Portail Observatoire Déchets Environnement  Santé Montpellier

Accueil  Blog  Nouvelles  Télécharger  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum

Début Précédent MAERA : que s'est il passé à Palavas en novembre 2018 Suivant Fin

Rubrique : Eaux usées - par RGimilio

En novembre 2018 est survenu un incident majeur à Palavas, au lieu-dit les « 4 Chemins ». Là passe l'émissaire des eaux usées qui va de Lattes au large de Palavas.

Si on cherche sur Internet, ne dérangez pas Google, vous ne trouverez rien, nada, niemals, nothing ... La presse locale n'a rien dit, rien vu, rien entendu : un gros mensonge pas omission qui mérite de notre part un Pinocchio d'honneur !

pinocchio_se_noie_200x266.gif 
Pinocchio se noie dans la Méditerrannée

Pour savoir ce qui s'est passé ce jour là, il faut lire le dossier fourni à l'enquête d'utilité publique de la modernisation de la station d'épuration des eaux usées (STEP ou STEU) Maera pour découvrir un reportage photographique (cliquez sur ce lien : https://www.enquete-publique-maera.fr/observations). Le 16 novembre 2018, le chantier de réparation d'une importante fuite de la canalisation provoquée par une rupture. Les Compagnons de Maguelonne font établir un constat d'huissier car le chantier de réparations pompe les eaux qui s'échappent dans ... l'étang du Prévost qui leur appartient. Ainsi, les eaux réputées non polluantes de l'émissaire sont rejetées dans une propriété privée où les Compagnons disposent d'une conchyliculture laquelle est déclassée par arrêté préfectoral. ainsi que la pêche dans la lagune. La Préfecture sanctionne le pot-de-terre, le pot-de-fer de Montpellier-Métropole ne sera pas inquiété ? La Justice tranchera !  En attendant, silence, comme pour les incendies de déchets de l'été. Le pollueur doit payer, c'est la loi. Le pollueur, c'est nous, vous, contribuables de Montpellier qui avez donné le pouvoir de gouverner à des ignorants des lois de l'écologie !

Circulez, il 'y a rien à voir, pas la peine de déranger la presse et la Télé. On patasse la canalisation par un sanglage, sous couvert d'un chantier de vérification mais le mal est fait : bacilles coliformes et entérocoques n'iront pas le 16 novembre 2018 polluer joyeusement la Méditerranée à 10 km au large, destination finale de ce tuyau à m ... ! par lequel Maéra fait son caca. Un caca inoffensif ? Pas si sûr ! En sortie de la STEP Maera, il n'y a pas stérilisation des effluents car, selon un avis d'une commission d'hygiène qui remonte à 1996, on peut déverser des bacilles actifs en mer. Un scandale car il n'y a pas que Maera qui déverse dans le Golfe d'Aigues-Mortes ! Sète y apporte aussi sa contribution !

Un problème en cache un autre. Si la corrosion a agi là, provoquant de gros bouillons, qu'en est-il du reste de la canalisation ? Des micro-fuites sont elles présentes tout le long des 20 km de trajet terrestre ? Il faudrait faire un état des lieux, un ROV pourrait examiner l'intérieur.

Nous avons proposé une autre solution : un meilleur taux d'abattement des polluants pa la station Maéra. Là est la véritable modernisation rejetée par Montpellier-Métropole : rejeter des eaux de qualité baignade comme celà se fait ailleurs et, en ces temps de canicule-sécheresse-stress hydrique, réutiliser les eaux pour l'agriculture. En effet, Montpellier doit ré-alimenter le Lez pour maintenir l'étiage en pompant dans le Rhône via le canal Bas-Rhône-Languedoc. Celà n'est pas gratuit mais surtout le pompage de l'eau à usage irrigation agricole est actuellement interdit dans le Gard pour cause de sécheresse, pour l'Hérault ça va venir. 130.000 m3/jour sortent de Maera et se perdent en mer au large de Palavas avec leur charge de bacilles bien vivants (colibacilles, entérocoques, ...). Cette eau devrait pouvoir passer à travers des jardins filtrants et être utilisée pour l'étiage du Lez, réalisant une sérieuse économie. Mais, voilà, Montpellier-Métropole prétend ne pas disposer du foncier nécessaire : on manque de terrains pour les jardins filtrants ! Pauvre argument cas pour bétonner de nouveaux immeubles, on trouve ces terrains. Il suffit de chercher.

En attendant, le projet de modernisation cache une extension de la capacité avouée : passage de 440.000 équivalent-habitants à 660.000 équivalents habitants, soit un objectif d'accroissement de population de 220.000 habitants dans les années à venir ! Vous avez bien lu !

Raymond GIMILIO
Président de l'ODAM
Docteur en sciences biologiques mention Ecologie
Chevalier du mérite agricole
 


Date de création : 31/08/2019 ¤ 07:32
Page lue 1713 fois
Haut
Valid HTML 5.0 GuppY site freeguppy.org © 2004-2020 En savoir plus ... GuppY site Valid CSS 3

Document généré en 0.25 seconde