Portail Observatoire Déchets Environnement  Santé Montpellier

Accueil  Blog  Nouvelles  Télécharger  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum

Début Précédent Vent mauvais sur la méthanisation Suivant Fin

Rubrique : Processus industriel - par RGimilio

« Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde » écrivait Albert Camus dans « l'Homme enchaîné ». Aborder un sujet sensible qui fait partie de la transition énergétique sans prendre la précaution de définir l'objet et employer des approximations ne contribue pas au bonheur de l'homme. C'est la précaution qu'aurait dû prendre le journaliste du quotidien gratuit « 20 Minutes » du lundi 29 janvier 2019 (page 4). Il y est question de la méthanisation qui subit un « Vent mauvais » !

A l'ODAM, nous avons la prétention de connaître à fond ce sujet, étant confrontés depuis 2004 au problème des déchets ménagers et depuis 2008 à une « unité de méthanisation » dénommée très prosaïquement « AMETYST » et qui connaît des vicissitudes diverses depuis sa contruction par VINCI-ENVIRONNEMENT.

Nous disons que la méthanisation est un processus naturel qui s'applique à des déchets organiques fermentescibles accumulés dans un milieut dépourvu d'oxygène (milieu anaérobie). Par exemple dans un marais. Ce processus industrialisé est appliqué à des matières organiques diverses :

La méthanisation produit du bio-gaz, un mélange de méthane (60%) et de gaz carbonique (CO2) et de divers composés organiques odorants. 

1 - Méthanisation industrielle ou TMB

Un cas particulier est celui des ordures ménagères non-triées à la source et que des industriels (VINCI, URBASER, etc.) prétendent, à l'aide d'un procédé mécanique composé de filtres, grilles, tambours rotatifs, presses, etc, séparer les composants et en extraire la FFOM pour la soumettre au processus biologique industrialisé de méthanisation. Ceci s'appelle le tri mécanobiologique ou TMB. Á Montpellier, « l'unité de méthanisation AMÉTYST » est en réalité une usine de TMB appliqué aux ordures ménagères de la poubelle grise.
Cette usine pue, elle empoisonne la vie d'un quartier de Montpellier (ZAC de Garosud) par ses odeurs difficilement contrôlées à coup de millions d'euros pour des biofiltres. Les 145.000 tonnes d'ordures annuelles traitées sont réduites à 125.000 tonnes dites « refus et stabilisats » qu'il faut incinérer. Pour que l'ensemble fonctionne, il faut ajouter aux déchets non-triès entrants des déchets verts broyés et y réincorporer la FFOM provenant des tris citoyens (poubelle orange). C'est une calamité contre laquelle nous opposons la méthanisation des déchets triés à la source (procédé encouragé par la loi LTECV) et la collecte séparée avec redevance au nombre de sorties de poubelles et au poids de celles-ci.

2 - Méthanisation à la ferme

La méthanisation à la ferme des déchets verts et des fumiers-lisiers est parfaitement vertueuse. Elle utilise un processus faisant intervenir des quantités raisonnables de matière première. En finale, le digestat retiré du méthaniseur doit être rapidement aéré et mis à composter pour revenir à la terre alimenter les sols agricoles en humus. 

Ce traitement peut se faire à la ferme ou dans des installations centralisatrices ou coopératives. Ce dernier cas peut être illustré par l'installation située à Bélaga-en-Lauragais (Cler VERTS). Ces installations sont vertueuses tant qu'elles traitent des déchets, des résidus d'activités agricoles.

3 - Le scandale des cultures dédiées

Ce n'est qu'en fin de son article que le journaliste de 20 Minutes en vient au fait : des méthaniseurs alimentés par des cultures dédiées « du maïs essentiellement » ! A lors, oui, nous voyons rouge et soufflons un vent mauvais : honte à ceux qui cultivent avec beaucoup d'eau (le maïs est irrigué !) une céréale qui peut servir en alimentation humaine ou animale ! Nous approuvons la Confédération paysanne de la Sarthe qui dénonce « un silo de maïs à ciel ouvert, équivalant à deux années de récolte de maïs sur 80 hectares, autant de maïs qui ne sera pas vendu aux éleveurs pour nourrir leurs animaux ! »

Méthaniser des déchets c'est bien, à condition que ce soit bien des déchets et en aucune façon des matières utilisables pour l'alimentation ou pour êtres recyclées. Nous demandons l'avis des ministres concernés (agriculture et environnement). Il ne faut pas laisser faire n'importe quoi au nom de la transition énergétique !

« Une insulte au mode paysan après les sécheresses de cet été ! »

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM
Chevalier de l'ordre du Mérite agricole


Date de création : 06/04/2019 ¤ 12:35
Page lue 1441 fois
Haut
Valid HTML 5.0 GuppY site freeguppy.org © 2004-2020 En savoir plus ... GuppY site Valid CSS 3

Document généré en 0.04 seconde