Portail Observatoire Déchets Environnement  Santé Montpellier

Accueil  Blog  Nouvelles  Télécharger  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum

Début Précédent Le casse-tête du déconfinement Suivant Fin

Rubrique : COVID19 - par RGimilio

Le casse-tête du déconfinement

13 avril 2020, 20h00 : le Chef de l'état annonce la fin du déconfinement pour le 11 mai prochain.


Le déconfinement n'est pas un problème trivial qui se règle en un claquement de doigts. C'est pourtant vital pour notre pays que l'économie redémarre car nous sommes au bord de la faillite économique. L'économie doit repartir mais sur des bases différentes.

Cette délicate mission du déconfinement a été confiée à un délégué inter-ministériel par notre Premier Ministre. Il s'agit d'un maire du sud de la France, M. Jean Castex (LR) de Prades (PO), au pied du Canigou. C'est une mission périlleuse qui lui a été confiée. C'est un énarque (promotion Victor Hugo), président de la Communauté de Communes « Conflent Canigó ».

Pour l'ODAM, un seul reproche : il vit dans un département où se pratique l'incinération des ordures ménagères (incinérateur de Calce) présentée comme « écologique ».

1 - La problèmatique du déconfinement

Déconfinement ne veut pas dire ouverture du jour au lendemain des barrières de protection. Ce serait la ruine des semaines de confinement que nous venons de vivre et le redémarrage de la pandémie. Nous faisons appel aux notions de l'Écologie non enseignées à l'ENA, à notre connaissance.

1.1 - Le principe de précaution

Le principe de précaution est inscrit dans la loi. Il permet, en face d'un évênement mal connu de prendre toutes les dispositions nécessaires à la sauvegarde de la santé de nos concitoyens. Ce principe fait obligation auprès des administrations publiques. Il a une valeur constitutionnelle, il est inscrit dans la charte de l'environnement annexée à la Constitution.

1.2 - Les incertitudes

Les incertitudes portent sur des données médicales non établies. Au moment où le déconfinement sera décrété, nous serons en présence de plusieurs cas :

1.2.1 Le cas des malades guéris

Les malades guéris ont développé des anticorps, ils sont en principe immunisés. Il convient de s'assurer qu'ils n'ont plus aucune charge virale acttve. Le problème est de savoir combien de temps va durer leur immunité. Leur nombre serait de 4.948 personnes hospitalisées mais il y aurait des malades très superficiellement atteints. Il y aurait 29.581 personnes testées positives. L'immunité acquise ne durerait pas longtemps ou serait nulle.

1.2.2 Le cas des porteurs sains non détectés sans symptôme apparents

Le cas des porteurs sains, porteurs asymptomatiques, est la plus grande incertitude. Les tests systématiques de la population n'ayant pas pu avoir lieu faute de matériel, on ne peut conclure sur une population française de 60 Millions d'habitants. Il apparaît indispensable de lever l'incertitude par des tests afin d'isoler ces personnes en attendant de les vacciner. Un traitement anti-viral reste indispenseble pour faire disparaître le virus de leur organisme et les rendre non-contagieux.

1.2.3 Le cas des personnes n'ayant pas été malades

Dans le cas des personnes confinées non malades, l'incertitude demeure, on est rendu au cas précédent avec cependant le pari sur les personnes dites à risques. On a vu, en milieu mal confiné (EPHAD), comment l'épidémie s'est propagée.  M. Macron nous annonce le déconfinement en dernier de ces personnes. Il faudrait vacciner ces personnes afin de les protéger.

1.3 - Les certitudes 

Les certitudes sont peu nombreuses pour le moment mais elles sont un obstacle de taille.  Il n'y a pas de vaccins, la barrière des masques n'est pas encore généralisable, il y a pénurie de test ! La gestion des crises n'a pas fait appel aux spécialistes adéquats. Il a des failles et des insuffisances, le discours officiel est une adaptation à la pénurie. Une faillite de la cellule officielle de gestion des crises.  Nous avons perdu notre souveraineté stratégique et industrielle bien que nous possédons de prestigieux laboratoires de recherche médicale et biologique.

1.3.1 La vaccination des personnes n'ayant pas été contaminées

La vaccination contre le virus SARS-CoV-2 n'existe pas encore pour le grand public. Les recherches sont en cours.

Depuis le 13 mars 2020, les Français sont confinés chez eux, une mesure pour empêcher la propagation d'un virus, le SARS-CoV-2 qui a commencé ses ravages en Chine (Wuhan, province du Hubei). Ce virus a emprunté les voies de communication rapide telles que l'avion et en Europe les automobiles et les trains, porté par des malades qui ont voulu contourner les barrières mises en place par les états. La planète Terre est un écosystème global, fini, n'en déplaise à M. le Professeur Raoult. Ceci est vu au niveau de perception le plus élevé (p. ex. un observateur juché sur la Lune ou à bord d'un satellite artificiel, une station spatiale). L'écosystème qui nous intérésse est la France, écosystème qui communique avec les pays voisins. C'est l'écosystème qui n'a pas été protégé avec la fermeture des frontières (pour nous niveau 1).

1.1 - Contrôle de la barrière internationale


Date de création : 13/04/2020 ¤ 18:22
Page lue 458 fois
Haut
Valid HTML 5.0 GuppY site freeguppy.org © 2004-2020 En savoir plus ... GuppY site Valid CSS 3

Document généré en 0.03 seconde