres. Ce nouvel Ajax n'aime pas les lanceurs d'alertes modernes, dignes successeurs de ceux de l'antiquité. Il doit souffrir d'autisme car il n'écoute pas les citoyens sages de sa commune, ceux qui ont étudié avec beaucoup de soin et de compétence les différents rapports d'experts, des plus qualifiés au moins qualifiés, dans le seul souci de la sécurité de ses concitoyens.

Dans ses voeux, Monsieur Meunier s'en prend à ceux qui habitent sa bonne ville et qui continuent à prétendre que Lattes reste inondable. C'est le cas de notre secrétaire de l'ODAM, Jacky Chanton, qui a prouvé par « A + B » que, malgré les travaux effectués en amont de Lattes, le risque persistait. Nous lui laissons la parole avec la lettre qu'il a envoyée au Maire autiste de Lattes.

Jacky.jpg
Le citoyen Jacky Chanton de Lattes, secrétaire de l'ODAM

L'imperméabilisation des sols en amont de Lattes (Montpellier et consorts) et les risques de submersion marine du côté de l'aval ne sont pas une vue de l'esprit « d'écolos bornés ! », comme on aime à le dire en riant. Le principe de précautions seul est notre guide à l'ODAM. Nous formons un voeu, un seul, celui que les catastrophes prévues ne se retournent pas contre les rieurs, la responsabilité des rieurs pourrait être engagée. On a trop pris l'habitude, en France, de passer outre à tous les avertissements. Qui se souvient encore de la catastrophe du Grand-Bornand ? Qui se souvient de celle de La-Tranche-sur-Mer ? Qui sait qu'en cas de catastrophe, la responsabilité de ceux qui ont donné à tort des permis de construire peut être recherchée et sanctionnée.

Monsieur Jacky Chanton n'a jamais rien diffusé sur les réseaux sociaux mais sur notre site internet, notre blog et le site du Petit Journal de Lattes. Si une protection minimale a été apportée à Lattes (déversoirs et merlons le long du chenal du Lez, renforcement des digues existantes, ... ), la ville de Lattes est loin d'être à l'abri de la crue centennale.(estimée à 900 m3/s au droit du pont de l'autoroute A9. Le rapport de Monsieur Philippe Quiévremont (2006, p. 33) dit que « L'objectif à moyen terme doit être d'atteindre cette protection minimale [crues d'occurrence moyenne, inférieurs à la crue centenale] ». Or, en matière de catastrophes naturelles, il suffit d'une fois, une seule, pour que la nature submerge toutes les précautions prises (voir le livre de Monsieur Renaud Vié le Sage, ancien délégué aux risques majeurs et naturels :  « La terre en otage », 1989, Éditions du Seuil, Collection  Points, série sciences, 248 p). J'ai personnellement connu ce grand Monsieur, Docteur ès-Sciences et Professeur à Paris VII, quand j'étais chargé de mission au Ministère de l'Environnement, à Paris et ingénieur CNRS à Paris VII. Il écrivait que « la fatalité ça n'existe pas ! » et « La façon dont les Gaulois ont toujours attendu que le ciel leur tombe sur la tête, ce qui signifiait également qu'ils craignaient que la terre leur monte sous les pieds, les fleuves au-dessus des genoux et les flots marins par-dessus la ceinture, est riche en enseignements. » Est-ce là ce qu'attend Monsieur le Maire de Lattes (le Lattara des Gaulois) ? Nos voeux aux habitants de Lattes sont que cela n'arrive pas, nous ne serions pas fêchés d'avoir eu tort et ne nous ne disons pas « chiche ! ».

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM
Docteur en sciences biologiques mention Écologie


Date de création : 06/04/2019 ¤ 12:31
Page lue 1486 fois
Haut
Valid HTML 5.0 GuppY site freeguppy.org © 2004-2020 En savoir plus ... GuppY site Valid CSS 3

Document généré en 0.04 seconde